« Jérusalem-Est occupée » : la Jordanie convoque un diplomate australien
Rechercher

« Jérusalem-Est occupée » : la Jordanie convoque un diplomate australien

Après l'AP, c'est au tour de la Jordanie de penser que l'Australie "viole" les résolutions internationales

Le roi Abdallah II de Jordanie lors d'une interview avec la journaliste Christiane Amanpour, mai 2011 (Crédit : capture d’écran Youtube/ABCnews)
Le roi Abdallah II de Jordanie lors d'une interview avec la journaliste Christiane Amanpour, mai 2011 (Crédit : capture d’écran Youtube/ABCnews)

La Jordanie a convoqué le chargé d’affaires australien John Feakes lundi pour protester contre la décision de Canberra de ne plus utiliser le terme « occupée » à propos de Jérusalem-Est.

« La décision du gouvernement australien viole la loi internationale et les résolutions qui considèrent que Jérusalem-Est est une partie intégrante de tous les territoires palestiniens occupés en 1967 », a annoncé le porte-parole des Affaires étrangères dans un communiqué, en exprimant « l’inquiétude » du royaume.

La semaine dernière, l’attorney-général George Brandis –équivalent australien du ministre de la Justice– a estimé que le terme « occupée » pour la partie orientale de Jérusalem était « péjoratif », déclenchant la colère des Palestiniens.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’est en revanche félicité de la déclaration australienne qu’il a jugée « intéressante » et « courageuse ».

La partie orientale de Jérusalem, à majorité arabe, est occupée et annexée depuis juin 1967 par Israël après la guerre israélo-arabe. Les Palestiniens ambitionnent d’en faire la capitale de leur futur Etat.

Quelque 200.000 Israéliens y habitent dans des quartiers de colonisation, à côté de plus de 290 000 Palestiniens.

La communauté internationale ne reconnaît pas l’annexion de Jérusalem-Est et considère les colonies en territoire occupé comme illégales au regard du droit international.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...