Israël réfléchit ‘aux suites’ à donner à la reconnaissance par le Vatican de la Palestine
Rechercher

Israël réfléchit ‘aux suites’ à donner à la reconnaissance par le Vatican de la Palestine

L'État pontifical et les Palestiniens vont bientôt signer un accord sur l'Eglise dans les Territoires

Le pape fait une prière devant la barrière de sécurité (Crédit : AFP)
Le pape fait une prière devant la barrière de sécurité (Crédit : AFP)

Le ministère des Affaires étrangères affirme qu’il est « déçu » par la décision du Vatican de reconnaître officiellement l’Etat de Palestine.

« Nous sommes déçus par la décision prise par le Saint-Siège », a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères au Times of Israel.

« Nous sommes persuadés qu’une telle décision n’est pas propice à amener les Palestiniens à la table de négociation ».

Le porte-parole indique que le ministère étudiera le traité et avant de considérer les suites à donner à cette décision.

Un traité du Vatican reconnaît l’ ‘Etat de la Palestine’

Le Vatican a annoncé mercredi qu’il allait bientôt signer son premier accord avec « l’Etat de Palestine », une formule retenue depuis deux ans par le Saint-Siège à la suite du vote de l’ONU.

Ce traité dont la rédaction a été finalisé aujourd’hui, n’a pas encore été signé.

Mais son contenu révèle que le Saint siège a décidé d’opérer un glissement diplomatique en ce qui concerne les Palestiniens. Ils ne traitent plus avec L’Organisation de libération palestinienne mais avec l’Etat de la Palestine.

Ce traité est le premier document légal qui reconnait l’Etat de la Palestine négocié entre le Vatican et les Palestiniens. Il constitue donc une reconnaissance officielle de l’Etat palestinien. En 2012, le Vatican avait accueilli avec bienveillance la résolution de l’Assemblée générale des Nations unies qui reconnaissait l’Etat palestiniens.

L’accord, négocié depuis 15 ans, porte sur le statut et les activités de l’Eglise catholique dans les territoires palestiniens, a annoncé mercredi un communiqué du Saint-Siège à l’issue d’une réunion de travail de la Commission bilatérale du Saint-Siège et des Palestiniens.

Il « sera soumis aux autorités respectives pour être approuvé avant de désigner une date dans un avenir proche pour sa signature », a précisé le Vatican.

Selon l’agence spécialisée I.Media, l’accord pourrait être signé dès ce week-end, lors de la visite du président de l’AP Mahmoud Abbas à l’occasion de la canonisation dimanche de deux religieuses palestiniennes.

Le Vatican utilise la formule « Etat de Palestine » dans ses documents officiels depuis février 2013, à la suite de l’admission en novembre 2012 de la Palestine comme Etat observateur à l’ONU.

Dans l’annuaire pontifical, est mentionné « M. Kassissieh Issa, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire, représentant de l’Etat de Palestine auprès du Saint-Siège ».

« Il est très clair que le Saint-Siège considère la Palestine comme Etat de Palestine (…). Ce qui est nouveau, c’est que pour la première fois cela est exprimé à l’occasion d’un accord », a expliqué à l’AFP le porte-parole du Vatican, Federico Lombardi.

L’accord porte « sur la liberté religieuse et de conscience (…), sur la vie et les activités de l’Eglise dans les Territoires palestiniens : sa liberté d’action, son personnel et sa juridiction », a expliqué Mgr Antoine Camilleri, chef de la délégation du Saint-Siège, dans un entretien au quotidien du Vatican, l’Osservatore Romano.

L’accord exprime aussi le soutien du Vatican à une solution de « la question palestinienne et du conflit entre Israéliens et Palestiniens dans le cadre de la formule de deux Etats », a ajouté le prélat.

Mgr Camilleri a de plus exprimé l’espoir que l’accord puisse « même de manière indirecte (…) aider les Palestiniens à voir établi et reconnu un Etat de la Palestine indépendant, souverain et démocratique, vivant dans la paix et la sécurité avec Israël et ses voisins ».

Le haut prélat italien a également espéré que l’accord « encouragerait la communauté internationale (…) à entreprendre des actions plus décisives pour parvenir à une paix durable et à la solution souhaitée des deux Etats ».

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas devrait s’entretenir avec le Pape avant la canonisation de samedi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...