Kahlon revient sur sa promesse préélectorale sur le gaz naturel
Rechercher

Kahlon revient sur sa promesse préélectorale sur le gaz naturel

Le silence de Kahlon sur la démission du chef de l'Autorité antitrust, David Gilo, est dû à son amitié avec un homme d'affaires

Le chef de Koulanou Moshe Kahlon (Crédit : Miriam Alster / Flash90)
Le chef de Koulanou Moshe Kahlon (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

Le ministre des Finances Moshe Kahlon aurait signalé au Premier ministre Benjamin Netanyahu qu’il éviterait de s’adonner à tout commentaire ou d’agir sur la question du gaz naturel, indique la radio militaire.

La raison que Kahlon aurait donné pour expliquer cette décision  est sa relation personnelle avec l’homme d’affaires Koby Maimon, un actionnaire d’Isramco, une entreprise qui a une participation dans le réservoir de gaz Tamar.

Lundi, le chef de l’Autorité antitrust, le professeur David Gilo, a annoncé qu’il démissionnerait de son poste en raison d’un désaccord sur le fond avec le gouvernement – portant sur la façon d’éviter une situation où quelques entreprises privées monopoliseraient le marché du gaz naturel.

Kahlon avait insisté sur la nécessité de lutter contre les monopoles dans tous les secteurs du marché israélien lors de sa campagne électorale.

Son silence sur la démission de Gilo, qui a attiré des réponses de tout le spectre politique, était assourdissant.

Il y a quatre mois, avant les élections, Kahlon a été interviewé par la Deuxième chaîne qui lui avait demandé s’il allait aborder la question du gaz naturel en dépit de son amitié avec Maimon. « Qu’est-ce que cela a à voir avec quoi que ce soit ? », avait-il rétorqué. « Bien sûr que je vais la traiter, bien sûr », avait été sa réponse.

Le ministère des Finances tente de limiter les dégâts 

Le chef de l’Autorité antitrust, David Gilo, qui a annoncé sa démission lundi, avait rencontré le ministre des Finances, Moshe Kahlon, avant de révéler sa démission, indique The Marker.

Selon l’article, Gilo s’est entretenu la semaine dernière avec trois ministres dont les responsabilités ont une incidence sur le marché du gaz naturel : Aryeh Deri, ministre de l’Economie, le ministre de l’Energie, Yuval Steinitz, et Kahlon.

Gilo aurait décidé de démissionner alors qu’aucun des trois ministres n’ont indiqué s’ils appuieraient Gilo dans son opposition à un projet révisé élaboré par le gouvernement sur la réglementation du marché du gaz naturel.

Cet après-midi, le ministère de Kahlon a publié un communiqué citant explicitement l’amitié personnelle du ministre avec l’homme d’affaires – qui se retrouverait lésé par le projet plus strict de Gilo par rapport au plan du gouvernement auquel s’oppose Gilo.

« La position sur le marché du ministre des Finances n’a pas changé et il prend en charge le démantèlement du monopole du gaz, l’ouverture du marché à la concurrence, et voit une grande importance dans le développement du marché du gaz. Le ministre Kahlon considère que la concurrence est le meilleur ami du consommateur », indiquait le communiqué du ministère.

« Au moment de prendre son poste, le ministre entrant, Moshe Kahlon, a annoncé qu’il allait éviter d’aborder [les questions liées au] marché du gaz […] en raison de ses liens personnels avec la question (son amitié avec Koby Maimon, qui est à la tête de l’un des groupes avec des participations dans le marché du gaz) ».

« Le ministre des Finances a annoncé à toutes les autorités qui ont compétence en la matière, y compris le conseiller juridique du ministère des Finances, que son autorité en tant que ministre des Finances sur cette question spécifique sera transférée au Premier ministre. »

« Lors de la réunion avec le chef de l’autorité antitrust David Gilo, le ministre des Finances a fait remarquer qu’il ne sera pas en mesure d’aborder la question avec Gilo. Le ministre est certain que les organismes professionnels de tous les ministères du gouvernement continueront à mener l’équipe jusqu’à ce qu’un projet qui sera approprié et bénéfique pour la population en Israël soit trouvé », a conclu le communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...