Israël a restitué les corps de 23 terroristes à l’AP
Rechercher

Israël a restitué les corps de 23 terroristes à l’AP

Les Palestiniens affirment que les corps de 17 assaillants, tués pendant qu’ils attaquaient des Israéliens, sont toujours retenus par l’armée israélienne

Les forces de sécurité de l'AP portent à Hébron les corps de deux des cinq terroristes Palestiniens restitués par Israël le 30 octobre 2015. Ils ont été tués dans des attaques au couteau contre des Israéliens (Crédit : Hazem Bader/ AFP)
Les forces de sécurité de l'AP portent à Hébron les corps de deux des cinq terroristes Palestiniens restitués par Israël le 30 octobre 2015. Ils ont été tués dans des attaques au couteau contre des Israéliens (Crédit : Hazem Bader/ AFP)

Israël a restitué vendredi aux Palestiniens en Cisjordanie les corps de 23 auteurs d’attentats anti-israéliens commis au cours des derniers mois, a indiqué une porte-parole de l’armée israélienne.

Cette restitution est un geste vraisemblablement destiné à tenter d’apaiser les tensions actuelles qui ont fait 138 morts palestiniens et 20 morts israéliens depuis le 1er octobre. Une grande majorité des Palestiniens tués sont des auteurs d’attentats ou accusés par Israël de l’être.

Israël avait déjà restitué jeudi huit corps aux services palestiniens, chargés de les remettre aux familles. L’armée israélienne n’a plus que deux corps entre les mains, a affirmé la porte-parole, qui devraient être rendus la semaine prochaine.

Mais selon les autorités civiles palestiniennes, Israël détiendrait encore 17 autres dépouilles. Celles-ci seraient, semble-t-il, entre d’autres mains que celles de l’armée israélienne, comme la police. On ignore si cette dernière procédera elle aussi à la restitution. Interrogés à ce propos, la police et le gouvernement israéliens n’ont pas fourni de réponse.

Ce transfert est le plus important en trois mois d’attaques terroristes palestiniennes au couteau, à la voiture bélier ou aux armes à feu contre des Israéliens, dans lesquelles beaucoup des assaillants eux-mêmes ont été tués. Dix-sept des corps rendus vendredi sont ceux de Palestiniens de Hébron et de ses environs, a dit l’armée. Hébron, poudrière du sud de la Cisjordanie, et ses alentours ont concentré un grand nombre des attaques des dernières semaines, commises principalement à l’arme blanche, mais aussi à l’arme à feu et à la voiture bélier.

Deux autres Palestiniens dont les corps ont été rendus étaient originaires de Silwad, près de Ramallah et quatre autres du nord de la Cisjordanie, a dit l’armée.

Le transfert a eu lieu à 14h00 vendredi. Les corps ont été transférés aux forces de sécurité de l’AP.

Avant vendredi, l’armée avait rendu 53 corps sur plusieurs semaines, a indiqué la porte-parole de l’armée.

Sur les 17 dépouilles restantes, 15 sont apparemment des Palestiniens de Jérusalem-Est, a dit à l’AFP Ayman Qandil, l’un des responsables palestiniens en charge du dossier. Des négociations sont en cours avec les Israéliens pour récupérer « très vite » tous les corps, a-t-il dit.

Un avocat suivant le dossier, Muhamad Mahmoud, a dit espérer une résolution « d’ici à la fin de la semaine prochaine ».

Le transfert suit un débat en Israël sur le bien-fondé de retenir les corps, les partisans notant que les funérailles des terroristes se sont transformées en rassemblement de masse où les orateurs appellent à de nouvelles attaques terroristes. L’armée israélienne et d’autres services de sécurité s’opposent à retenir les corps, disant que cette pratique entraîne une plus grande colère chez les Palestiniens et ébranle les forces de sécurité de l’AP qui ont travaillé avec Israël pour empêcher des attaques.

La confiscation des dépouilles de Palestiniens abattus par les forces de sécurité israéliennes est très mal vécue par la société palestinienne et ajoute à son ressentiment. Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, dénonçait encore cette mesure jeudi dans un discours.

Israël a annoncé une série de mesures vigoureuses face à l’enchaînement des violences depuis octobre. Parmi celles-ci, la confiscation des corps a divisé le gouvernement entre l’armée, favorable à des mesures qui apaiseraient les esprits, et le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan.

Ce dernier a soutenu la confiscation des corps pour que les funérailles des Palestiniens ne tournent pas systématiquement à la glorification des attentats.

L’armée aurait ainsi conditionné la restitution des corps, accélérée cette semaine, à l’engagement des familles à organiser des funérailles discrètes. Un responsable israélien a confirmé à l’AFP sous le couvert de l’anonymat des informations en ce sens publié par le quotidien Maariv.

Israël a rendu les corps de trois autres terroristes mardi.

L’agence de presse palestinienne Maan les a identifiés comme Bassem Salah, Mazen Aribe, et Iyad Ides.

Salah, un palestinien de 38 ans de Naplouse, au nord de la Cisjordanie, a poignardé un officier de la police des frontières à la porte de Damas à Jérusalem fin novembre, le blessant légèrement. Il a été abattu par les officiers sur les lieux.

Aribe, de la famille du haut-fonctionnaire de l’AP Saeb Erekat, a été tué début décembre pendant qu’il menait une attaque avec une arme à feu près de Jérusalem.

Ides, de Hébron, en Cisjordanie, a été abattu la semaine dernière pendant qu’il essayait de poignarder des soldats à un point de passage avec un tournevis.

Le ministère de la Défense permet le retour des corps des terroristes tués sur les lieux d’une attaque par les forces de sécurité israélienne à condition que les funérailles ne deviennent pas des rassemblements de masse, par peur d’entraîner des violences supplémentaires.

Sept corps ont été retournés plus tôt cette semaine, y compris celui de Wissam Tawabte, qui a tué Hadar Buchris, 21 ans, en novembre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...