J.K. Rowling soutient des musulmans mobilisés pour restaurer un cimetière juif vandalisé
Rechercher

J.K. Rowling soutient des musulmans mobilisés pour restaurer un cimetière juif vandalisé

Linda Sarsour et Tarek El-Messidi, militants pro-BDS, espèrent que la campagne aidera à rétablir “un sentiment de sécurité” chez les Juifs américains

L'écrivain britannique JK Rowling en 2010 (PhotoL Daniel Ogren CC BY-SA Wikimedia Commons)
L'écrivain britannique JK Rowling en 2010 (PhotoL Daniel Ogren CC BY-SA Wikimedia Commons)

Une campagne de levée de fonds lancée par deux jeunes musulmans pro-BDS pour venir en aide à un cimetière juif profané le week-end dernier a reçu une publicité avec le soutien de l’auteure britannique J.K. Rowling à l’initiative.

Deux musulmans américains, Linda Sarsour et Tarek El-Messidi, ont lancé une campagne en ligne pour lever des fonds destinés à aider un cimetière juif vandalisé dans le Missouri (centre) et à « envoyer un message d’unité des communautés juive et musulmane ».

Environ 180 tombes du cimetière juif de Saint Louis ont été vandalisées au cours du week-end. La police a indiqué mercredi à l’AFP poursuivre son enquête mais n’a identifié pour l’heure aucun suspect.

Les autorités ont souligné n’avoir aucune indication sur un éventuel acte antisémite, mais cette profanation est intervenue alors que plusieurs centres juifs à travers les Etats-Unis ont été la cible de fausses alertes à la bombe ces derniers jours.

J.K. Rowling, auteure notamment de la série des « Harry Potter », a tweeté à ses 10 millions d’abonnés un lien vers un article de presse d’un des partenaires du Times of Israel, Jewish News sur cette campagne de levée de fonds mardi soir, avec comme commentaire : « C’est une si belle chose ».

En quelques heures la campagne a décollé et récolté 70 000 dollars, soit plus de trois fois l’objectif initial qui était de 20 000 dollars.

Linda Sarsour et Tarek El-Messidi prévoient de poursuivre leur campagne jusqu’au 20 mars. Ils enverront alors l’argent récolté au cimetière vandalisé et les fonds supplémentaires iront à d’autres centres juifs qui ont aussi été vandalisés.

« Il n’y a pas de place pour ce type de haine, de profanation et de violence en Amérique », ont-ils écrit sur la page internet de leur campagne de levée de fonds.

« Nous prions pour que cette initiative ramène un sens de sécurité et de paix à la communauté juive américaine qui a sans aucun doute été secouée par cet événement ».

Sarsour, qui a déclaré que son étiquette de soutien au Hamas attribuée par des groupes conservateurs américains était une tentative destinée à nuire à son travail, a déclaré au quotidien Haaretz qu’elle était « une critique l’Etat d’Israël. Je le serai toujours. Je soutiens pleinement le BDS. »

Linda Sarsour pendant un débat sur l'islamophobie à Louisville, dans le Kentucky, en mai 2016. (Crédit : Festival of Faiths from Louisville/CC BY 2.0/WikiCommons)
Linda Sarsour pendant un débat sur l’islamophobie à Louisville, dans le Kentucky, en mai 2016. (Crédit : Festival of Faiths from Louisville/CC BY 2.0/WikiCommons)

Le cimetière a déjà reçu de nombreuses marques de soutien, le gouverneur du Missouri Eric Greitens annonçant par exemple qu’il allait mener un groupe de volontaires pour nettoyer les lieux mercredi.

« Mon équipe et moi seront là-bas demain [mercredi], et je vous invite à nous rejoindre », a-t-il déclaré, appelant les bénévoles à apporter des râteaux, des sacs poubelles, des serpillères et des produits nettoyants.

Le gouverneur avait déjà condamné le vandalisme du cimetière Chesed Shel Emeth de University City, et appelé le peuple à « lutter contre les actes d’intolérance et de haine ».

Les pierres tombales vandalisées du cimetière juif Chesed Shel Emeth, près de St. Louis, le 20 février 2017. (Crédit : capture d'écran FOX2NEWS via JTA)
Les pierres tombales vandalisées du cimetière juif Chesed Shel Emeth, près de St. Louis, le 20 février 2017. (Crédit : capture d’écran FOX2NEWS via JTA)

L’attaque du cimetière a eu lieu entre vendredi soir et lundi matin, quand les dégâts ont été découverts.

Anita Feigenbaum, directrice exécutive du cimetière Chesed Shel Emeth, a déclaré au New York Times qu’entre 170 et 200 pierres tombales avaient été renversées, et que certaines avaient été brisées.

Une douzaine de centres juifs à travers les Etats-Unis ont reçu des alertes à la bombe nécessitant leur évacuation lundi.

Ces menaces téléphoniques proférées à l’encontre de onze sites différents portent à 69 le nombre total des incidents de ce genre survenus depuis le début de l’année dans 27 Etats américains et une province canadienne, selon le Jewish Community Center Association of North America.

Mardi, le CAIR a offert « une récompense de 5 000 dollars pour des informations entraînant l’arrestation et la mise en examen de la ou des personnes qui ont menacé à la bombe au moins 10 centres communautaires juifs dans le pays pendant le jour férié du President’s Day. »

Nihad Awad, directeur exécutif national du CAIR, en 2010. (Crédit : domaine public/WikiCommons)
Nihad Awad, directeur exécutif national du CAIR, en 2010. (Crédit : domaine public/WikiCommons)

Dans un communiqué, Nihad Awad, directeur exécutif national du CAIR, a déclaré que les musulmans devaient soutenir les Juifs et les autres minorités contre les crimes de haine.

« C’est le devoir des musulmans américains de proposer leur soutien à la communauté juive, et à tout groupe minoritaire ciblé dans les récentes poussées de crimes racistes dans tout le pays, a-t-il déclaré. Nous espérons que cette récompense aidera à appréhender et poursuivre rapidement les auteurs. »

Au moins 10 centres communautaires juifs des Etats-Unis ont reçu des menaces à la bombe lundi. Il s’agit de la quatrième vague de menaces en un mois.

JTA a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...