Jeremy Corbyn a siégé aux côtés de terroristes du Hamas en 2012
Rechercher

Jeremy Corbyn a siégé aux côtés de terroristes du Hamas en 2012

L'élu a assisté à une conférence avec Khaled Mashaal et des membres du Hamas, fraîchement sortis de prison et responsables d'attentats meurtriers pendant la deuxième Intifada

Le leader du parti Labour britannique Jeremy Corbyn (deuxième à droite) assiste à une conférence de 2012 à Doha avec plusieurs terroristes palestiniens reconnus coupables du meurtre d’Israéliens. (Crédit : capture d'écran Twitter)
Le leader du parti Labour britannique Jeremy Corbyn (deuxième à droite) assiste à une conférence de 2012 à Doha avec plusieurs terroristes palestiniens reconnus coupables du meurtre d’Israéliens. (Crédit : capture d'écran Twitter)

Le dirigeant du Labour britannique Jeremy Corbyn a participé à une table ronde lors d’une conférence en 2012 à Doha avec plusieurs terroristes palestiniens condamnés pour meurtre, selon un rapport du dimanche, le dernier d’une série de documents montrant l’homme politique britannique aux côtés de groupes terroristes palestiniens.

Lors de la conférence, M. Corbyn a partagé une tribune avec Khaled Mashaal, alors chef du Hamas, qui figure sur la liste du Royaume-Uni des terroristes, a rapporté le Daily Telegraph dimanche.

Un autre terroriste présent à cet événement était l’ancien chef de l’aile militaire du Hamas, Husam Badran.

En tant que chef de la branche armée, Badram a supervisé un certain nombre d’attentats pour le groupe terroriste pendant la deuxième Intifada, y compris les attentats à la bombe de la pizzeria Sbarro à Jérusalem en 2001, qui ont tué 15 personnes, et de la discothèque Dolphinariam à Tel Aviv, qui en a tué 21.

Les conséquences d’un attentat suicide dans un restaurant Sbarro à Jérusalem, le 9 août 2001, qui a fait 15 morts et plus de 100 blessés. (Flash90)

Abdul Aziz Umar, qui a été condamné à sept peines d’emprisonnement à vie pour son implication dans l’attentat à la bombe du Café Hillel de Jérusalem en 2003, au cours duquel sept personnes ont été tuées, était également présent.

llustration: Des membres du Hamas regardent le 18 octobre 2011 un bus transportant des prisonniers palestiniens au terminal de Rafah avec l’Egypte dans le sud de la bande de Gaza (Abed Rahim Khatib / Flash 90).

Badran et Umar ont été libérés des prisons israéliennes en 2011, moins d’un an avant la conférence, dans le cadre de l’échange de prisonniers pour le retour du soldat israélien capturé Gilad Shalit.

Corbyn lui-même a écrit par la suite dans le journal Morning Star que le panel contenait des orateurs qui avaient été libérés, « en échange du soldat israélien Gilad Shalit ».

Il a dit que « leur contribution était fascinante et électrisante », a rapporté le Telegraph.

Dans la vidéo de l’événement de 2012, Badran déclare que « la nakba [le terme palestinien pour la « catastrophe » du déplacement de la population pendant la guerre israélo-arabe de 1948] qui a fait de nous des réfugiés a eu lieu par la force, et le retour ne sera possible que que par la résistance militaire et armée, et rien d’autre », selon une traduction du Telegraph.

Le 3 août 2018, un membre du bureau politique du Hamas Husam Badran, au centre, prend la parole à la frontière entre Israël et Gaza, à l’est de la ville de Gaza. (AFP / MAHMUD HAMS)

Dans le passé, le dirigeant du Labour a été critiqué pour avoir qualifié les groupes terroristes Hamas et Hezbollah d' »amis » lorsqu’il a invité des députés à une réunion parlementaire en 2009. Plus tard, il a minimisé le commentaire et a dit qu’il regrettait d’avoir utilisé ce terme.

Un porte-parole de Corbyn a déclaré au Telegraph que le dirigeant du Labour soutient les Palestiniens dans sa quête de paix dans la région.

« Jeremy a une longue tradition de solidarité avec le peuple palestinien et s’engage avec les acteurs du conflit pour soutenir la paix et la justice au Moyen-Orient. C’est la bonne chose à faire », a-t-il dit.

Au cours de la conférence, M. Corbyn a également offert son soutien au cheikh Raed Salah, le chef de la branche nord du mouvement islamique en Israël, qui, à l’époque, était menacé d’expulsion du Royaume-Uni pour incitation à la haine.

Jeremy Corbyn (deuxième à partir de la gauche) tenant une couronne lors d’une visite aux martyrs de Palestine, en Tunisie, en octobre 2014. (Page Facebook de l’ambassade palestinienne en Tunisie)

Cette dernière révélation survient trois jours après que The Times a publié une photo de Corbyn debout au côté du chef du Front populaire pour la libération de la Palestine, Maher al-Taher, lors d’une cérémonie de commémoration des terroristes de septembre 1972 qui ont pris part au massacre de 11 Israéliens aux Jeux olympiques de Munich.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...