Rechercher

Israël rejette la date de programmation du match amical Argentine-Uruguay

La fédération nationale de football a indiqué à la FIFA que la rencontre amicale du 19 novembre allait faire concurrence aux matchs de l'équipe israélienne à l'extérieur

L'avant du FC Barcelone Lionel Messi pendant un match de la Ligue des champions de l'UEFA entre le SK Slavia Prague et le FC Barcelone à Prague, en république tchèque, le 23 octobre 2019 (Crédit :  JOE KLAMAR / AFP)
L'avant du FC Barcelone Lionel Messi pendant un match de la Ligue des champions de l'UEFA entre le SK Slavia Prague et le FC Barcelone à Prague, en république tchèque, le 23 octobre 2019 (Crédit : JOE KLAMAR / AFP)

L’instance en charge du football israélien a demandé que le match amical prévu le mois prochain entre l’Argentine et l’Uruguay soit reporté ou annulé, disant craindre qu’il ne détourne l’attention des rencontres disputées, le même jour, par la sélection israélienne.

La fédération israélienne de football a fait savoir mardi qu’elle avait demandé à la FIFA et à l’UEFA, les organisations internationales du football, de reporter le match prévu le 19 novembre au stade Bloomfield de Tel Aviv parce que deux rencontres à l’extérieur de l’équipe nationale avaient lieu le même jour.

Dans un message publié sur Facebook, la fédération israélienne a annoncé que l’équipe nationale disputait un match de qualification pour l’Euro 2020 contre la Macédoine du nord, tandis que l’équipe des moins de 21 ans doit affronter l’Espagne en qualificatif.

L’instance israélienne a ajouté qu’elle avait fait part de son opposition « sans équivoque » au match entre l’Argentine et l’Uruguay, qui a été annoncé la semaine dernière, affirmant qu’elle accueillerait avec bonheur cette rencontre amicale à une date ne coïncidant pas avec des matchs de l’équipe israélienne.

Les joueurs de l’équipe nationale de football d’Israël s’entraînant à Tel-Aviv, le 4 septembre 2013. (Crédit photo: Flash90)

L’Argentine avait prévu une rencontre amicale contre Israël en juin 2018, qui devait se disputer à Jérusalem juste avant la Coupe du monde en Russie, mais le match avait été annulé suite aux pressions exercées par le mouvement de boycott d’Israël.

L’équipe nationale argentine est dirigée par la star mondiale Lionel Messi, qui joue actuellement pour la formation espagnole du FC Barcelone.

Le chef de l’Association palestinienne de football avait, à l’époque, lancé une campagne pour empêcher l’équipe nationale d’Argentine de venir jouer en Israël, appelant les supporters arabes à brûler leurs posters et leurs maillots de Messi s’il devait participer à la rencontre.

Cette campagne de Jibril Rajoub avait entraîné l’annulation de ce match de préparation à la Coupe du monde.

Le ministre argentin des Affaires étrangères Jorge Faurie avait déclaré à l’époque que les joueurs s’étaient sentis « totalement agressés, bafoués » après l’apparition d’images du maillot de la sélection argentine teinté de peinture rouge, semblable à du sang.

L’annulation avait entraîné des retombées politiques. La FIFA avait interdit de stade Rajoub pendant 12 mois et l’avait condamné à payer une amende pour « incitations à la haine et à la violence » contre Messi.

Cette photo du 5 juin 2018 montre une affiche érigée dans la ville de Hébron, en Cisjordanie, appelant au boycott de la star du football Lionel Messi (l) à côté d’un portrait du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. (AFP PHOTO / HAZEM BADER)

Cette sanction avait fait figure d’humiliation à celui qui exerce depuis longtemps des pressions sur la FIFA pour qu’elle prenne des mesures contre Israël en raison de ce que le chef de la fédération palestinienne qualifie de « restrictions imposées au déplacement des joueurs palestiniens ».

Israël, pour sa part, avait déclaré à l’époque que la campagne palestinienne était une tentative de politiser le sport. L’Etat juif avait ajouté que les restrictions occasionnelles placées sur les joueurs palestiniens – en particulier dans la bande de Gaza, dirigée par le Hamas – étaient motivées par des inquiétudes sécuritaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...