Rechercher

Jérusalem : Affrontements entre Palestiniens et policiers sur le Mont du Temple

Des fidèles musulmans ont jeté des pierres vers le Mur occidental vendredi matin ; des policiers sont intervenus sur le Mont du Temple ; de nombreux blessés sont à déplorer

Des Palestiniens affrontent les forces de sécurité israéliennes sur le mont du Temple dans la vieille ville de Jérusalem, le 15 avril 2022. (Crédit: AP Photo/Mahmoud Illean)
Des Palestiniens affrontent les forces de sécurité israéliennes sur le mont du Temple dans la vieille ville de Jérusalem, le 15 avril 2022. (Crédit: AP Photo/Mahmoud Illean)

Des affrontements ont éclaté entre des Palestiniens et la police israélienne sur le Mont du Temple tôt vendredi matin, alors que les tensions s’intensifient, avec des menaces d’attaque terroriste, et alors que l’observance des principales fêtes convergent toutes autour du site sacré. L’après-midi sur le site a été plus calme, les prières s’achevant dans le calme.

Des affrontements entre la police et les fidèles sur le site ont été signalées vers 6h30 du matin ; des agents ont pénétré dans l’enceinte et se sont heurtés à des individus barricadés à l’intérieur.

La police a déclaré dans un communiqué que, vers 4 heures du matin, des dizaines de jeunes avaient commencé à parcourir la zone, portant des drapeaux de l’Organisation de libération de la Palestine et du groupe terroriste du Hamas aux commandes à Gaza.

Les manifestants ont lancé des pierres et des feux d’artifice, tout en stockant des pierres et d’autres objets pour se préparer à de nouveaux affrontements, selon la police.

La police a déclaré avoir attendu la fin des prières du matin avant d’entrer sur le Mont du Temple pour disperser les émeutiers, et que certains d’entre eux avaient jeté des pierres sur le Mur occidental situé en contrebas.

Selon la police, des Palestiniens se sont barricadés à l’intérieur de la mosquée Al-Aqsa, d’où ils ont lancé des pierres sur des officiers. Le communiqué de la police a déclaré que les émeutes empêchaient les prières à la mosquée et « nuisaient ainsi à un grand nombre de musulmans qui souhaitaient prier dans le calme ».

Selon la police, trois policiers ont été légèrement blessés après avoir été visés par des pierres ; deux d’entre eux ont eu besoin de soins médicaux.

Le groupe d’urgence du Croissant-Rouge palestinien a signalé que 152 personnes avaient été blessées dans les affrontements. Il a indiqué que la grande majorité avait été soignée à l’hôpital al-Makassed de Jérusalem-Est et dans un hôpital temporaire mis en place par des médecins, sans donner de détails sur la nature des blessures.

La police a diffusé des images vidéo de la scène.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a publié une déclaration clarifiant que les officiers n’étaient pas entrés dans la mosquée Al-Aqsa, le troisième site le plus sacré de l’islam. et le site le plus saint du judaïsme.

« Des hommes masqués lancent des pierres et des feux d’artifice, profanant la mosquée Al-Aqsa », a-t-il ajouté. « Contrairement aux FAUX rapports, les forces de police NE SONT PAS entrées dans la mosquée. »

Mais plus tard vendredi matin, des policiers sont entrés dans la mosquée et ont arrêté plusieurs Palestiniens, comme en a attesté une séquence vidéo. Le directeur de la mosquée a déclaré que quelque 400 Palestiniens s’y trouvaient.

La police a déclaré dans un communiqué qu’elle s’était engagée à autoriser les prières sur le lieu saint. « Nous appelons les fidèles à maintenir l’ordre et à observer les prières de manière ordonnée. La police israélienne ne permettra pas aux émeutiers de perturber les prières et de troubler l’ordre public », a déclaré la police.

Il a ajouté plus tard que le site avait été rouvert aux fidèles, après que « tous les contrevenants à l’ordre public aient été dispersés et arrêtés ».

Le groupe terroriste du Hamas a déclaré dans un communiqué qu’Israël subirait les conséquences de ses « attaques brutales ».

« Notre peuple à Jérusalem n’est pas seul dans la bataille d’Al-Aqsa. Tout le peuple palestinien et sa noble résistance et sa puissance vitale sont avec eux », a déclaré le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhum.

Au début de la semaine, les groupes terroristes de Gaza ont répété que Jérusalem et la mosquée Al-Aqsa étaient, pour eux, des « lignes rouges ».

Les craintes de violence étaient déjà élevées avant même les échauffourées de vendredi matin.

Ce vendredi est le deuxième du mois sacré musulman du Ramadan, la première nuit de la fête de Pessah et le vendredi saint, jour où les chrétiens commémorent la crucifixion de Jésus.

Dans le même temps, une série d’attentats terroristes meurtriers en Israël au cours des dernières semaines a fait 14 morts et laissé Israël sous le choc. Les attaques ont provoqué des contre-mesures de la part des forces de sécurité israéliennes dans toute la Cisjordanie, y compris des opérations d’arrestations qui ont dégénéré.

Le Hamas a appelé jeudi à une escalade contre Israël et a exhorté à ce que « des centaines de milliers » de Palestiniens assistent aux prières du vendredi à Jérusalem, attisant davantage les craintes de conflit.

Des milliers de policiers et des centaines de soldats ont été envoyés dans la capitale pour renforcer la sécurité dans les rues et dans les lieux publics. Les forces de sécurité ont mis en garde contre les tentatives de mener de nouvelles attaques et ont travaillé pour combler les brèches dans la barrière de sécurité entre Israël et la Cisjordanie.

Des Palestiniens brûlant des pneus et bloquant les rues menant au tombeau de Joseph, près du camp de réfugiés de Balata, dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie, le 11 avril 2022. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

Le chef des opérations de la police des frontières, Oded Aflalo, a déclaré jeudi à Ynet que les troupes de la force étaient au plus haut niveau d’alerte.

« Aujourd’hui est le jour où nous sommes à notre apogée pour les préparatifs avant la nuit du Seder, combinés aux prières du vendredi pour le Ramadan », a-t-il déclaré, faisant référence au dîner traditionnel du premier soir de Pessah. « Tous les scénarios possibles sont sur la table, qu’il s’agisse d’un individu menaçant ou d’une cellule d’organisation terroriste. »

Il a déclaré que la police des frontières œuvrait retrouver des Palestiniens qui se trouvaient illégalement en Israël.

Un haut responsable de la police a déclaré à Ynet que des officiers supplémentaires garderaient les gares et les arrêts de bus, qui devraient être bondés de voyageurs et de soldats rentrant chez eux depuis les bases militaires. Le responsable de la police a également déclaré que la sécurité sera renforcée dans les hôtels et autres sites qui accueilleront de grands dîners de Seder.

Les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne coopèrent avec leurs homologues israéliens et la plupart des Palestiniens ne devraient pas descendre dans la rue, a rapporté la Douzième chaîne.

Des soldats de Tsahal en train d’opérer en Cisjordanie, le 13 avril 2022. (Crédit : Tsahal)

Un haut responsable de la sécurité a déclaré à la Douzième chaîne qu’une flambée de violence pourrait entraîner Israël dans une autre série de combats à Gaza comme la guerre de l’année dernière avec le Hamas.

« S’il y a une escalade demain et qu’il y a des victimes, nous pourrions passer à l’opération ‘Gardien des murs’ pour la deuxième fois », a-t-il déclaré, faisant référence au conflit de 2021.

Le Ramadan est généralement une période de haute tension, alors que des dizaines de milliers de fidèles, dont de nombreux Palestiniens de Cisjordanie, assistent aux offices à la mosquée Al-Aqsa, qui se trouve au sommet du complexe du Mont du Temple.

Le site est l’épicentre émotionnel du conflit israélo-palestinien et les tensions peuvent facilement faire boule de neige en conflagrations plus larges. Le Hamas et d’autres groupes terroristes basés à Gaza ont à plusieurs reprises invoqué le lieu saint comme une ligne rouge. Les actions de la police pour réprimer les émeutes là-bas l’année dernière ont contribué à déclencher la guerre de 11 jours à Gaza en mai.

Des Palestiniens assistent aux prières de l’après-midi sur le Mont du Temple, qui abrite la mosquée Al-Aqsa, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le premier vendredi du mois sacré musulman du Ramadan, le 8 avril 2022. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Cette semaine, un groupe d’extrémistes juifs a fait monter les tensions en encourageant publiquement les sacrifices rituels pour Pessah sur le Mont du Temple. En vertu d’un statu quo très fragile, les Juifs sont autorisés à visiter l’enceinte mais ne peuvent pas y prier ni y accomplir de rituel religieux.

Le groupe extrémiste « Retour au mont », qui prône la construction d’un troisième temple, a annoncé sur Facebook qu’il offrirait une récompense en espèces à ceux qui réussiraient à sacrifier un agneau sur le Mont du Temple, ainsi qu’à ceux qui seraient interpellés dans leur tentative.

Un petit groupe d’extrémistes juifs tente régulièrement de pratiquer le sacrifice de Pessah prescrit par la Bible sur le Mont du Temple, mais la police en a toujours empêché les auteurs en les interpellant.

Cette année, la campagne des extrémistes a eu un fort écho dans les médias palestiniens et arabes à la suite d’une publication sur les réseaux sociaux offrant une récompense en espèces à ceux qui en feraient la tentative, même s’ils se faisaient arrêter. La publication a suscité, en réaction, des menaces de la part du Hamas et la condamnation de la Jordanie et de l’Autorité palestinienne.

Les autorités israéliennes ont, de leur côté, promis de déjouer toute tentative d’introduire des animaux sacrificiels dans l’enceinte, comme elles l’ont déjà fait par le passé.

Jeudi, le Hamas et d’autres groupes terroristes de Gaza ont déclaré dans un communiqué conjoint : « Nous déclarons une mobilisation générale dans tous les endroits où se trouve notre peuple. Nous appelons les masses à sortir par centaines de milliers pour protéger notre nation et notre mosquée. »

Yahya Sinwar, leader du groupe terroriste du Hamas, lors d’une réunion avec les membres des factions terroristes palestiniennes, dans la bande de Gaza, le 13 avril 2022. (Crédit : Attia Muhammed/Flash90)

Six Juifs ont été arrêtés jeudi matin après que la police a soupçonné qu’ils prévoyaient de sacrifier une chèvre sur le Mont du Temple avant Pessah.

Israël a transmis des messages au Hamas selon lesquels les autorités israéliennes ne permettront pas aux extrémistes juifs de faire des sacrifices sur le Mont du Temple, a déclaré le responsable du Hamas Saleh al-Arouri aux médias du Hamas.

Al-Arouri a déclaré que le Hamas ne faisait pas confiance à Israël et que le groupe terroriste se préparait à répondre aux tentatives de « souiller Al-Aqsa ».

Des dizaines de milliers de personnes étaient déjà attendues pour assister à la prière du vendredi à Al-Aqsa.

Pour des raisons de sécurité, Israël réglemente étroitement le mouvement des Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza à destination de son territoire. Mais les autorités israéliennes assouplissent régulièrement certaines de ces restrictions ou délivrent des permis spéciaux pendant les fêtes musulmanes et chrétiennes. La plupart des fidèles du Ramadan entreront ainsi en Israël sans permis. La participation des Palestiniens de Cisjordanie est limitée aux femmes, aux enfants et aux hommes de plus de 50 ans, conformément aux ordres du ministère de la Défense émis plus tôt ce mois-ci.

Laisser entrer des milliers de Palestiniens comporte un risque évident pour la sécurité d’Israël, mais réprimer les fidèles pendant le Ramadan pourrait déclencher une flambée de violence.

En plus des frictions pendant les fêtes, les troupes israéliennes ont mené de vastes raids en Cisjordanie à la suite de la vague de terreur la plus meurtrière en Israël depuis des années. Les raids ont conduit à de violentes manifestations dans de nombreuses communautés de Cisjordanie.

Au moins 16 Palestiniens ont été tués dans des affrontements avec Tsahal au cours des deux dernières semaines seulement, dont un jeune de 17 ans décédé vendredi matin des suites de blessures subies la veille.

Au total, 18 suspects ont été arrêtés en Cisjordanie ces derniers jours, a annoncé jeudi Tsahal.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...