Jénine : 4 suspects de terrorisme tués, 1 blessé lors de heurts avec l’armée
Rechercher

Jénine : 4 suspects de terrorisme tués, 1 blessé lors de heurts avec l’armée

Selon la police des frontières, les troupes ont essuyé des "tirs nourris" alors qu'elles entraient dans la ville pour une arrestation ; aucun soldat israélien n'a été blessé

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a prononcé un discours sur la pandémie de coronavirus, au siège de l'AP dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 5 mai 2020.
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a prononcé un discours sur la pandémie de coronavirus, au siège de l'AP dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 5 mai 2020.

Au moins quatre suspects palestiniens ont été tués lors d’une fusillade avec les forces de sécurité israéliennes dans la ville de Jénine, au nord de la Cisjordanie, à l’aube lundi matin, ont rapporté les médias palestiniens.

Selon la police des frontières, les troupes israéliennes étaient entrées dans la ville lors d’un raid d’arrestation. Au cours de l’opération, « la force a essuyé des tirs nourris à bout portant de la part d’un grand nombre de terroristes », a indiqué la police.

Les agents en civil « ont riposté aux tirs sur les terroristes et les ont neutralisés », selon la police.

Les médias palestiniens ont rapporté que quatre personnes ont été tuées dans l’échange et qu’une cinquième avait été blessée. Aucun garde-frontière n’a été blessé. Au moins 3 des personnes tuées ont été identifiées comme appartenant à des organisations terroristes, une personne du Jihad islamique palestinien et 2 personnes appartenant à l’aile armée du Fatah, les Brigades des Martyrs d’Al-Aqsa.

Le gouverneur de Jénine, Akram Rajoub, ancien chef de la sécurité en Cisjordanie, a contesté le récit de la police des frontières.

« C’est un massacre perpétré par l’occupation israélienne. Tous les récits diffusés par l’occupation sont des mensonges », a déclaré Rajoub à la station de radio officielle de l’Autorité palestinienne.

Selon les médias palestiniens, la cible du raid d’arrestation à Jénine était Muhammad Abu Zina, qui a été arrêté lors de l’opération. On rapporte qu’Abu Zina Abu Zina avait travaillé avec le Hamas et les groupes terroristes du Jihad islamique palestinien pour planifier des attaques en Cisjordanie dans le passé.

Des images vidéo de Jénine ont montré une partie de la fusillade. On entend des coups de feu, mais la vidéo ne permet pas de savoir qui les a tirés. On voit ensuite une ambulance arriver et emmener au moins un des suspects blessés.

Au moins l’un des suspects palestiniens, Nour Jarrar, semble être associé au groupe terroriste du Jihad islamique, – une photo de lui en treillis militaire, tenant un fusil d’assaut, ayant été diffusée.

Les trois autres suspects tués dans la fusillade ont été identifiés comme étant Raed Abu Seif, 19 ans, Saleh Amar, 21 ans, et Amjad Elazmi.

La quatrième personne tuée, Amjad Elazmi, n’a pas été immédiatement revendiquée comme membre d’une organisation terroriste.

Selon les médias palestiniens, deux des hommes ont été transportés dans un hôpital de Jénine où leur décès a été constaté, tandis que deux autres sont morts sur place et leurs corps ont été placés en détention par Tsahal. Par principe, Israël ne restitue pas immédiatement les dépouilles des terroristes tués.

La police des frontières a déclaré qu’elle était au courant des rapports palestiniens faisant état de cinq victimes, mais a refusé de faire d’autres commentaires.

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a dénoncé les quatre décès, prévenant que des actions israéliennes similaires pourraient aggraver une situation déjà tendue en Cisjordanie.

« Nous exprimons la forte colère et la condamnation de la présidence envers ce crime odieux. La poursuite de cette politique israélienne conduira les choses à exploser, et à plus de tension et d’instabilité », a déclaré le porte-parole d’Abbas, Nabil Abu Rudeineh, dans un communiqué.

La faction Fatah d’Abbas a déclaré une grève générale à Jénine, et de nombreuses personnes devraient assister aux funérailles, plus tard ce lundi, des deux Palestiniens dont les corps sont entre les mains des habitants.

Le groupe terroriste du Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a célébré ce qu’il considère comme le « sang pur des martyrs ».

« Cet acte héroïque de la jeunesse révolutionnaire de la Cisjordanie résurgente ne s’arrêtera pas tant que l’occupation ne sera pas expulsée », a déclaré Hazim Qasim, un porte-parole du Hamas.

L’échange est intervenu dans un contexte de tensions accrues en Cisjordanie et plus particulièrement dans la ville de Jénine.

Selon les Nations unies, quelque 57 Palestiniens sont morts lors d’affrontements avec des soldats israéliens cette année, soit le bilan le plus élevé depuis 2016. Certains ont été tués lors de violents affrontements avec les troupes, tandis que d’autres sont morts dans des circonstances plus ambiguës.

Aaron Boxerman a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...