Jérusalem presse Berlin d’arrêter de financer des groupes anti-Israéliens
Rechercher

Jérusalem presse Berlin d’arrêter de financer des groupes anti-Israéliens

La lettre adressée à l'Allemagne n'est pas signée, mais des sources indiquent à un quotidien local qu'elle portait la marque de l'ONG Monitor, ciblant souvent des groupes de gauche

La chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une conférence de presse après une réunion à la Chancellerie de Berlin le 4 juin 2018. (Tobias SCHWARZ / AFP)
La chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une conférence de presse après une réunion à la Chancellerie de Berlin le 4 juin 2018. (Tobias SCHWARZ / AFP)

BERLIN (JTA) — Israël presse l’Allemagne de cesser le financement de dizaines d’organisation politiques, culturelles et religieuses – dont le Musée juif de Berlin – qu’elle accuse d’agitations anti-israéliennes dans le pays et à l’étranger, d’après une lettre non officielle obtenue par un quotidien allemand de gauche.

Le Tageszeitung, ou Taz, s’est procuré une copie de ce courrier de sept pages envoyé au bureau de la chancelière Angela Merkel et au ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement, qui exige de l’Allemagne qu’elle « revoit ses directives concernant le financement fédéral ».

L’origine de la lettre n’est pas précisée, mais des sources ont indiqué au journal allemand qu’elle portait la marque d’une ONG basée à Jérusalem, Monitor, laquelle cible fréquemment des groupes marqués à gauche.

Un porte-parole du gouvernement allemand a annoncé au Taz que les deux pays discutaient actuellement du soutien de l’Allemagne à des ONG et qu’Israël leur fournissait également des informations à ce sujet. Il n’a, par ailleurs, pas confirmé ou nié que la lettre émanait de représentants israéliens officiels.

Dans cette dernière, l’Allemagne serait accusée d’aller trop loin en soutenant des groupes engagés dans des activités anti-israéliennes et qui tentent d’intervenir dans les affaires intérieures d’Israël. Parmi les noms cités dans la lettre, on retrouve le magazine +972 de la Fondation Heinrich Böll, un think-tank affilié au Parti vert allemand, dont les auteurs « accuseraient régulièrement Israël d’apartheid ».

Il y est également reproché au Musée juif de Berlin de mettre en avant le point de vue islamo-palestinien dans une exposition actuelle sur la ville de Jérusalem, et « d’organiser régulièrement des événements et des débats avec des soutiens célèbres du BDS [mouvement de boycott anti-israélien] ». Le festival international du film de Berlin, la Berlinale, fait face aux mêmes accusations.

Le courrier mentionne également des fondations, des groupes religieux et des organisations partenaires présentes en Israël et dans les Territoires palestiniens comme étant impliqués dans des activités anti-israéliennes et critique l’Allemagne pour son financement de films réalisés par des groupes pro-BDS.

Il exhorte l’Allemagne à « conditionner son soutien financier à l’arrêt total de telles activités ».

Pendant ce temps, certains groupes se sont défendus de ces allégations. Un porte-parole de la Fondation Böll a indiqué au Taz qu’ils avaient observé un accroissement de la pression exercée par Israël sur les ONG – à la fois en Israël et dans les Territoires palestiniens – perçues comme critiques envers le gouvernement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...