Jeff Goldblum, Terry Gross et Marc Maron découvrent à la TV leurs racines juives
Rechercher

Jeff Goldblum, Terry Gross et Marc Maron découvrent à la TV leurs racines juives

Le dernier épisode de l'émission généalogique de PBS "Finding Your Roots" aide trois célébrités à découvrir des détails sur leurs ancêtres qui ont fui l'antisémitisme en Europe

Jeff Goldblum, ému, dans l'émission "Finding Your Roots." (Capture d'écran PBS via JTA)
Jeff Goldblum, ému, dans l'émission "Finding Your Roots." (Capture d'écran PBS via JTA)

JTA — Le dernier épisode de l’émission de généalogie des célébrités de PBS « Finding Your Roots » a été une véritable leçon d’histoire juive.

Intitulée « Beyond the Pale » – une référence à la Zone de Résidence (Pale of Settlement, en anglais), la région d’origine de nombreux Juifs ashkénazes dans ce qui était alors la Russie impériale – l’épisode diffusé mardi 21 janvier a exploré les arbres généalogiques de l’acteur Jeff Goldblum, de l’animatrice de la station de radio NPR Terry Gross et du comédien Marc Maron.

Comme l’a expliqué le présentateur Henry Louis Gates, Jr., chacun d’entre eux possède « de profondes racines juives », mais ils ne connaissaient pratiquement rien de leurs ancêtres. Voici un bref aperçu de leur histoire individuelle.

Jeff Goldblum

Du côté de la mère de Goldblum, son arrière-grand-père Abraham Temeles a quitté sa ville natale de Zloczow, une ville de l’empire austro-hongrois, au début des années 1900 à cause de l’antisémitisme qui y sévissait. Les historiens de l’émission pensent que, comme de nombreux migrants juifs de l’époque, il a probablement parcouru 1 600 kilomètres en train à travers l’Europe jusqu’au port néerlandais de Rotterdam, où il est monté à bord d’un bateau pour Halifax, en Nouvelle-Ecosse.

Le voyage n’a pas été facile. Temeles, qui avait 50 ans à l’époque, est probablement resté dans l’entrepont pendant plusieurs jours au cours du voyage. Il a voyagé à bord du SS Vulturno, qui a coulé deux ans plus tard, tuant plus de 100 migrants juifs.

« C’est juste un coup de chance que je sois ici, je suppose », a réagi Jeff Goldblum.

Du côté de son père, son arrière-arrière-grand-père Zelik Povartzik a quitté sa ville natale de Starobin, en Russie, en 1911, juste un an avant qu’elle ne soit envahie par la violence antisémite. En 1941, lorsque les nazis ont envahi la Russie, ils ont tué la plupart des Juifs restants à Starobin, effaçant ainsi une grande partie de la famille de Goldblum des archives historiques.

Le seul descendant que l’équipe de Gates a pu retrouver est un cousin éloigné qui est mort en combattant pour l’armée soviétique contre les nazis.

« C’est émouvant, c’est très émouvant », a réagi l’acteur à la fin de l’émission en retenant ses larmes.

Terry Gross

Tout ce que Terry Gross savait de l’histoire juive de ses grands-parents était qu’ils venaient tous de ce qu’ils appelaient le « vieux pays ».

Lorsqu’elle et ses parents ont visité le Musée de la Shoah des États-Unis à Washington, D.C., quand elle était enfant, son père a vu une partie de la clôture d’un cimetière juif à Tarnow, en Pologne.

Comme l’a découvert le chercheur de Gates, ses deux grands-parents paternels y sont nés dans les années 1880 et ont immigré aux États-Unis au début des années 1900. Chacun d’eux avait une famille qui a choisi de rester, malgré la montée de l’antisémitisme autour d’eux.

Lorsque Hitler a envahi la Pologne en 1939, la population juive de Tarnow, qui comptait environ 25 000 personnes, s’est rapidement retrouvée enfermée dans un ghetto. En 1942, les nazis commencèrent à les massacrer – selon un témoignage, les nazis cognaient la tête des enfants contre des pavés et frappaient des adultes à la baïonnette, tuant 7 000 personnes en quelques jours. La plupart des proches de « Gross » de Tarnow ont alors disparu des archives – à l’exception d’un survivant nommé Nathan Zeller, qui n’a vécu que quelques années de plus jusqu’à sa mort au camp de concentration de Flossenburg en Bavière.

« Cela a rendu très spécifique et concret tout ce que je sais sur la Shoah », a-t-elle commenté. « Je me demande toujours s’il fallait fuir, aurais-je le courage de partir ? ».

Marc Maron

Maron a passé la majeure partie de son intervention dans l’émission à exprimer son choc face aux détails révélés sur sa famille, notamment sur le fait que sa grand-mère maternelle ait passé 13 jours dans l’entrepont d’un navire pour émigrer aux États-Unis avant la Première Guerre mondiale.

« Je ne sais pas comment ils ont fait… juste l’idée que de quitter son pays, de faire ses valises, que tout le monde allait partir… et prendre un bateau ? Vous plaisantez ? », a-t-il dit à un moment donné. « Un bateau ? Je ne peux pas être sur un bateau pendant une heure sans tomber malade. »

L’arrière-arrière-grand-père maternel de Maron travaillait dans une usine pétrolière à Drohobycz, dans ce qui faisait alors partie de la nouvelle république de Pologne. En 1914, au début de la Première Guerre mondiale, la Russie a envahi la région de Galice dont Drohobycz faisait partie. Les soldats russes ont battu, violé et tué un grand nombre de ses Juifs.

Gates a retracé le parcours du père de Maron jusqu’à un arrière-arrière-grand-père nommé Morris Mostowitz, qui possédait une chaîne d’épiceries dans la région de Charleston à la fin du 19e siècle. Mostowitz s’y était installé avec une vague d’autres Juifs cherchant à répondre aux besoins des marchands et des commerçants au lendemain de la guerre civile.

Mais Morris n’était pas un saint – il a été impliqué dans une bonne dizaine de crimes, dont le vol de chevaux et la vente illégale d’alcool, et a fini par être attaqué en justice par son fils Barney pour un prêt qu’il n’a jamais remboursé.

Maron a trouvé quelques similitudes de personnalité entre lui et Morris, avant de terminer sa séquence sur une note d’auto-réflexion.

« Il y a une résonance, le fait que peu importe votre religion ou ce qui fait de vous un Juif dans votre vie particulière, le fait que vous êtes défini à un certain niveau de façon très réelle par la réalité de l’antisémitisme … il y a quelque chose dans cette prise de conscience qui est encore et actuellement extrêmement important », a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...