Rechercher

Israël souhaite un prompt rétablissement à la reine Elizabeth

Les médecins de la monarque se disent "préoccupés" par son état de santé, tandis que sa famille se rassemble au château de Balmoral en Ecosse où elle se trouve

La reine Elizabeth II de Grande-Bretagne dans le salon, en attente de recevoir Liz Truss, pour une audience à Balmoral, en Écosse, le 6 septembre 2022. (Crédit : Jane Barlow/Pool Photo via AP/Dossier)
La reine Elizabeth II de Grande-Bretagne dans le salon, en attente de recevoir Liz Truss, pour une audience à Balmoral, en Écosse, le 6 septembre 2022. (Crédit : Jane Barlow/Pool Photo via AP/Dossier)

L’inquiétude a étreint jeudi le Royaume-Uni : les médecins de la reine Elizabeth II se disent « préoccupés » par son état de santé, tandis que sa famille se rassemble au château de Balmoral en Ecosse où elle se trouve.

Les médecins « ont recommandé qu’elle soit placée sous surveillance médicale », a indiqué le palais de Buckingham.

La monarque de 96 ans, à la longévité record et à l’immense popularité, dont le Royaume-Uni a fêté en juin les 70 ans de règne, a vu sa santé se dégrader depuis une nuit à l’hôpital il y a près d’un an, pour des raisons jamais précisées. Elle n’apparaissait plus que rarement en public, ses services évoquant des problèmes de mobilité épisodiques, et déléguait de plus en plus de fonctions à ses héritiers directs, Charles et William.

« Après une nouvelle évaluation ce matin, les médecins de la reine sont préoccupés pour la santé de Sa Majesté et ont recommandé qu’elle reste sous surveillance médicale. La reine continue à se sentir bien et reste à Balmoral », a annoncé le palais, habituellement discret sur la santé de la reine, dans un bref communiqué.

Son héritier Charles, 73 ans, est arrivé avec sa femme Camilla à Balmoral, où la reine passe tous les ans la fin de l’été, ainsi que sa fille Anne. Ses deux autres enfants, les princes Andrew et Edward étaient en route en début d’après-midi.

Le prince britannique Charles, à gauche, et Camilla, la duchesse de Cornouailles, arrivent pour la première mondiale du nouveau film de la franchise James Bond « No Time To Die », à Londres, le 28 septembre 2021. (Crédit : Chris Jackson/Pool Photo via PA)

Son petit-fils William, deuxième dans l’ordre de succession, était aussi attendu sur place. Son frère Harry, avec son épouse Meghan Markle, qui vivent en Californie mais devaient participer à une cérémonie à Londres jeudi soir, ont pris la direction de l’Ecosse.

15 Premiers ministres

Lors de sa dernière apparition en public, la reine a officialisé mardi la nomination de Liz Truss au poste de Première ministre, son 15e chef de gouvernement en 70 ans de règne. Elle avait décidé de rester à Balmoral au lieu de rentrer à Londres où se passe d’habitude la transition entre les Premiers ministres, en raison de ses problèmes de santé.

Des images diffusées par le palais ont montré la souveraine souriante et s’appuyant sur une canne, serrant la main de la nouvelle dirigeante.

La reine Elizabeth II de Grande-Bretagne, à gauche, accueille Liz Truss lors d’une audience à Balmoral, en Écosse, le 6 septembre 2022. (Crédit : Jane Barlow/Pool Photo via AP)

« Le pays tout entier sera profondément préoccupé par les nouvelles en provenance du palais de Buckingham », a tweeté Liz Truss. « Mes pensées -et celles de tous les habitants du Royaume-Uni– vont à Sa Majesté la reine et à sa famille ».

La cheffe du gouvernement s’exprimait au Parlement avant que le palais ne fasse état de la dégradation de l’état de santé de la souveraine. Elle a quitté la chambre des Communes après avoir été informée discrètement par un ministre, tandis que le chef de l’opposition Keir Starmer recevait une note écrite.

L’ambassadrice d’Israël au Royaume-Uni, Tzipi Hotovely, a déclaré qu’elle priait pour le rétablissement complet de la Reine Elizabeth.

L’animateur de télévision israélien Uri Geller, qui vit au Royaume-Uni, a également exprimé son soutien.

Au palais de Buckingham à Londres, un panneau a été sorti pour informer les touristes que la relève de la garde n’aurait pas lieu.

Record de longévité

Mercredi soir, le palais avait annoncé que la reine avait reporté une réunion en ligne, ses médecins lui ayant conseillé de se reposer, nouvelle annulation d’une longue série depuis un an.

En mai, Charles avait prononcé à sa place pour la première fois le discours du trône au Parlement, l’une de ses fonctions constitutionnelles essentielles.

La reine Elizabeth II de Grande-Bretagne fait remarquer quelque chose au prince Philip alors qu’ils regardent le Derby d’Epsom depuis le balcon de l’hippodrome d’Epsom, en Angleterre, le 7 juin 2014. (AP Photo/Sang Tan)

Début juin, les Britanniques avaient célébré pendant quatre jours les 70 ans de règne d’Elizabeth II, qui est le monarque le plus âgé du monde en exercice. Elle est restée quasi absente de ce jubilé de platine, ne se montrant qu’à deux brèves reprises au balcon du palais de Buckingham devant des dizaines de milliers de personnes.

Elizabeth II est veuve depuis la mort de son époux Philip en avril, peu avant ses 100 ans. Le déclin de la santé de la reine, arrivée sur le trône le 6 février 1952, à 25 ans, après la mort de son père George VI, a relancé des questions sur l’avenir de la monarchie.

L’institution a été ébranlée par une série de scandales ces derniers mois: accusations d’agressions sexuelles aux Etats-Unis contre son fils Andrew, qui y a mis fin en déboursant des millions de dollars, ainsi que des allégations de racisme visant la famille royale, de la part de son petit-fils Harry et de son épouse Meghan Markle, désormais installés en Californie et en froid avec le reste de la famille.

L’après-Elizabeth II s’annonce plus compliqué avec Charles, à la popularité bien plus faible. Les Britanniques lui préfèrent le prince William et son épouse Kate.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...