Jusqu’à un Israélien sur cinq exposé aux Fake News calomniant Gantz
Rechercher

Jusqu’à un Israélien sur cinq exposé aux Fake News calomniant Gantz

Netanyahu a bénéficié de 335 024 mentions majoritairement positives sur la Toile depuis le début de la campagne, contre 170 173 mentions négatives - même violentes - pour son rival

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, et le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90; Tomer Neuberg/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, et le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90; Tomer Neuberg/Flash90)

Depuis le début de la campagne électorale actuelle, près d’un million d’Israéliens en moyenne auraient été exposés chaque semaine à des contenus de désinformation concernant Benny Gantz, principal rival du Premier ministre Benjamin Netanyahu lors du prochain scrutin, a fait savoir une firme qui se consacre à l’étude des médias jeudi.

Pendant une semaine, les Fake news dénigrant le chef de Kakhol lavan ont ainsi pu atteindre un pic potentiel de deux millions de spectateurs – ce qui équivaut à un Israélien sur cinq.

Les infox les plus largement distribuées entre le 25 septembre – date de l’annonce des élections – et le 3 avril ont pu laisser entendre que Gantz n’avait pas exclu la possibilité d’entrer dans une coalition en compagnie des partis arabes et qu’il était soutenu par l’Autorité palestinienne.

Relayée par les partages effectués à partir des pages officielles de certains politiciens, cette allégation est apparue 5 599 fois sous différentes formes et sur tous les réseaux sociaux. Elle a ainsi atteint entre 1,5 et 2 millions d’usagers d’internet.

La Fake news affirmant que Benny Gantz, leader de Kakhol lavan, n’avait pas exclu d’entrer dans une coalition avec les partis arabes est apparue 5 559 fois sous des formes variées sur les plateformes des réseaux sociaux, selon la compagnie Vocativ, qui se consacre aux médias. Dans cette publicité, la légende dit « Il n’exclut pas d’entrer dans une coalition avec les Arabes » – citant l’important quotidien Yedioth Ahronoth en date du 8 février 2019. En dessous, la publicité dit « Votez pour Gantz, obtenez Tibi » – une référence à Ahmad Tibi, leader du parti Taal (Crédit : Vocativ)

Ces chiffres ont été rendus publics par la compagnie Vocativ, dirigée par l’investisseur en technologies israélien Mati Kochavi, qui a publié des comptes-rendus hebdomadaires des fake-news parues sur internet depuis le 8 janvier.

Sur toute cette période, Vocativ a analysé environ 2,8 millions de posts sur les réseaux sociaux, des tweets, des commentaires, des gros titres, des réponses sur des forums, décelant également des mentions simples des politiciens sur la Toile – avec environ 900 contenus venant de Facebook et 1,4 million de Twitter.

Entre la première semaine du mois de février et la dernière semaine de mars, les infox ont connu une augmentation de 89 %.

La deuxième calomnie la plus populaire – avec un public potentiel qui a été d’environ 1,3 million de personnes – a porté sur l’instabilité psychologique présumée de Gantz et sa consommation de médicaments, a fait savoir Vocativ.

Promue par le parti du Likud dans le cadre d’une campagne visant à laisser entendre que Gantz n’aurait pas la stature nécessaire pour devenir Premier ministre, cette affirmation est apparue sur les réseaux sociaux avant d’être reprise par les principaux médias. Gantz et son parti Kakhol lavan ont démenti avec force cette allégation.

Le leader de Kakhol lavan Benny Gantz derrière une pilule dans le cadre d’une campagne en ligne de fake-news prétendant convaincre les électeurs qu’il serait psychiquement instable et sous traitement psychiatrique (Crédit : Vocativ)

Une autre fake news, qui est apparue 4 655 fois, a accusé l’épouse de Gantz d’être membre de Machsom Watch, un groupe de femmes de gauche qui contrôle les activités des soldats de l’armée israélienne affectés aux check-points de Cisjordanie et qui filme les violations aux droits de l’Homme présumés qui peuvent y avoir lieu.

Une affirmation sans fondement clamant que Gantz aurait eu des relations extra-conjugales avec des subordonnées, dans l’armée, est apparue pour sa part 2 701 fois, selon la recherche de Vocativ.

Pour sa part, selon Vocativ, Netanyahu, aurait fait l’objet de Fake news lancées depuis la gauche et la droite de l’échiquier politique israélien.

Il a été la troisième personnalité la plus prise pour cible par la diffusion d’infox après Gantz et Yair Lapid, de Kakhol lavan.

Un contenu sur internet accusant de corruption Benjamin Netanyahu après qu’il a été rapporté à tort qu’il avait gagné 16 millions de shekels lors de la vente d’actions d’une compagnie de fabrication d’électrodes de graphites, GrafTech International, fournisseur de longue date du fabricant naval allemand Thyssenkrupp. (Crédit : Vocativ)

Netanyahu a bénéficié de 335 024 mentions majoritairement positives sur internet depuis le début de la campagne, contre 170 173 mentions plutôt négatives – et même violentes – pour son rival.

Les principaux narratifs promus et amplifiés par des robots (des pièces de code informatique), des trolls (des personnes existant réellement, habituellement rémunérées pour poster des contenus particuliers) et des profils qui pourraient avoir été créés spécifiquement pour aider des fake news à se propager ont inclus des attaques contre les médias. Par ailleurs, certains ont accusé Netanyahu de corruption, d’autres ont indiqué que les dossiers réunis contre le Premier ministre étaient un complot.

Ce visuel internet dit en hébreu que le peuple vote alors que la gauche tisse l’Affaire 1000 nuit après nuit. Dans l’Affaire 1000, Netanyahu est soupçonné d’avoir reçu des avantages d’une valeur d’environ un million de shekels de la part de milliardaires bienfaiteurs (Crédit : Vocativ)

Selon Vocativ, c’est Netanyahu qui a été la personnalité la plus citée par les robots, les trolls et les faux comptes présumés, avec 335 025 mentions positives.

Gantz arrive deuxième, mais avec des citations majoritairement négatives et parfois même violentes.

« A l’exception de Netanyahu, la majorité des mentions faites d’autres politiciens ont été négatives », a dit le rapport de Vocativ.

Dans l’ordre décroissant, se trouvent ainsi Yair Lapid de Kakhol lavan, Naftali Bennett de HaYamin HaHadash, le leader du parti Travailliste Avi Gabbay, Gabi Ashkenazi de Kakhol lavan et Gideon Saar, du Likud.

Il y a eu une corrélation claire entre les événements survenus semaine après semaine et les personnalités prises pour cibles, établit Vocativ.

Par exemple, Saar, député du Likud, largement perçu comme un successeur potentiel de Netanyahu, a été visé pendant les primaires du Likud – avec des mentions négatives à son encontre – tandis que le procureur-général Avichai Mandelblit a fait l’objet de fake news avant et après avoir annoncé son intention d’inculper Netanyahu pour des malversations dans trois dossiers distincts, notamment pour pots-de-vin dans l’enquête pour corruption Bezeq, sous réserve d’une audience.

Ce post attaque les médias : « Ce sont tes ennemis, Israël » (Crédit : Vocativ)

Parmi les profils les plus actifs pendant toute cette période sur les réseaux sociaux, c’est celui de « Ronit HaBibist » qui arrive en première place. Ronit est une porte-parole très active du Likud qui s’exprime à partir du compte Twitter d’une personne bien réelle répondant au nom de Ronit Lev.

Les découvertes faites semaine après semaine par Vocativ viennent en parallèle avec un rapport publié au début de la semaine par l’observatoire israélien des réseaux sociaux Big Bots Project, qui a été repris par le New York Times et par le quotidien israélien Yedioth Ahronoth dans la matinée de lundi.

Noam Rotem, hacker indépendant qui traque les fake news sur Internet, à Petah Tikva, le 23 janvier 2019. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Les chercheurs Noam Rotem et Yuval Adam, aidés par d’autres experts technologiques intervenus au cours d’une série de hackatons, ont ainsi identifié 154 comptes utilisant des faux noms et encore 400 comptes soupçonnés d’être fictifs.

Les chercheurs ont indiqué qu’ils avaient découvert plus de 130 000 tweets provenant de « centaines de faux comptes ou de comptes anonymes » sans nom ou photo de profil, qui ne s’identifiaient pas comme étant liés au parti de Netanyahu. Ils ont également identifié des « centaines de comptes authentiques » soutenant la candidature du Premier ministre à la réélection.

Parmi les cibles, des journalistes et des personnalités publiques considérées comme hostiles envers Netanyahu, et notamment Gantz.

Les comptes sembleraient avoir fonctionné en coordination, partageant les posts publiés et – une tendance claire – leur activité en ligne a été multipliée par cinq après l’annonce des élections.

Yuval Adam (Autorisation)

Le The Big Bot Project n’a pas trouvé de lien entre le réseau et la campagne du Likud, le Premier ministre ou Yair Netanyahu – fils de ce dernier – même si les chercheurs ont estimé qu’il « semble fonctionner en coordination avec le parti et la campagne de ré-election du Likud ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...