“Jour de rage” du Hamas en soutien aux évadés ; armée et police en état d’alerte
Rechercher

“Jour de rage” du Hamas en soutien aux évadés ; armée et police en état d’alerte

Tsahal annule les permissions dans ses unités de Cisjordanie et se prépare à des affrontements et des émeutes dans les prisons

Un jeune Palestinien porte un pneu avant de l'incendier, lors d'affrontements avec les forces de sécurité israéliennes à la suite d'un rassemblement de soutien aux prisonniers palestiniens détenus dans les prisons israéliennes, au poste de contrôle de Hawara près de la ville cisjordanienne de Naplouse, le 8 septembre 2021. (Photo par Jaafar ASHTIYEH / AFP)
Un jeune Palestinien porte un pneu avant de l'incendier, lors d'affrontements avec les forces de sécurité israéliennes à la suite d'un rassemblement de soutien aux prisonniers palestiniens détenus dans les prisons israéliennes, au poste de contrôle de Hawara près de la ville cisjordanienne de Naplouse, le 8 septembre 2021. (Photo par Jaafar ASHTIYEH / AFP)

Soldats et policiers ont été mis en état d’alerte par crainte d’une violence généralisée vendredi, après que le groupe terroriste Hamas a annoncé une « journée de rage » en solidarité avec les six prisonniers palestiniens sécuritaires qui se sont évadés de prison en début de semaine et sont toujours en fuite.

L’armée israélienne a annulé toutes les permissions des soldats stationnés en Cisjordanie alors qu’elle se prépare à d’éventuels affrontements pour le « jour de rage » qui devait commencer après la prière du vendredi.

Parallèlement, la police a levé son niveau d’alerte au deuxième niveau le plus élevé du pays. Elle a également déployé du personnel pour renforcer les services pénitentiaires confrontés à des émeutes à l’intérieur des prisons.

Les six hommes se sont évadés de la prison de haute sécurité de Gilboa, dans le nord d’Israël, lundi matin avant l’aube, en creusant un passage par le système d’évacuation des eaux de leur cellule, ce qui constitue l’une des évasions les plus graves de l’histoire du pays, et a provoqué une chasse à l’homme massive dans le nord d’Israël et en Cisjordanie.

Quatre des six fugitifs étaient en prison à vie pour avoir participé à des attaques meurtrières contre des Israéliens ; le sixième – un chef important du groupe terroriste des Brigades des martyrs d’Al-Aqsa du Fatah, Zakaria Zubeidi – était en prison pendant son procès pour une vingtaine de crimes, dont une tentative de meurtre. Un autre était placé en détention administrative.

Tous les six sont considérés comme très dangereux.

Des Palestiniens assistent à un rassemblement de solidarité avec l’évasion des six prisonniers palestiniens de la prison israélienne de Gilboa le 8 septembre 2021, à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza. (Abed Rahim Khatib / Flash90)

Le service pénitentiaire israélien a annoncé jeudi que les prisonniers qui étaient détenus à la prison de Gilboa – qui ont été transférés dans d’autres établissements à la suite de l’évasion – ne retourneront pas dans cette prison ni dans tout autre établissement du nord, et seront plutôt répartis entre d’autres prisons du sud et centre du pays.

Les autorités pénitentiaires ont également déclaré qu’elles renforceraient la sécurité dans les prisons, notamment par des fouilles régulières des cellules, et s’efforceraient de disperser les prisonniers du Jihad islamique entre différents établissements afin de les séparer les uns des autres.

La police pense que certains des suspects ont peut-être fui le pays en passant en Jordanie, tandis que le radiodiffuseur Kan TV a rapporté jeudi que les autorités pensent qu’un certain nombre d’entre eux se trouvent en Cisjordanie et sont aidés par des Palestiniens locaux.

Avec un soutien militaire important, les forces de sécurité israéliennes ont poursuivi jeudi le quatrième jour de recherches dans tout le pays.

Selon Kan, la chasse à l’homme, qui a vu des barrages routiers érigés autour de plusieurs grandes villes palestiniennes et dans le nord d’Israël, devrait se poursuivre pendant « plusieurs jours ».

Par ailleurs, les Palestiniens ont organisé des manifestations à grande échelle en Cisjordanie et à Jérusalem, dont certaines violentes, en solidarité avec les prisonniers sécuritaires évadés.

Jeudi soir, des affrontements ont eu lieu dans la ville de Hébron en ébullition, où des dizaines de Palestiniens ont lancé des pierres sur des soldats de l’Armée israélienne. Aucun blessé n’a été signalé dans l’immédiat. Au moins un Palestinien a été arrêté, soupçonné d’avoir jeté des pierres sur les troupes israéliennes.

De plus, un certain nombre de prisons ont connu des émeutes en réponse aux restrictions accrues qui ont suivi de l’évasion ; la police se prépare à aider à la sécurisation des prisons alors que les violences se poursuivent.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...