Israël va mettre en ligne sa base de données médicales
Rechercher

Israël va mettre en ligne sa base de données médicales

Le gouvernement espère que la recherche et l'utilisation commerciale de l'information permettront d'injecter 600 milliards de dollars dans le secteur de la santé numérique

Une infirmière utilise une application de santé numérique (Autorisation)
Une infirmière utilise une application de santé numérique (Autorisation)

Le gouvernement israélien a approuvé dimanche un plan national de santé numérique qui, malgré les préoccupations croissantes en matière de protection de la vie privée, prévoit de créer une base de données numériques des dossiers médicaux de quelque 9 millions de citoyens et de les mettre à la disposition des chercheurs et des entreprises.

Le gouvernement s’est engagé à protéger la vie privée des individus et présente le programme d’un milliard de shekels comme une énorme aubaine pour l’industrie de la recherche médicale. Mais les critiques ont souligné les risques d’une violation massive de la confidentialité des patients et ont exhorté le gouvernement à ralentir.

Pour promouvoir l’initiative, Israël unifiera la base de données existante des dossiers médicaux numériques qu’il a collectés sur une période de 20 ans – qui contient les dossiers médicaux de plus de 98 % de la population – pour créer une base de données unique, dans laquelle la participation de chacun est facultative, qui aidera à attirer des chercheurs et des chefs d’entreprise du monde entier, a déclaré le bureau du Premier ministre dimanche.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a estimé le secteur mondial de la santé numérique à quelque 6 milliards de dollars, qualifiant le domaine d’ « énorme ». Il a estimé qu’Israël pourrait capter environ 10 % de ce marché potentiel, d’une valeur de 600 milliards de dollars.

« Je pense qu’il s’agit d’une estimation prudente, a-t-il dit. « Et si nous réussissons, tout comme nous avons réussi dans la cyber-sécurité et dans les voitures autonomes, alors Israël peut s’attendre à une augmentation significative de nouveaux produits.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu arrive à la réunion hebdomadaire du cabinet au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 25 mars 2018. (Marc Israel Sellem/POOL)

Israël a des dossiers médicaux de près de 9 millions de personnes recueillies au cours des 20 dernières années, a dit M. Netanyahu. « C’est un atout énorme », a-t-il dit. « Nous voulons les mettre à la disposition des chercheurs, des développeurs et des entreprises. » L’objectif est de stimuler le développement de médicaments de prévention et de traitements personnalisés et sur mesure.

« Bien sûr, cela dépend du consentement de chacun », a-t-il dit, ajoutant que cette nouvelle politique était une « percée mondiale » et que les entreprises mondiales ont déjà exprimé un intérêt énorme pour l’initiative. « J’en ai déjà rencontrées beaucoup. Elles veulent toutes venir ici. À juste titre, elles voient que c’est une nouvelle perspective. »

Les détails du projet ont été dévoilés alors que le monde s’inquiète de plus en plus de la violation de la vie privée, alors que Cambridge Analytica, au Royaume-Uni, a pu accéder aux profils de plus de 50 millions d’utilisateurs de Facebook sans leur permission.

Les législateurs américains et européens ont critiqué Facebook et ont dit qu’ils veulent plus d’informations sur ce qui s’est passé, avec l’espoir que les médias sociaux et autres géants de la technologie seront confrontés à une réglementation plus stricte en conséquence.

Avec tous les avantages qu’apportera le partage d’une base de données commune pour la recherche et les connaissances médicales, le sujet reste « compliqué », a averti Tehilla Shwartz Altshuler, chercheur principal et chef du projet Démocratie à l’ère de l’information à l’Institut israélien de la démocratie.

« Le gouvernement israélien court un peu trop vite. Le cas de Cambridge Analytica nous a montré comment vous pouvez parfois utiliser de grandes données pour des objectifs différents de ceux prévus à l’origine, et parfois cela peut être nuisible. Nous devons examiner très attentivement le problème de l’ouverture des grandes données médicales israéliennes. »

Image illustrative de la technologie de la santé numérique (iStock by Getty Images)

L’initiative comprendra un certain nombre de projets, y compris la mise en place du projet de santé « Mosaïque », qui créera un projet national d’infrastructure d’information pour la recherche en santé dans le domaine de la génétique et de l’information médicale.

Le projet aura une communauté de volontaires qui apporteront des informations cliniques, génomiques et autres sur leur santé, et servira d’infrastructure pour le développement de solutions médicales personnalisées et l’analyse en profondeur de grandes données, selon le communiqué.

L’initiative est soutenue par le Cabinet du Premier ministre, le ministère des Finances, le ministère de la Santé, le ministère de l’Égalité sociale, le ministère de l’Économie et le ministère de la Science et de la Technologie. L’Autorité de l’innovation et le Conseil de l’enseignement supérieur ont également établi un partenariat avec elle.

De plus, les organismes de réglementation travailleront ensemble pour s’assurer que l’information est accessible de façon anonyme, tout en préservant la confidentialité et en protégeant l’information et les permissions d’accès. La participation à tous les projets se fera exclusivement sur la base du volontariat.

Israël cherchera à encourager l’exportation de solutions de santé numérique et à encourager les entreprises étrangères à investir en Israël dans ces domaines. La nation mettra également en place des « laboratoires d’innovation technologique » pour renforcer la coopération entre les entreprises multinationales et les start-up israéliennes du secteur de la santé numérique, en promouvant les coentreprises et en développant des cours académiques pertinents pour stimuler le secteur.

L’idée est de faire de « la santé numérique le troisième grand moteur de croissance de l’économie israélienne » aux côtés de la cyber-sécurité et des véhicules autonomes, a déclaré Eli Groner, directeur général du cabinet du Premier ministre, par téléphone. L’industrie mondiale des soins de santé « éclipse » les deux autres au niveau mondial, a-t-il ajouté.

Il a déclaré qu’Israël, qui possède « la deuxième plus grande base de données numériques au monde », a un avantage concurrentiel mondial « énorme » parce qu’il a commencé à numériser ses patients il y a des années, que le système de santé est petit et efficace, et qu’Israël dispose d’une solide infrastructure de recherche et de développement.

Netanyahu a annoncé le projet pour la première fois lors de la réunion du Forum économique mondial à Davos au début de cette année.

Selon les données de Start-up Nation Central, le financement du capital-risque israélien dans le secteur de la santé numérique a bondi de 30 % l’an dernier, pour atteindre près de 340 millions de dollars par rapport à 2016. L’innovation israélienne est à l’origine de près de la moitié des revenus des soins de santé de l’entreprise pharmaceutique et chimique allemande vieille de 350 ans Merck, a déclaré Kai Beckmann, PDG de Performance Materials de l’entreprise, lors d’une interview accordée en février.

Il y a 1 500 à 1 700 entreprises de soins de santé et de sciences de la vie en Israël, a déclaré Yair Schindel, qui, avec Marius Nacht, co-fondateur de Check Point Software Technologies Ltd, a créé le 8400 Health Network, une organisation à but non lucratif pour faire d’Israël un leader mondial dans le domaine des soins de santé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...