Israël en guerre - Jour 254

Rechercher

Jérusalem : Le Hamas met en garde avant la Marche des Drapeaux dans la Vieille Ville

Le groupe terroriste de Gaza a déclaré qu'il ne permettra pas la "judaïsation" de Jérusalem et promet de maintenir "la résistance" avant l'événement controversé du 18 mai

Des Juifs participant à la "Marche des drapeaux" à l'occasion de la Journée de Jérusalem, passent par la porte de Damas, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 29 mai 2022. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Des Juifs participant à la "Marche des drapeaux" à l'occasion de la Journée de Jérusalem, passent par la porte de Damas, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 29 mai 2022. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

En amont d’une marche nationaliste controversée dans le quartier musulman de la Vieille Ville de la capitale, prévue dans le courant du mois, le groupe terroriste palestinien du Hamas a averti dimanche qu’il ne laisserait pas Israël « judaïser » Jérusalem.

Le porte-parole du Hamas, Abd al-Latif al-Qanou, a déclaré dans un communiqué que Jérusalem « restera la capitale palestinienne » et que le groupe terroriste basé à Gaza « ne permettra pas à l’occupation sioniste de mettre en œuvre des plans visant à judaïser la mosquée Al-Aqsa et la ville de Jérusalem par le biais de la division… ou d’une marche de drapeaux ».

« La Marche des drapeaux à Jérusalem ne changera pas la réalité, nous maintiendrons l’équation imposée par la résistance », a-t-il déclaré, en référence aux groupes palestiniens qui, par le passé, ont réagi aux événements survenus à Jérusalem et sur le site du mont du Temple, point névralgique de l’actualité, par des tirs de roquettes en provenance de Gaza.

La « Marche des drapeaux » de Yom Yeroushalayim – la Journée de Jérusalem – fortement surveillée, est un sujet de plus en plus conflictuel pour Israël. Ce défilé attire des dizaines de milliers de jeunes nationalistes-religieux qui célèbrent l’anniversaire de la prise de Jérusalem-Est par Israël au cours de la Guerre des Six Jours de 1967.

Cet événement annuel provocateur fait craindre une aggravation des tensions avec les Palestiniens. Il y a deux ans, la Marche a joué un rôle dans le déclenchement d’une brève guerre avec des terroristes basés à Gaza, et l’année dernière, elle a donné lieu à des affrontements sporadiques et des centaines de participants ont été filmés en train de scander « Mort aux Arabes » et d’autres slogans racistes et islamophobes.

« Le peuple palestinien continuera à protéger l’identité de la mosquée Al-Aqsa et à contrecarrer toute tentative d’étendre le contrôle sioniste sur Jérusalem », a déclaré al-Qanou.

Plus tôt dans la journée de dimanche, le porte-parole des terroristes a affirmé que des « groupes sionistes » organisaient des « leçons de Torah » sur le site ultra-sensible, le lieu le plus sacré du judaïsme et le troisième lieu saint de l’islam.

De jeunes Israéliens dansant avec des drapeaux à la porte de Damas, avant une marche nationaliste pour marquer la Journée de Jérusalem, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 29 mai 2022. (Crédit : Aaron Boxerman/Times of Israel)

Le mois dernier, au cours de la deuxième semaine du mois du ramadan, de violents affrontements ont éclaté sur le mont du Temple lorsque la police est entrée dans la mosquée, où des centaines d’émeutiers palestiniens s’étaient barricadés à l’intérieur avec des engins explosifs, des pierres et des pétards, afin de prendre pour cible des agents des forces de l’ordre et des civils israéliens, d’après la police.

La police a réussi à maîtriser les « agitateurs », mais plusieurs personnes se trouvant à l’intérieur ont filmé des images montrant des agents en train de battre brutalement et d’appréhender des Palestiniens, images qui sont devenues virales sur les réseaux sociaux et ont déclenché un tollé général dans le monde entier.

Les terroristes du Hamas ont également réagi en tirant plusieurs salves de roquettes sur Israël depuis le Liban et la bande de Gaza, ce qui a entraîné des frappes aériennes israéliennes en guise de représailles.

Les prières qui ont suivi sur le site ont été largement pacifiques et Israël a interdit aux visiteurs juifs l’accès au site pendant les dix derniers jours du ramadan.

Dans un contexte de fortes tensions, la Marche des drapeaux de cette année devrait avoir lieu le jeudi 18 mai.

Vendredi, un haut fonctionnaire israélien a confirmé au Times of Israel que la Marche suivrait son itinéraire initial, malgré les inquiétudes suscitées par une éventuelle escalade.

Les forces de sécurité israéliennes escortant les visiteurs juifs sur le mont du Temple, pendant le ramadan, qui coïncide cette année avec la fête de Pessah, à Jérusalem, le 9 avril 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Un reportage de la Douzième chaîne a évoqué vendredi le manque de manœuvre politique du gouvernement actuel sur cette question : déplacer l’itinéraire – alors que l’ancien Premier ministre Naftali Bennett l’avait maintenu l’année dernière – nuirait à son image d’authentique alternative de droite au gouvernement précédent.

Ces deux dernières années, l’administration Biden a exhorté Israël à modifier l’itinéraire de la Marche pour qu’elle passe par la porte de Jaffa, dans la Vieille Ville, au lieu de la porte de Damas, en contournant le quartier musulman, qui est largement peuplé de Palestiniens.

Mais les groupes nationalistes-religieux et de droite insistent pour que l’itinéraire initial soit maintenu, comme c’est le cas depuis des dizaines d’années, dans ce qui est censé signifier la « réunification » de Jérusalem par Israël.

En 2021, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait accepté de détourner la Marche des drapeaux du quartier musulman, mais il a attendu quelques heures avant le rassemblement pour prendre cette décision, ce qui a permis au Hamas et à d’autres groupes terroristes de multiplier les menaces à l’encontre d’Israël. Malgré cette décision, le Hamas a tiré une salve de roquettes sur Jérusalem, alors que la marche détournée se déroulait. Peu après, Tsahal a lancé l’Opération « Gardien des murs » à Gaza, qui a duré 11 jours.

L’année suivante, Bennett a subi des pressions similaires de la part des États-Unis, mais a finalement décidé d’autoriser la Marche à suivre l’itinéraire initial, ce qui a donné lieu aux scènes mondialement critiquées des participants chantant « Que votre village brûle », tout en dansant devant la porte de Damas. Toutefois, les groupes terroristes de Gaza ont largement évité de réagir comme ils l’avaient fait l’année précédente.

Le député Itamar Ben Gvir, chef de la faction d’extrême-droite Otzma Yehudit, hissant un drapeau israélien sur la place Safra, à Jérusalem, le 20 avril 2022. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Bien que la Douzième chaîne n’ait pas cité de source, elle a affirmé que les services de sécurité n’avaient pas reçu d’alertes concernant la tenue de la Marche des drapeaux le long de son itinéraire initial.

Le haut fonctionnaire qui s’est adressé au Times of Israel a précisé que des consultations supplémentaires en matière de sécurité auraient lieu sur la question avant qu’une décision finale ne soit prise. Un haut fonctionnaire américain a déclaré au Times of Israel la semaine dernière que la question était déjà dans le collimateur de l’administration Biden.

Le groupe Standing Together, qui prône la coexistence entre Juifs et Arabes, a adressé la semaine dernière une lettre au chef de la police israélienne Kobi Shabtaï, l’exhortant à détourner la Marche.

« La Marche est une provocation dont le but est de mettre un doigt directement dans les yeux des résidents palestiniens de Jérusalem », a écrit l’association, qui craint que la Marche ne déclenche de nouvelles violences entre Israéliens et Palestiniens.

Des appels similaires ont été lancés par les groupes de gauche Peace Now, Emek Shaveh et Ir Amim.

Shabtaï dépend du ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, un fervent partisan de l’extrême-droite qui a plaidé haut et fort en faveur de l’autorisation de la Marche nationaliste dans le quartier musulman.

Jacob Magid a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.