L’équipe israélienne de bobsleigh qui veut aller aux JO
Rechercher
'IsraRocket'

L’équipe israélienne de bobsleigh qui veut aller aux JO

Avec un pilote handicapé et un novice aux freins, le duo israélien faisait figure d'outsider à la compétition de Lake Placid, mais ils ont réussi à devancer deux autres équipes

Dave Nicholls, assis, dans son bobsleigh (Autorisation : Nicholls via JTA)
Dave Nicholls, assis, dans son bobsleigh (Autorisation : Nicholls via JTA)

NEW YORK (JTA) — En l’espace de quelques jours, Chaim Raice est passé du statut de quelqu’un n’ayant jamais été dans un bobsleigh à celui de possible représentant d’Israël aux Jeux Olympiques d’hiver de 2022. Et, tout a commencé avec un post Facebook.

Raice, constructeur de maison à Pomona, (état de New York), surfait sur le réseau social en novembre dernier quand il a vu un message expliquant que l’équipe israélienne de bobsleigh avait besoin d’un autre athlète pour participer à la Coupe d’Amérique du Nord qui s’est déroulée au début du mois.

Il pensait qu’il s’agissait d’une plaisanterie, mais il a tout de même envoyé un message. Même si Raice, âgé de 46 ans, ne connaissait pas grand chose au bobsleigh, il avait touché à plusieurs autres sports en tant qu’amateur, et sa citoyenneté israélienne lui donnait le droit de représenter le pays.

Tout a pourtant parfaitement fonctionné. Seulement deux jours après avoir envoyé le message, Raice se rendait en voiture à Lake Placid pour participer à la compétition.

« J’étais un peu choqué que ça ait pu marcher », a-t-il confié au JTA la semaine dernière.

Chaim Rice (Crédit : Facebook)

On avait dit à Raice qu’il ferait équipe avec un athlète que son partenaire avait laissé tomber à cause de problèmes d’emplois du temps. L’autre compétiteur serait le pilote, assis devant et conduisant le bobsleigh, tandis que Raice s’occuperait des freins, tirant sur le levier pour faire ralentir l’engin une fois la ligne d’arrivée franchie.

Mais il ne savait pas que son partenaire, Dave Nicholls, utilisait une chaise roulante pour se déplacer. Même si Nicholls, blessé à la colonne vertébrale depuis 15 ans, participait à des compétitions de ce type depuis 14 ans, il s’agissait de sa première participation à une compétition pour personnes valides (plutôt qu’une compétition pour invalides).

« J’étais un peu choqué », a déclaré Raice quand il a appris la situation de Nicholls.

Dave Nicholls (Capture d’écran/YouTube)

Les règles du bobsleigh avec des équipes de deux ou quatre personnes, permettent plus facilement à une personne en fauteuil roulant de participer à la compétition que d’autres sports. D’habitude, les membres de l’équipe poussent le bobsleigh avant de s’y engoufrer pour descendre la piste, mais les règles permettent à un athlète de commencer assis alors que les autres membres de l’équipe poussent – le désavantage est moins important dans une équipe de quatre que dans une de deux.

Raice est arrivé à Lake Placid le 29 novembre, juste un jour avant la compétition de deux jours. Avec Nicholls, qui a la cinquantaine et est basé à Park City dans l’Utah, il a pu s’entraîner à deux reprises avant le grand jour.

Avant le premier jour de course, Nicholls a fait ce qu’il appelle une « erreur de débutant » : il a desserré le strap de son casque, qui est descendu sur ses yeux et a bloqué sa vision de la piste. Puisque Nicholls ne pouvait pas conduire correctement, le bobsleigh s’est renversé sur le côté. Il s’est cassé plusieurs doigts, et l’équipe n’a pas pu participer à la course.

Cela n’a pourtant pas empêché l’équipe de participer à la course le lendemain. Ils ont terminé à la 11ème place devant deux équipes qui n’ont pas pu finir la course. Nicholls va continuer de participer à d’autres courses puisqu’il essaie de se qualifier à la Coupe du Monde, étape nécessaire pour aller aux Jeux Olympiques.

Avec sept athlètes, l’équipe israélienne de bobsleigh et de skeleton a un nombre record de membres. Même si l’équipe est basée aux Etats-Unis, tous les athlètes ont la citoyenneté israélienne – certains de naissance, et d’autres après avoir fait leur alyah pour pouvoir représenter le pays.

Plus tôt cette année, l’Américano-israélien A.J. Edelman a représenté Israël pour la première fois aux Jeux Olympiques dans la compétition de skeleton homme en individuel.

David Greaves, qui dirige l’équipe en tant que président de la Fédération israélienne de Bobsleigh et de Skeleton, espère qu’en 2022, l’équipe ne sera pas seulement présente pour le skeleton homme mais aussi dans la course féminine pour le bobsleigh.

L’Israélien Adam Edelman au terme de l’épreuve masculine de bobsleigh lors des Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang en 2018, le 15 février 2018 (Crédit : AFP/Mark Ralston)

« Il y a beaucoup de petits pays impliqués dans ces sports qui ont du mal à trouver chaque année des athlètes pour participer aux compétitions », a déclaré Greaves, qui est basé à Winnipeg au Canada. « Et nous avons fait des choses que la plupart des petites nations n’ont pas été capables de réussir ».

Pour Raice, participer à la compétition pour la première fois était beaucoup plus éprouvant et fatiguant qu’il ne l’avait imaginé.

« On pense qu’il suffit de se poser dans le bobsleigh et de glisser, a-t-il souligné, mais ça va vraiment vite et les accélérations sont très puissantes. Sur certaines courbes, tu as l’impression que tu vas perdre connaissance ».

Il a pourtant avoué être devenu « légèrement accroc » au sport. Il espère continuer avec l’objectif de participer aux Jeux Olympiques avec Nicholls. De son côté, Nicholls a déclaré que représenter l’État juif a une signification particulière.

« Je porte une étoile de David quand je suis en compétition, a-t-il déclaré. Sur ma main gauche, je porte un gant bleu et blanc, et sur ma main droite, le rouge, le blanc et le bleu, couleurs des Etats-Unis. Les gens savent que je suis l’équipe d’Israël, c’est vraiment génial de l’entendre dans les haut-parleurs quand ils annoncent les différents sportifs et les différents pays ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...