Israël en guerre - Jour 253

Rechercher

Jordanie: un policier tué lors de manifestations contre les prix des carburants

Les manifestations déclenchées par la grève des chauffeurs routiers s'étendent à plusieurs villes ; les agents utilisent des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants

Illustration :  les forces de sécurité bloquent une route alors que des enseignants protestent à Amman, en Jordanie, le 5 septembre 2019. (Crédit : AP Photo/Omar Akour, Archive)
Illustration : les forces de sécurité bloquent une route alors que des enseignants protestent à Amman, en Jordanie, le 5 septembre 2019. (Crédit : AP Photo/Omar Akour, Archive)

Un haut responsable de la police a été tué par balle tôt vendredi lors de manifestations dans la province de Maan, dans le sud de la Jordanie, théâtre depuis plusieurs jours de protestations contre la hausse des prix des carburants, selon la Sûreté générale.

« Le directeur adjoint de la police du gouvernorat de Maan, le colonel Abdelrazzak Aldalabih, est décédé après avoir été blessé par balle à la tête, alors qu’il faisait face à des émeutes », a précisé la Sûreté générale dans un communiqué.

« Les émeutes ont été menées par un groupe de vandales et de hors-la-loi dans la région de Husseiniya, dans le gouvernorat de Maan », à environ 218 km au sud d’Amman, ajoute le texte.

La Sûreté générale a ajouté plus tard qu' »un officier et un sous-officier avaient été blessés par des coups de feu alors qu’ils faisaient face à des vandales et des émeutiers à Husseiniya ».

Les grèves ont touché plusieurs provinces du sud du pays.

Elles ont débuté il y a plus d’une semaine par un mouvement des chauffeurs de poids lourds qui ont été suivis par les chauffeurs de taxi. Des commerçants ont également baissé leurs rideaux mercredi pour protester contre la hausse des prix des carburants.

A certains endroits, les protestataires ont bloqué des routes avec des pneus enflammés et des échauffourées avec les forces de sécurité ont eu lieu.

La Sûreté générale a prévenu que « tout en assurant la protection de la liberté d’opinion et d’expression pacifique » elle agirait « en utilisant la force appropriée face aux émeutiers et ceux qui mènent des actes de vandalisme ».

« Nous frapperons d’une main de fer quiconque tenterait de mettre des vies en danger, s’attaquerait à des biens publics et menacerait la sécurité de la nation », ajoute-t-elle.

Situation économique difficile

Invoquant des incitations à la violence et des « appels au chaos », l’unité de lutte contre la cybercriminalité au sein de la Sûreté générale a annoncé avoir suspendu le fonctionnement de TikTok dans le royaume, « pour utilisation abusive ».

« Que peut-on dire à un gouvernement quand on ne peut pas se nourrir, se chauffer ou avoir du carburant? Est-ce cela que nous méritons de la part du gouvernement? », s’est interrogé un chauffeur cité par la chaîne Al-Mamlaka.

Les prix des carburants ont presque doublé par rapport à l’an dernier, en particulier pour le diesel, généralement utilisé par les camions et les bus, et le kérosène, principal carburant de chauffage.

Un litre d’essence 95 sans plomb coûte 1,6 USD et le litre de kérosène est vendu à 1,2 USD.

En 2018, le Premier ministre Hani Mulki avait démissionné après plusieurs jours de manifestations contre des réformes fiscales proposées et les augmentations des prix de l’énergie.

Des chauffeurs de poids lourds ont garé leurs véhicules le long d’une autoroute et ont organisé un sit-in, selon des images diffusées par la télévision d’Etat Al-Mamlaka à Maan.

Face à ce mécontentement, le gouvernement a proposé des aides notamment pour soutenir les familles les plus touchées, mais ces solutions ne semblent pas avoir satisfait les grévistes.

L’ambassade des Etats-Unis a émis jeudi une notice de sécurité appelant les ressortissants américains à la vigilance, faisant état de « fermetures de routes, d’incidents de sécurité fréquents et imprévisibles », en particulier dans le sud du pays.

Les manifestations surviennent alors que la Jordanie accueille mardi un sommet régional, qui doit réunir l’Irak, les pays voisins et la France.

La Jordanie est confrontée à une situation économique difficile, avec un taux de chômage de 23% en 2021, selon la Banque mondiale.

Dépourvu de ressources naturelles et très dépendant d’aides étrangères, notamment du Fonds monétaire international (FMI), ce petit pays durement touché par l’afflux de réfugiés syriens croule sous une dette publique dépassant 100% de son PIB.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.