Jelin : le comité de l’ONU a montré « son ignorance » sur le conflit de Gaza
Rechercher

Jelin : le comité de l’ONU a montré « son ignorance » sur le conflit de Gaza

Le député, qui a témoigné devant le comité, parle d’un « fossé énorme » entre « ce qu'ils savent et la vérité »

Haim Jelin, député de Yesh Atid. (Crédit : Ben Kelmer/Flash90)
Haim Jelin, député de Yesh Atid. (Crédit : Ben Kelmer/Flash90)

Alors que le comité d’enquête du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU (CDH) est sur le point de publier les conclusions de son enquête sur la guerre de l’été dernier, le député de la Knesset Haim Jelin, ancien chef du Conseil régional d’Eshkol qui est allé à Genève pour témoigner devant le comité, a déclaré lundi que le gouvernement israélien ne faisait pas assez pour défendre la cause d’Israël devant le monde.

Jelin (Yesh Atid), qui est allé à Genève avec sept autres personnes pour témoigner devant le comité au nom de ses électeurs en janvier, a également déclaré à la radio militaire que les questions qui lui ont été posées par les membres du comité d’enquête du CDH trahissaient un manque de connaissances.

« C’est vraiment de l’ignorance », s’est insurgé Jelin.

« Je sentais qu’ils posaient des questions qui étaient complètement déconnectées de la réalité. Cela montre le fossé énorme qui existe entre ce qu’ils savent et pensent et la vérité ».

A titre d’exemple, la radio, qui a obtenu un enregistrement de son témoignage (Jelin a répondu en hébreu aux questions des membres du comité posées en anglais), a diffusé une question posée par Mary McGowan Davis, l’ancienne juge de New York qui est à la tête de l’enquête. Elle a demandé à Jelin, environ 30 minutes après le début de l’enregistrement : « Je suis juste curieuse de savoir à quel distance se situaient ces camps et si ils étaient proches de votre conseil, la région que vous représentez. »

L’implication de la question était que les factions de Gaza auraient pu avoir tiré sur des soldats israéliens plutôt que des civils pendant la guerre. Jelin a répondu qu’il y avait eu une base de l’armée dans la région mais qu’elle avait été déplacée un an et demi avant la guerre.

Le Conseil régional Eshkol fut l’un des conseils les plus durement touchés par les tirs de roquettes provenant de Gaza pendant la guerre.

« On nous accuse d’être des faiseurs de guerre, de détester l’autre », a déclaré Jelin au comité de l’ONU, juste après leur avoir révélé que son fils avait été blessé dans les combats.

« Si seulement vous saviez à quel point nous élevons nos jeunes à aimer l’autre. Je suis conscient que c’est ce que tout le monde pense, donc je suis venu ici, et il y a un grand risque pour moi de venir ici parce que je pourrais être attaqué. J’ai décidé que je viendrais dire notre vérité, ce que nous avons enduré pendant 15 ans.  »

Il a également montré au comité des photos qu’il avait prises des tunnels transfrontaliers utilisés pour attaquer des soldats israéliens.

« Je suis allé dans les tunnels et j’ai pris des photos », a-t-il expliqué. « Ce sont les photos que je vous ai envoyées. Aucun photographe ne les a prises ; seulement moi. Il y a tant de ténèbres là-bas. Voilà l’avenir des Palestiniens dans la bande de Gaza. C’est ce que le Hamas fait. Au lieu de développer l’agriculture et la région, et de donner à leurs habitants un avenir, ils creusent des tunnels souterrains pour nous tuer. »

Lorsque Jelin a raconté l’histoire de Daniel Tragerman, un garçon de quatre ans du kibboutz Nahal Oz, tué par les tirs de roquettes du Hamas vers la fin du conflit de l’été dernier, il a pleuré pendant quelques instants puis a présenté ses excuses pour avoir perdu son sang-froid.

« Je n’aime pas les boycotts. Je ne suis pas prêt à boycotter et je ne pense pas qu’il était juste de boycotter », a déclaré Jelin déclaré, se référant à la décision d’Israël de ne pas coopérer avec le comité.

« Même si la situation est désespérée, nous devons lutter avec détermination pour la justesse de notre cause et ne jamais céder. Il ne faut pas que nous désespérions ou que nous perdions espoir. Nous devons continuer à travailler pour faire la lumière sur notre notre vérité, et le gouvernement israélien ne fait pas cela. »

Jonathan Beck a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...