Jérusalem-Est, généralement ignorée par Israël, bouclée par la 2e vague du virus
Rechercher

Jérusalem-Est, généralement ignorée par Israël, bouclée par la 2e vague du virus

Les Palestiniens à Jérusalem sont frappés de façon disproportionnée par la COVID-19 ; les responsables déplorent le manque de coordination avec la mairie et le déficit des hôpitaux

Des médecins dU Magen David Adom vus sur un site de prélèvement d'échantillons pour le dépistage du coronavirus, à l'entrée du village de Jabel Mukaber à Jérusalem-Est, le 2 avril 2020. (Photo par Yonatan Sindel/Flash90)
Des médecins dU Magen David Adom vus sur un site de prélèvement d'échantillons pour le dépistage du coronavirus, à l'entrée du village de Jabel Mukaber à Jérusalem-Est, le 2 avril 2020. (Photo par Yonatan Sindel/Flash90)

Les Palestiniens de Jérusalem-Est ont traversé la première vague de la pandémie de coronavirus relativement indemnes. Début mai, seuls 150 cas environ avaient été signalés dans les quartiers arabes de la ville.

Mais, comme partout ailleurs, c’est là que les choses ont commencé à mal tourner.

La ville compte désormais 3 891 cas actifs, le nombre le plus élevé d’Israël. Bien que le nombre de cas actifs parmi les Palestiniens soit contesté – le responsable de Clalit, Ali Jabrini, a déclaré au Times of Israel que 1 888 personnes étaient actuellement contaminées, alors que le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne fixe le nombre à 2 523 – tous voient un impact disproportionné à Jérusalem-Est.

Le nombre de cas de coronavirus actifs chez les Palestiniens de Jérusalem-Est a dépassé celui de Jérusalem-Ouest il y a deux semaines, même si les Palestiniens ne constituent que 38 % de la population de la capitale.

Quelque 375 cas ont été enregistrés dans l’est de la ville pendant la fête de l’Aïd al-Adha le week-end dernier, alors même que le nombre de cas actifs parmi les Palestiniens de Cisjordanie commençait à diminuer.

« Les choses sont absolument hors de contrôle ici », a averti Fouad Abu Hamid, directeur d’une clinique dans le quartier de Beit Safafa à Jérusalem-Est, dans une interview la semaine dernière.

Le nombre de nouveaux cas augmente alors même que le nombre total de tests diminue. Le directeur de l’hôpital Augusta Victoria, Walid Nammour, a déclaré que cela pourrait signifier qu’un grand nombre de cas ne sont pas détectés.

Walid Nammour, directeur de l’hôpital Augusta Victoria à Jérusalem-Est. (Capture d’écran : Canadian Lutheran World Relief)

La plupart des Palestiniens de Jérusalem-Est sont des résidents permanents d’Israël mais pas des citoyens. Leur carte de résidence bleue leur donne droit à l’adhésion à l’un des quatre organismes de santé israéliens et à l’assurance nationale, bien que les rapports de responsabilité du gouvernement aient révélé qu’un système complexe et opaque les empêche parfois d’accéder réellement aux prestations de l’État.

Pourtant, à la fin de la première vague de coronavirus dans les territoires palestiniens, Jérusalem-Est semblait largement épargnée, grâce à un degré exceptionnel de coordination entre la municipalité de Jérusalem et les groupes palestiniens locaux pour lutter contre le virus.

La municipalité a ouvert un centre de commandement de Jérusalem-Est à l’hôtel de ville, dirigé par le Commandement du Front Intérieur de l’armée israélienne, tandis que des comités locaux de lutte contre les coronavirus ont été formés pour suivre la situation dans chacun des quartiers palestiniens de Jérusalem-Est. La ville, en coordination avec les conseils communaux, a distribué des centaines de repas aux familles pendant le Ramadan.

Le maire de Jérusalem, Moshe Lion, « prend le coronavirus à Jérusalem-Est très au sérieux », a déclaré un ancien fonctionnaire municipal, Ben Avrahami, au Times of Israel. Parlant couramment l’arabe, Avrahami a conseillé le dernier maire de Jérusalem, Nir Barkat, sur Jérusalem-Est et continue à conseiller la municipalité.

« Il rencontre chaque semaine les dirigeants de Jérusalem-Est, y compris les directeurs des hôpitaux et des conseils communaux de Jérusalem-Est, pour faire le point sur la situation du coronavirus dans l’est de la ville », a déclaré M. Avrahami.

Les Palestiniens de Jérusalem-Est entretiennent depuis longtemps des relations tendues avec les autorités de la ville. Mais même ceux qui critiquent depuis longtemps la municipalité ont salué sa réaction à la première vague.

« Au cours de la première vague, les institutions municipales ont œuvré pour fournir des tests, des centres d’isolement, de l’aide aux chômeurs, de la nourriture aux personnes âgées. Nous avons senti que nous étions vraiment capables de répondre aux besoins des résidents, » a déclaré Hani Ghaith, qui dirige un centre communautaire dans le quartier de Silwan, ainsi que le conseil municipal.

Ghaith, un ancien membre des Tanzim, la branche armée du mouvement palestinien Fatah, est le cousin du gouverneur de Jérusalem de l’Autorité palestinienne Adnan Ghaith, qui a été arrêté à plusieurs reprises par les autorités israéliennes qui cherchaient à limiter la présence de l’AP dans la ville disputée.

Une partie de l’aide apportée à la ville s’est répercutée sur la deuxième vague en spirale de Jérusalem-Est. La municipalité a rouvert le centre de Commandement du Front Intérieur de Tsahal lorsque la deuxième vague a commencé. La semaine dernière, la municipalité de Jérusalem a annoncé qu’elle ouvrirait un hôtel à Jérusalem-Est pour accueillir les Palestiniens atteints de coronavirus. Lion a également ouvert un centre de dépistage du coronavirus dans le quartier arabe de Sheikh Jarrah.

Mais la deuxième vague a connu beaucoup moins de coordination avec les autorités palestiniennes locales, selon M. Nammour. Les réunions hebdomadaires de Lion avec les responsables de la santé de Jérusalem-Est ont cessé à la fin de la première vague et n’ont pas encore repris – même si la situation devient de plus en plus grave.

« C’est une honte. C’était apolitique, une véritable tentative de la municipalité d’écouter les besoins des habitants de Jérusalem-Est. Cela s’est arrêté », a déclaré M. Nammour.

Le bilan de Ghaith concernant la municipalité pendant la deuxième vague est également beaucoup moins rose.

« Il n’y a plus de coordination, plus rien. Je continue à me demander pourquoi personne ne travaille avec nous… J’ai l’impression que les habitants de Jérusalem-Est n’ont nulle part vers où se tourner », a-t-il déclaré.

Une femme musulmane porte un masque et des gants sur le Mont des Oliviers à Jérusalem-Est, qui surplombe le Dôme du Rocher et le complexe de la mosquée Al-Aqsa sur le Mont du Temple, qui reste fermé pour empêcher la propagation du coronavirus pendant le mois sacré du Ramadan, le vendredi 1er mai 2020. (AP Photo/Ariel Schalit)

D’autres militants de Jérusalem-Est ne partagent pas cet avis.

Nadira Jabr, qui dirige un conseil communautaire à Kafr Aqab, a déclaré qu’elle travaille régulièrement avec la municipalité sur le coronavirus dans les zones situées au-delà de la barrière de sécurité. Elle travaille pour que les habitants aient accès aux tests et puissent passer par les points de contrôle pour recevoir des soins médicaux.

« Nous avons eu une réunion avec le maire la semaine dernière. Toute personne qui a besoin de quelque chose nous en parle et nous travaillons d’urgence avec toutes les parties pour apporter de l’aide, pour aider les gens à se déplacer vers les hôtels coronavirus, pour tout », a déclaré Jabr au Times of Israel.

Les autorités ont proposé différentes explications à la forte augmentation du nombre de cas. Avrahami a suggéré que de nombreux résidents de Jérusalem-Est qui s’étaient rendus en Cisjordanie pour des mariages importants pourraient avoir ramené le coronavirus chez eux.

De nombreuses sources ont déclaré avoir assisté à une montée de la théorie du complot, beaucoup d’entre elles niant la gravité de la crise.

« La propagation du déni concernant le coronavirus et ses effets, même parmi les personnes instruites, est profondément préoccupante », a déclaré M. Nammour.

La géographie complexe de Jérusalem semble également façonner le chemin de la maladie. Les quartiers situés à l’intérieur de la clôture de sécurité, où la municipalité a une présence limitée, se portent mieux que ceux situés à l’extérieur.

« A quelques exceptions près, la situation en matière de coronavirus à Beit Safafa, Jabel Mukaber et dans les quartiers sud est meilleure qu’à Jérusalem Nord – Beit Hanina, Kafr Aqab, le camp de réfugiés de Shuafat, etc », a déclaré Abu Hamid la semaine dernière. Depuis lors, les cas ont également augmenté dans certaines zones à l’intérieur de la clôture, comme A-Tur et la Vieille Ville.

Au-delà du mur

En 2017, environ 140 000 Palestiniens de Jérusalem-Est vivaient dans les limites de la municipalité de Jérusalem mais au-delà de la barrière de sécurité. C’est là – dans des zones telles que Kafr Aqab et le camp de réfugiés de Shuafat – que le coronavirus pourrait faire le plus de victimes, ont déclaré des militants locaux au Times of Israel.

Les habitants de Kafr Aqab ont longtemps souffert de la négligence de la municipalité, affirmant que la ville ne fournit même pas les services publics de base aux habitants au-delà du mur. Les visiteurs de Kafr Aqab sont confrontés à des rues encombrées, congestionnées et à des tas d’ordures. Avec une population estimée à 120 000 personnes, le « quartier » est plus grand que certaines villes, mais reçoit relativement peu de fonds de la municipalité.

Avrahami a déclaré que les dirigeants de la ville travaillaient avec le conseil de la communauté locale sur la réponse au coronavirus. Mais il a également reconnu qu’il y avait des limites à ce que la municipalité pouvait accomplir dans un domaine dont les problèmes précèdent depuis longtemps la crise du coronavirus.

« Quand il s’agit de Kafr Aqab, il est clair que la réalité vécue là-bas est extrêmement difficile et éprouvante. Personne ne le conteste… C’est très difficile pour la municipalité d’être présente sur le terrain », a déclaré Avrahami.

Ces dernières années, la région a connu un essor considérable en matière de construction. Les Palestiniens de Jérusalem-Est, à la recherche de loyers moins chers, tout en pouvant conserver leurs permis de Jérusalem, ont afflué à Kafr Aqab.

La congestion et la densité dans les quartiers ont été un facteur important dans la propagation du virus, a déclaré Nadira Jabr au Times of Israel.

« Les gens ne respectent pas les directives, il y a beaucoup de rassemblements. Il y a beaucoup de stress dans ce domaine en termes d’espace », a déclaré M. Jabr.

Alors que lors de la première vague, les résidents ont généralement adhéré aux directives et sont restés chez eux, la deuxième vague a vu ce que le directeur du comité local sur le coronavirus, Samih Abu Rumeila, a qualifié de « déni généralisé de l’existence du virus ».

Abu Rumeila a déclaré qu’il recevait constamment des rapports sur les personnes testées positives ou celles mises en quarantaine au mépris des restrictions sanitaires. Beaucoup de ceux qui suspectaient d’avoir été exposés ne se donnaient même pas la peine de se faire tester, a-t-il dit, ajoutant qu’il pense que le nombre de cas non détectés à Kafr Aqab était énorme.

Même les tests eux-mêmes posent un problème. Lors de la première vague, un point de test exploité par le Magen David Adom existait au poste de contrôle de Qalandiya. Mais comme ce sont maintenant les mutuelles qui sont chargées des tests, ce point de contrôle n’a pas été rouvert alors même que le nombre de cas a fortement augmenté. L’assurance médicale Clalit semble être le seul prestataire de soins israélien à disposer d’un centre de dépistage au-delà de la barrière de sécurité.

Selon Abu Hamid, 70 % des Palestiniens de Jérusalem-Est sont inscrits à la Clalit, mais le reste se trouve dans les trois autres organismes de santé.

« Les seules personnes qui peuvent passer des tests ici sont celles qui sont membres de Clalit. Tous les autres sont coincés avec de longs délais d’attente, attendant trois ou quatre jours avant même de pouvoir passer un test », a déclaré Abu Rumeila.

La police israélienne franchirait rarement la barrière. Abu Rumeila a attribué le manque de présence policière au mépris généralisé des réglementations de distanciation sociale lors de la deuxième vague.

« S’il y a un mariage, des funérailles ou une remise de diplômes, la police devrait venir les interrompre et dire qu’il est illégal pour plus de 50 personnes de se rassembler dans une salle. Eh bien, lors de ces événements, plus de 1 000 personnes se rassemblent dans une salle, et la police n’est nulle part en vue », a déclaré Abu Rumeila.

Au cours de la première vague, les forces de sécurité palestiniennes ont mené de rares opérations à Jérusalem au-delà de la barrière de sécurité, même si Israël a interdit à l’Autorité palestinienne d’opérer partout dans la capitale. La police de l’AP aurait mis en place des points de contrôle et dispersé les foules conformément aux directives de distanciation sociale, tandis qu’Israël a fermé les yeux en raison de l’état d’urgence.

Entre-temps, cependant, la lune de miel fugace liée au coronavirus a pris fin. Israël et l’Autorité palestinienne sont en désaccord sur l’intention déclarée d’Israël – entachée de retards – d’annexer des parties de la Cisjordanie, et la coordination de la sécurité entre les deux parties a cessé.

« Si l’AP et Israël pouvaient coopérer davantage à Jérusalem, en particulier dans les zones situées au-delà du mur, ce serait mieux pour les résidents », a déclaré M. Abu Hamid.

Le potentiel d’une telle coopération a toujours été fragile et menacé. Il semble aujourd’hui presque éteint.

L’augmentation des déficits hospitaliers

Au milieu d’une énorme crise de santé publique, les hôpitaux de Jérusalem-Est ont subi un deuxième coup inattendu : la fin de la coordination entre l’Autorité palestinienne et Israël.

Les six hôpitaux de Jérusalem-Est traitent les résidents palestiniens de la capitale. Mais ils dépendent aussi financièrement de patients de Cisjordanie et de Gaza. Sans coordination, il est beaucoup plus difficile pour les Palestiniens de recevoir les permis et les fonds nécessaires pour entrer en Israël pour y recevoir des soins médicaux.

Alors que les autorités israéliennes ont ouvert des bureaux en Cisjordanie pour permettre aux Palestiniens qui s’y trouvent de demander directement des permis, les résidents de la bande de Gaza contrôlée par le Hamas n’ont pas cette possibilité.

Avant la fin de la coordination, environ 2 500 Gazaouis entraient chaque mois en Israël pour y recevoir des soins médicaux, dont beaucoup étaient traités dans le réseau hospitalier de Jérusalem-Est. En juillet, ce nombre était tombé à quelque 200, selon l’organisation israélienne de défense des droits humains Gisha.

De nombreux patients ont choisi de retarder des interventions chirurgicales non urgentes afin d’éviter une quarantaine de deux semaines à Gaza, a déclaré M. Nammour, d’Augusta Victoria. Mais d’autres patients ayant des rendez-vous en Israël ont vu leurs plans bien conçus s’écrouler.

Omar Yaghi, un bébé de 8 mois de Gaza, est mort fin juin après le report de sa chirurgie cardiaque prévue en Israël pendant des mois en raison de la fin de la coordination. Si Yaghi avait vécu, il aurait été soigné à Augusta Victoria.

Selon Jamal Dakkak, l’administrateur financier de l’hôpital al-Makassed du quartier a-Tur, son institution a perdu la majorité de son financement depuis le début de la crise. Alors que l’al-Makassed reçoit des fonds des quatre organismes de santé israéliens et de l’Institut national d’assurance israélien, environ 70 % de son budget provient du ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne, qui offre un soutien financier aux Palestiniens entrant en Israël pour y recevoir des soins médicaux.

Un pompier israélien désinfecte l’entrée de l’hôpital Saint-Joseph à Jérusalem-Est le 16 avril 2020, à titre de mesure préventive contre la propagation du coronavirus. (Yonatan Sindel/Flash90)

« Nous dépendons du ministère palestinien de la Santé car nous sommes l’hôpital de référence pour les cas critiques. La plupart des cas complexes et difficiles en Cisjordanie nous parviennent », a déclaré M. Dakkak.

Mais l’AP a annoncé fin mai que la fin de la coordination incluait le rejet des recettes fiscales qu’Israël perçoit en son nom. L’AP reçoit normalement environ 200 millions de dollars par mois d’Israël en recettes fiscales, soit plus des deux tiers de son budget.

La lutte contre un déficit budgétaire désormais colossal a rendu l’AP incapable de payer ses propres employés pendant des mois, sans parler de la subvention de milliers d’opérations chirurgicales coûteuses à Jérusalem-Est.

Gérer un hôpital à Jérusalem-Est n’a jamais été facile, mais les deux crises ont amené les six hôpitaux de Jérusalem-Est à un point sans précédent et dangereux, selon M. Nammour.

« Nous avons toujours connu des retards de paiement de la part de l’Autorité palestinienne. Mais il y a un nouveau problème, qui est une baisse de 40 % de nos revenus en raison de la crise… C’est devenu un véritable déficit, pas seulement un problème de liquidités », a déclaré M. Nammour.

Début avril, le maire de Jérusalem, M. Lion, a écrit une lettre au ministère israélien de la Santé pour demander un soutien supplémentaire au réseau hospitalier de Jérusalem-Est. Le ministère a répondu en fournissant à al-Makassed des respirateurs et des masques pour les interventions d’urgence. Toutefois, le déficit budgétaire actuel n’est toujours pas résolu.

L’hôpital a réduit les salaires de tout son personnel de 25 % ces dernières semaines et a retardé le paiement d’un nombre important de ses employés. M. Dakkak a déclaré qu’il pourrait devoir réduire encore plus les salaires si la situation financière ne s’améliore pas.

Certains hôpitaux bénéficiant d’un financement extérieur, comme ceux financés par le Croissant-Rouge, peuvent ne pas être confrontés à la même crise fiscale. Mais comme les hôpitaux excèdent leur capacité dans tout le pays, chaque médecin et chaque lit semblent critiques.

« On ne peut pas renvoyer les gens. C’est un hôpital, nous devons être préparés. Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre une seule personne, surtout pas du personnel médical », a déclaré M. Dakkak. « Nous avons besoin du soutien du gouvernement. Qui d’autre nous sauvera tous si ce n’est nos hôpitaux ? »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...