Jérusalem fulmine après l’annulation du discours de l’envoyé israélien à Dublin
Rechercher

Jérusalem fulmine après l’annulation du discours de l’envoyé israélien à Dublin

Des manifestants pro-palestiniens ont envahi l’amphithéâtre, Zeev Boker n'a pas pu s'exprimer lors d'un évènement prévu au Trinity College en Irlande

Des manifestants palestiniens avant un discours de Zeev Boker, ambassadeur israélien, au Trinity College de Dublin, le 20 février 2017. (Crédit : capture d'écran Facebook)
Des manifestants palestiniens avant un discours de Zeev Boker, ambassadeur israélien, au Trinity College de Dublin, le 20 février 2017. (Crédit : capture d'écran Facebook)

Après une manifestation menée par des étudiants pro-palestiniens, l’université de Dublin a annulé le discours que devait donne l’ambassadeur israélien. Jérusalem appelle les autorités irlandaises à prendre des mesures contre les manifestants.

L’ambassadeur Zeev Boker devait prendre part à des échanges dans le cadre de la Society for International Affairs, aussi connue sous le nom de SOFIA, au Trinity College de Dublin lundi soir.

Environ 40 étudiants pro-palestiniens sont arrivés sur les lieux, munis de drapeaux et de pancartes. La police et les services de sécurité de l’université n’ont pas réussi à déloger les manifestants et ont été contraints d’annuler l’évènement.

L’évènement prévoyait un court discours de l’ambassadeur, suivi d’une session de questions réponses sur les échanges entre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président américain Donald Trump, d’après la page Facebook de l’évènement.

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré être « horrifié des actions vicieuses du groupe de manifestants, qui ont retiré à l’ambassadeur d’Israël sa liberté d’expression au Trinity Collège hier soir ».

Le ministère a accusé les manifestants d’avoir scandé « des slogans génocidaires pour la destruction d’Israël et d’avoir bloqué l’accès à l’amphithéâtre ». Cela ferait référence au slogan « de la rivière à la mer, la Palestine doit être libre ».

« Il est évident qu’ils ne s’intéressent pas à la résolution du conflit israélo-palestinien mais qu’ils cherchent davantage à enflammer la situation », a déclaré le ministère.

Le ministère a appelé l’université à « prendre les mesures nécessaires à l’encontre des instigateurs de la manifestation d’hier soir. Nous attendons des autorités irlandaises qu’elles prennent les mesures nécessaires pour assurer que l’ambassadeur d’Israël jouisse de sa liberté d’expression ».

Grace Conway, directrice de SOFIA, a déclaré au site The University Times que les manifestants n’avaient pas saisi l’objectif de cet évènement.

« Nous sommes très attristés par la réaction qu’a suscité cette évènement », a-t-elle déploré. « Nous pensons qu’il s’agit d’un malentendu sur ce que nous essayons de faire en tant que société. Nous voulons fournir une plate-forme d’échanges et nous ne faisons aucune discrimination entre les ambassadeurs. Nous invitons tous les ambassadeurs et les traitons avec le respect et le décorum qu’ils méritent, en tant que diplomates. Nous ne faisons aucune discrimination entre les pays, que nous soutenions sa politique ou non. »

No sign of the Israeli Ambassador yet – well done all! Keep it up!

Posted by Students for Justice in Palestine – Dublin on Monday, 20 February 2017

Conway a souligné que l’évènement n’était pas voué à manifester un quelconque soutien à la politique israélienne.

« SOFIA est neutre, et nous proposons une plate-forme de discussion. Nous ne soutenons ni ne condamnons l’attitude des pays que les ambassadeurs représentent », a-t-elle ajouté.

Ciara O’Hagan, directeur de la branche locale de l’organisation Students for Justice in Palestine, qui avait demandé à ce que l’évènement soit annulé, a affirmé que la manifestation était justifiée.

« Le message ici, c’est que nous respectons les droits des Palestiniens, même si l’ambassadeur israélien ne le fait pas. Il a déclaré que le siège de Gaza n’existe pas et a justifié et blanchi le régime des implantations », a-t-il confié au University Times.

Un groupe d’irlandais pro-Israël a appelé le Trinity College, l’union des étudiants et le ministre de l’Éducation Richard Bruton a condamné ce qu’il décrit comme de l’intimation et une attaque à la liberté d’expression.

Une semaine plus tôt, SOFIA avait accueilli l’ambassadeur turc qu’il s’était exprimé au sujet de la « politique étrangère ». Barry Williams, directeur d’Irish4Israel a taxé les manifestants d’hypocrites, qui manifestent contre la façon dont Israël traite les Palestiniens mais qui ferment les yeux sur les violations des droits de l’homme de la Turquie à l’égard de la population kurde, a indiqué l’Irish Times.

Deux semaines auparavant, Boker avait informé Jérusalem que Dublin avait l’intention de reconnaitre l’état palestinien prochainement.

Jeudi, le quotidien israélien Haaretz a relayé les propos d’un responsable israélien que Dublin aurait déjà pu reconnaitre la Palestine, mais que l’adoption de la loi qui régule les avant-postes a rendu cette reconnaissance d’autant plus probable.

Le responsable israélien a indiqué que le message de Boker recommandait que l’on demande de l’aide à l’administration Trump à Washington, et que Netanyahu prenne contact avec son homologue irlandais Enda Kenny, pour décourager Dublin de reconnaitre l’état palestinien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...