John Oliver s’en prend aux affaires Netanyahu
Rechercher

John Oliver s’en prend aux affaires Netanyahu

L'animateur s'est moqué des efforts "absolument ridicules" du Premier ministre pour minimiser son usage des fonds publics

John Oliver, présentateur de l’émission diffusée sur HBO « Last Week Tonight », s’est intéressé dimanche aux accusations de corruption lancées envers le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara.

Tandis que le Premier ministre a nié les accusations de pots-de-vin et rejeté les recommandations prônant une inculpation dans deux affaires – dont l’une impliquerait des centaines de milliers de shekels de cadeaux luxueux, notamment des cigares et du champagne – Oliver a noté que « Netanyahu et son épouse ont des goûts réputés pour être extravagants ».

Sara Netanyahu a été surnommée « la Marie-Antoinette israélienne », a-t-il ajouté, se référant au nom de l’épouse du dernier roi de France Louis XVI, qui était appelée « Madame déficit » en raison de ses dépenses fastueuses. Cet épithète était, a plaisanté Oliver, « à la fois une dure critique mais également un thème objectivement chic pour une bat-mitzvah ».

L’animateur britannique a alors rappelé aux téléspectateurs qu’au fil des années, le couple Netanyahu a été accusé d’avoir dépensé 1 700 dollars sur fonds publics pour des bougies parfumées et 2 700 dollars en crèmes glacées haut de gamme.

En 2013, a continué Oliver, le Premier ministre a dépensé 127 000 dollars de l’argent des contribuables pour installer un lit double à bord d’un avion d’El Al qui allait l’emmener en compagnie de son épouse aux funérailles de l’ancienne Première ministre britannique Margaret Thatcher, un voyage de cinq heures.

« Je crois que je comprends le truc », s’est-il amusé. « On va d’abord aux funérailles de Margaret Thatcher et après, quand on est bien énervé, on est prêt à s’envoyer en l’air ! », a-t-il dit.

Raillant « les efforts livrés par Netanyahu pour minimiser son usage des fonds publics » dans le passé, les qualifiant « d’absolument ridicules », Oliver a diffusé une séquence vidéo de 2015 montrant Sara Netanyahu faisant visiter la résidence officielle du Premier ministre à un célèbre décorateur d’intérieur, où elle soulignait l’état délabré des lieux.

Cette vidéo avait été diffusée vingt-quatre heures seulement avant la parution d’un rapport établi par le contrôleur de l’Etat consacré à une enquête sur des accusations de dépenses excessives et un mauvais usage des fonds publics par le couple. Durant la visite, le décorateur, Moshik Galamin, avait exploré un placard, plaisantant sur le fait qu’il pensait qu’Anne Frank se cachait à l’intérieur.

« Ouah ! », s’est exclamé Oliver, disant qu’il ne pouvait parvenir à croire que personne au bureau du Premier ministre n’ait jugé nécessaire de couper « la plaisanterie Anne Frank ».

Anne Frank, enfant victime de l’Holocauste, avait écrit un journal intime sur la vie dans la clandestinité pour échapper aux nazis pendant l’occupation allemande des Pays-Bas durant la Seconde Guerre mondiale. Elle avait été assassinée dans un camp de concentration nazi en 1945.

Mardi dernier, la police a recommandé l’inculpation du Premier ministre Netanyahu dans deux affaires de corruption.

Dans l’Affaire 1000, Netanyahu et son épouse Sara sont soupçonnés d’avoir reçu des cadeaux illicites de la part de bienfaiteurs milliardaires, notamment des cigares et du champagne pour un montant de plusieurs centaines de milliers de shekels de la part du producteur de Hollywood Arnon Milchan, né en Israël.

L’Affaire 2000 implique un accord de compromis présumé passé entre Netanyahu et le directeur de la publication du journal Yedioth Ahronoth, Arnon Mozes, qui aurait vu le Premier ministre affaiblir un quotidien rival, Israel Hayom, propriété de Sheldon Adelson, en échange d’une couverture de ses actions plus favorable.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...