Israël en guerre - Jour 263

Rechercher

Jérusalem : La police empêche des extrémistes d’entrer dans le quartier musulman de la Vieille Ville

La police affirme que la marche a été arrêtée parce que des manifestants avaient violé les termes de l'accord avec la police interdisant les pancartes et les chants incendiaires

Jeremy Sharon est le correspondant du Times of Israel chargé des affaires juridiques et des implantations.

Des participants brandissent des pancartes lors d’une marche d’extrême droite à Jérusalem, le 7 décembre 2023. (Crédit : Jeremy Sharon/Times of Israel)
Des participants brandissent des pancartes lors d’une marche d’extrême droite à Jérusalem, le 7 décembre 2023. (Crédit : Jeremy Sharon/Times of Israel)

Une marche d’extrême droite organisée par des militants kahanistes et des ultranationalistes juifs a été stoppée net par un important dispositif policier, des canons à eau et des policiers à cheval.

La police avait approuvé la marche, qui était censée traverser le quartier musulman.

La police empêche une marche d’extrême droite d’entrer dans la vieille ville, le 7 décembre 2023. (Jeremy Sharon/Times of Israel)

La police affirme que la marche a été arrêtée parce que des manifestants avaient violé les termes de l’accord avec la police interdisant les pancartes et les chants incendiaires.

Au début de la marche, des pancartes indiquaient : « Nous exigeons vengeance », « Une balle dans la tête de chaque terroriste », « La coexistence avec l’ennemi est impossible » et « Un D9 [bulldozer] sur le mont du Temple est la vraie victoire », ce qui implique que la mosquée Al-Aqsa et le sanctuaire du Dôme du Rocher devraient être démolis.

La police a confisqué de nombreuses affiches et arrêté un manifestant avant de bloquer le chemin de la manifestation vers le nord de la Vieille Ville de Jérusalem et vers la porte de Damas, par où les manifestants devaient entrer.

Baruch Marzel, personnalité politique ultranationaliste de longue date, a rejeté les affirmations selon lesquelles la marche aurait pu déclencher des violences et des troubles intercommunautaires, affirmant que les atrocités du 7 octobre « ont eu lieu pendant la période la plus calme en Israël » depuis de nombreuses années dans le conflit israélo-palestinien.

Marzel a également critiqué la police pour avoir stoppé la marche, affirmant : « Il y a une démocratie en Israël pour la gauche, pas pour la droite. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.