Israël valide une commande de remdesivir contre la COVID-19
Rechercher

Israël valide une commande de remdesivir contre la COVID-19

Le remdesivir est produit par l'entreprise de biotechnologie Gilead Sciences basée en Californie; on ne sait pas combien de doses ont été commandées

Des bouchons en caoutchouc sont placés sur des fioles remplies du médicament expérimental remdesivir au site de production de Gilead aux Etats-Unis, en mars 2020. (Gilead Sciences via AP)
Des bouchons en caoutchouc sont placés sur des fioles remplies du médicament expérimental remdesivir au site de production de Gilead aux Etats-Unis, en mars 2020. (Gilead Sciences via AP)

Le gouvernement israélien a validé la commande du ministère de la Santé de stocks en remdesivir, un médicament utilisé contre le coronavirus. Il est produit par l’entreprise de biotechnologie Gilead Sciences basée en Californie.

On ne savait pas clairement combien de doses allait recevoir Israël.

Le remdesivir est parmi les rares traitements à avoir montré son efficacité pour lutter contre le coronavirus dans le cadre d’essais rigoureux. Une grande étude dirigée par les Instituts nationaux de la Santé a démontré qu’il pourrait réduire le temps moyen de récupération de 15 à 11 jours des patients hospitalisés pour des symptômes graves de la maladie. Pourtant, une étude d’avril avait affirmé qu’il n’apportait « aucun bénéfice clinique ».

Le médicament est donné par intra-veineuse et fonctionne en interférant avec une enzyme que le virus utilise pour reproduire son matériel génétique. Il a été approuvé pour traiter la COVID-19 en Israël et son administration est autorisée en cas d’urgence aux Etat-Unis pour certains patients.

En mai, Asher Shalmon le directeur des relations internationales du ministère de la Santé, avait déclaré au Times of Israël que les bonnes relations d’Israël avec l’entreprise Gilead, basée en Californie, mettent le pays en bonne position pour garantir l’approvisionnement.

« Nous avons une relation de longue date avec l’entreprise, ils ont une large présence ici, et cela nous aide à nous assurer de la disponibilité » du médicament, a-t-il souligné.

Des docteurs de l’hôpital Sourasky de Tel Aviv traient un patient dans une unité de coronavirus, le 4 mai 2020. (Yossi Aloni/Flash90)

Des hôpitaux israéliens ont participé à deux études sur l’efficacité du remdesivir. Le médicament a aidé à sauver la vie du premier patient israélien gravement atteint, un chauffeur de bus de Jérusalem est dans la trentaine, selon le ministère de la Santé.

Israël a fait aussi des réserves d’hydroxychloroquine, même si certaines études ont montré qu’il pouvait être au contraire dangereux quand il est administré aux patients souffrant de la COVID-19. Lundi, la FDA, l’agence américaine du médicament, a annoncé que l’hydroxychloroquine et que la chloroquine étaient probablement inefficaces pour traiter le coronavirus. Citant des informations au sujet de complications cardiaques, la FDA a déclaré que les bénéfices non démontrés du médicament « ne sont pas supérieurs aux risques potentiels connus ».

Dans une annonce séparée, la FDA a déconseillé lundi aux docteurs de prescrire le médicament en l’associant avec le remdesivir. La FDA a déclaré que les médicaments anti-paludisme peuvent fortement réduire l’efficacité du remdesivir, que la FDA a approuvé comme traitement d’urgence en mai.

Mardi, un essai britannique a semblé encourager le recours au médicament dexamethasone pour traiter des cas graves de COVID-19.

Une équipe de l’université d’Oxford a administré le médicament très facilement disponible à plus de 2 000 patients gravement atteints du COVID-19. Parmi ceux qui ne pouvaient respirer qu’à l’aide d’un respirateur, le dexamethasone a diminué le nombre de décès de 35 %, et de 20 % pour les autres patients recevant seulement de l’oxygène, selon des premiers résultats.

Le dexamethasone est un anti-inflammatoire, normalement utilisé pour traiter différentes réactions allergiques comme des arthrites rhumatoïdes et l’asthme. Les chercheurs ont vanté les résultats de leur essai comme une « découverte majeure ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...