Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

JO-2024 : la France « peut être fière » de Pierre de Coubertin, estime le patron du CIO

"Les Jeux olympiques et le modèle sportif qu'il a créés ont passé l'épreuve du temps", a estimé Thomas Bach, en dépit des critiques concernant les prises de position de Coubertin sur les femmes et le colonialisme

Les anneaux olympiques exposés place du Trocadéro en 2017 pour célébrer l'attribution des Jeux à Paris. (Crédit : Anne Jea/ CC BY-SA 4.0)
Les anneaux olympiques exposés place du Trocadéro en 2017 pour célébrer l'attribution des Jeux à Paris. (Crédit : Anne Jea/ CC BY-SA 4.0)

Le président du CIO, Thomas Bach, a exhorté dimanche la France à être « fière » de Pierre de Coubertin, fondateur des Jeux olympiques modernes, en dépit des critiques concernant ses prises de position il y a cent ans sur les femmes et le colonialisme.

« Les Jeux olympiques et le modèle sportif qu’il a créés ont passé l’épreuve du temps », a estimé M. Bach lors d’une conférence à l’université de la Sorbonne à Paris, à l’occasion du 130e anniversaire de la création du CIO, préalable à la renaissance des JO.

« C’est pourquoi la France peut être fière de Coubertin et de son héritage », a-t-il ajouté, devant une assemblée où ne figuraient ni la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra, ni la maire de Paris Anne Hidalgo.

Le baron a été relégué au second plan, tout au long de la préparation des Jeux olympiques de Paris 2024, qui débuteront le mois prochain (26 juillet-11 août). Son cas divise : quand les uns déplorent ses propos sexistes, misogynes, procolonialistes, en un mot réactionnaires, d’autres louent son dévouement à l’utilisation du sport pour promouvoir la paix et voient en lui un visionnaire et un humaniste.

A propos des femmes, qu’il ne voulait pas voir dans les stades, Coubertin écrivit en 1922 cette tirade : « Une petite olympiade femelle à côté de la grande olympiade mâle. Où serait l’intérêt ? (…) Inintéressante, inesthétique, et nous ne craignons pas d’ajouter : incorrecte, telle serait à notre avis cette demi-olympiade féminine ». Sur un autre terrain, on exhume aujourd’hui ses propos favorables à la colonisation et une phrase sur les « races inférieures ».

« Nous ne l’oublierons pas »

Pour Thomas Bach, il s’agit de juger Pierre de Coubertin à l’aune des valeurs du début du XXe siècle.

Baron Pierre de Coubertin. (Domaine public)

« Chaque être humain a le droit d’être jugé uniquement dans le contexte de son époque. J’aimerais que notre fondateur visionnaire soit jugé de la même manière », a-t-il dit, en rappelant que l’aristocrate « militant de la paix » avait défié la vague montante de nationalisme en Europe.

Tony Estanguet, patron du comité organisateur des Jeux (Cojo) a lui salué « l’audace et le courage » de Coubertin dans son discours. « En France, plus qu’ailleurs, nous savons ce que nous devons à Pierre de Coubertin. Nous en sommes fiers et nous ne l’oublierons pas », a-t-il promis.

L’admiration sans retenue du baron pour l’organisation grandiose des Jeux de Berlin en 1936 par le régime nazi lui est aussi reprochée, même s’il n’y assista pas en personne.

« A une époque marquée par le nationalisme et les tensions, il était convaincu que le sport pouvait rassembler les gens », l’a défendu dimanche Alexandra de Navacelle de Coubertin, présidente de l’association familiale éponyme.

Quant aux législatives anticipées du 30 juin et 7 juillet, qui plongent la France dans l’incertitude, au cours desquelles le Rassemblement national, parti d’extrême droite, espère obtenir la majorité, Thomas Bach s’est bien gardé de faire tout commentaire.

« Je ne suis pas un citoyen français. Je n’ai pas le droit de vote », a-t-il argué.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.