Israël «s’attend à une offensive» de l’EI dans le Sinaï d’ici 6 mois
Rechercher

Israël «s’attend à une offensive» de l’EI dans le Sinaï d’ici 6 mois

Un responsable militaire affirme au Telegraph que des terroristes s’équipent lourdement en armement, préparant une possible offensive

Le mont Harif et la route longeant la frontière entre Israël et l'Egypte. Illustration. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)
Le mont Harif et la route longeant la frontière entre Israël et l'Egypte. Illustration. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

Israël se prépare à une attaque de la branche égyptienne de l’Etat islamique (EI), Wilayat Sinai (La Province du Sinaï) dans les 6 mois à venir, a annoncé un officier de l’armée au quotidien britannique The Telegraph.

Cet officier, cité sous anonymat dans le quotidien vendredi, a affirmé qu’Israël pensait que ces troupes utiliseraient des armes et des véhicules volés à l’armée égyptienne afin de lancer une attaque à la frontière sud de l’Etat juif dans la péninsule du Sinaï.

L’armement comprendrait des tanks égyptiens ainsi que des chars russes (Kornet) anti missiles, selon l’officier.

« Cela pourrait arriver aujourd’hui, demain, dans un mois, mais d’ici les 6 mois à venir, nous allons nous trouver sur le front face à cette armée locale, le Wilayat Sinaï, a déclaré l’officier. Dans les 6 mois, ils passeront à l’action et tenteront une offensive contre Israël. »

Le groupe a été fondé par Ansar Bayt al Maqdis en 2011, au cœur de la révolution ayant entraîné la destitution d’Hosni Moubarak.

Formée d’extrémistes et d’anciens combattants d’Al-Qaïda, elle a cherché à combattre l’Egypte ainsi Israël.

En 2014, alors que l’Etat islamique gagnait du pouvoir dans de nombreuses régions de Syrie, le mouvement a prêté allégeance au groupe en se surnommant « la Province du Sinaï ».

Les officiels israéliens ont constaté que les terroristes s’affilieront aux principes fondateurs du groupe dans un très proche futur.

« Beaucoup de groupes terroristes utilisent Israël comme un pion, mais que ces déclarations soient vides de sens ou qu’elles soient au contraire une réalité, quelque chose va se passer sur le terrain, dit-il.

Les restes d'un véhicule militaire égyptien utilisé par des terroristes pour passer la barrière de sécurité à la frontière entre l'Egypte et Israël, en août 2012. (Crédit : Tsafrir Abayov/Flash90)
Les restes d’un véhicule militaire égyptien utilisé par des terroristes pour passer la barrière de sécurité à la frontière entre l’Egypte et Israël, en août 2012. (Crédit : Tsafrir Abayov/Flash90)

La dernière grande offensive envers Israël sur sa frontière sud s’est déroulée en 2012, lorsque des terroristes appartenant à ce groupe, connu alors sous le nom de Ansar Bayt al Maqdis, ont pénétré dans le pays par le poste frontière entre Israël et l’Égypte, Kerem Shalom.

Des hommes lourdement armés avaient alors tués au moins 16 soldats égyptiens et réquisitionné deux véhicules militaires égyptiens avant de tenter de traverser la frontière.

L’un des véhicules a explosé à la frontière et l’autre a réussi à pénétrer le territoire israélien.

Les six assaillants, une fois à l’intérieur du pays, ont réussi à rouler pendant près de 2 km en Israël, se dirigeant vers le kibboutz Kerem Shalom situé à une heure de route de là, à 70 km de la frontière, avant que l’armée de l’air israélienne ne les arrête par un tir ciblé faisant exploser leur véhicule.

Les hommes armés ayant survécu à cette attaque ont été tués lors d’un échange de tirs avec les soldats israéliens.

Un responsable de l’armée israélienne a confié au Telegraph qu’Israël pensait que le groupe était bien mieux équipé aujourd’hui qu’auparavant.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...