Jordanie : les relations avec le régime en Syrie vont dans la “bonne direction”
Rechercher

Jordanie : les relations avec le régime en Syrie vont dans la “bonne direction”

Citant la “stabilité” dans le sud de la Syrie, Amman envisage de rouvrir sa frontière avec le pays, déchiré par la guerre civile

Réfugiés de retour en Syrie après l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu, près de Nasib, à la frontière syro-jordanienne, le 22 août 2017. (Crédit : Mohamad Abazeed/AFP)
Réfugiés de retour en Syrie après l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu, près de Nasib, à la frontière syro-jordanienne, le 22 août 2017. (Crédit : Mohamad Abazeed/AFP)

Les relations entre la Jordanie et le régime en Syrie vont dans la « bonne direction », a affirmé le ministre d’Etat à l’Information et porte-parole du gouvernement jordanien, Mohammed al-Momeni, exprimant l’espoir que les postes-frontières entre les deux pays puissent bientôt rouvrir.

« Nos relations avec l’Etat et le régime syriens vont dans la bonne direction », a assuré le ministre au cours d’une émission télévisée vendredi soir, soulignant « la stabilité » qui règne dans le sud de la Syrie, frontalier de la Jordanie. La Syrie est ravagée par une guerre depuis plus de six ans.

Un cessez-le-feu initié par les Etats-Unis, la Russie et la Jordanie est entré en vigueur le 9 juillet dans les provinces méridionales syriennes de Soueida, Deraa et Qouneitra. Il serait globalement respecté.

La Russie et l’Iran, alliés de Damas, et la Turquie, soutien des rebelles, avaient adopté en mai le principe de la création en Syrie de quatre zones sécurisées pour instaurer une trêve durable dans plusieurs régions, dans le cadre de négociations parallèles à celles parrainées par l’ONU.

Moscou estimait que la « zone de désescalade » dans le sud de la Syrie ne pouvait être mise en place qu’avec l’accord des Etats-Unis et de la Jordanie, pays frontalier de la Syrie.

Mohammad Momani, porte-parole du gouvernement jordanien. (Crédit : autorisation)
Mohammad Momani, porte-parole du gouvernement jordanien. (Crédit : autorisation)

« Le cessez-le-feu perdure, nous espérons prochainement des mesures supplémentaires pour consolider la stabilité et la sécurité dans le sud de la Syrie », a dit le porte-parole du gouvernement jordanien. « Si la situation actuelle se maintient et se stabilise […], cela ouvrirait la voie à la réouverture des points de passage entre les deux états. »

« Nos relations avec les frères syriens devraient encore connaître une plus grande amélioration », a-t-il déclaré affirmant que les responsables syriens « sont conscients […] des lignes rouges stratégiques » d’Amman.

La Jordanie est l’un des rares pays arabes à ne pas avoir fermé son ambassade à Damas.

Le royaume hachémite partage une frontière de plus de 370 km avec la Syrie, où la guerre a fait depuis 2011 plus de 330 000 morts et provoqué le déplacement de plus de la moitié de la population.

L’économie de la Jordanie, pays dépourvu de ressources naturelles, a été sévèrement touchée par la fermeture des frontières avec l’Irak et la Syrie en guerre.

Le royaume jordanien accueille plus de 650 000 réfugiés syriens selon l’ONU, 1,4 million selon les autorités du royaume, un accueil qui pèse lourdement sur le royaume.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...