Jordanie : la reine Noor dénonce une « calomnie »
Rechercher

Jordanie : la reine Noor dénonce une « calomnie »

La reine a affirmé "prier pour que la vérité et la justice l'emportent pour toutes les victimes innocentes"

Sa Majesté la Reine Noor de Jordanie assiste à une cérémonie marquant le 20e anniversaire du massacre de Srebrenica dans le complexe commémoratif de Potocari, à 150 km au nord-est de Sarajevo, le samedi 11 juillet 2015. (Crédit : AP/Amel Emric)
Sa Majesté la Reine Noor de Jordanie assiste à une cérémonie marquant le 20e anniversaire du massacre de Srebrenica dans le complexe commémoratif de Potocari, à 150 km au nord-est de Sarajevo, le samedi 11 juillet 2015. (Crédit : AP/Amel Emric)

La reine Noor, mère du prince Hamza qui s’est dit samedi soir « assigné à résidence » par les autorités en Jordanie, a dénoncé dimanche une « calomnie », et affirmé « prier pour que la vérité et la justice l’emportent pour toutes les victimes innocentes ».

La reine Noor, quatrième et dernière épouse de l’ancien roi Hussein, décédé en 1999, s’est exprimée sur Twitter au lendemain d’une vague d’arrestations pour « raisons de sécurité » à Amman et de l’affirmation par son fils, le prince Hamza, qu’il avait été placé en « résidence surveillée » par le pouvoir.

Dans une vidéo transmise à la BBC par son avocat, le prince jordanien a affirmé que le chef d’état-major de l’armée s’était rendu à son domicile et lui avait signifié qu’il n’était « pas autorisé à sortir ». Il a nié avoir pris part à un complot.

Dans un communiqué, ce chef d’état-major, le général Youssef Huneiti, a lui précisé que le prince Hamza avait été « appelé à arrêter les activités qui pourraient être utilisées pour porter atteinte à la stabilité et la sécurité du royaume », tout en démentant son arrestation.

Agé de 41 ans, Hamza est le dernier fils du roi Hussein, né d’un quatrième et ultime mariage avec la reine Noor, d’origine américaine.

Conformément au souhait de son père, décédé en 1999, il avait été nommé prince héritier lorsque Abdallah II était devenu roi. Mais en 2004, ce dernier lui avait retiré son titre pour le donner à son fils aîné Hussein.

Les autorités jordaniennes ont assuré qu’elles donneraient davantage de détails sur les évènements survenus samedi soir à Amman.

Le prince Hamza, demi-frère du roi Abdallah II, et plusieurs personnes dont deux ayant occupé des postes à responsabilités en Jordanie ont porté atteinte à la sécurité du royaume, a affirmé dimanche le vice-Premier ministre jordanien.

Deux personnalités, Bassem Awadallah et Cherif Hassan ben Zaid, ainsi que 14 à 16 autres personnes ont été arrêtées, a précisé lors d’une conférence de presse Ayman Safadi, qui occupe aussi le poste de ministre des Affaires Etrangères.

« Les services de sécurité ont suivi durant une longue période les activités et les mouvements du prince Hamza ben Hussein, de Cherif Hassan ben Zaid et de Bassem Awadallah et d’autres personnes visant la sécurité et la stabilité de la patrie », a-t-il dit.

« Les enquêtes ont permis de surveiller les interventions et les contacts avec des parties étrangères visant à déstabiliser la sécurité de la Jordanie », a-t-il ajouté.

Selon lui, les services de sécurité ont recommandé au roi Abdallah II de déférer toutes les personnes mises en cause devant la Cour de sûreté de l’Etat.

Le quotidien américain Washington Post a fait état pour sa part d’un complot visant à renverser le roi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...