Rechercher

Kakhol lavan et Liberman répondent à Netanyahu sur sa vidéo du « projet secret »

Le Premier ministre a repris l'accusation que ses rivaux politiques cherchent à former un gouvernement de minorité avec le soutien des partis arabes

Images du chef chef d'Yisrael Beytenu Avigdor Liberman (gauche), du chef de Kakhol lavan Benny Gantz (centre) et du numéro 2 de Kakhol lavan Yair Lapid d'une vidéo que Premier ministre Benjamin Netanyahu a postée sur ses comptes des réseaux sociaux le 20 octobre 2019, affirmant qu'ils veulent former un gouvernement minoritaire avec le soutien des partis arabes (Capture d'écran : Twitter)
Images du chef chef d'Yisrael Beytenu Avigdor Liberman (gauche), du chef de Kakhol lavan Benny Gantz (centre) et du numéro 2 de Kakhol lavan Yair Lapid d'une vidéo que Premier ministre Benjamin Netanyahu a postée sur ses comptes des réseaux sociaux le 20 octobre 2019, affirmant qu'ils veulent former un gouvernement minoritaire avec le soutien des partis arabes (Capture d'écran : Twitter)

Benny Gantz, le chef de Kakhol lavan, le numéro 2 du parti Yair lapid, et le chef d’Yisrael Beytenu Avidgor Liberman ont répondu au Premier ministre Benjamin Netanyahu qui a publié une vidéo les accusant de chercher à former un gouvernement de minorité, avec le soutien des partis arabes.

Dimanche, Netanyahu a posté une vidéo sur les réseaux sociaux intitulée « Le projet secret de Gantz, Lapid et Liberman ».

Le texte de la vidéo, présentée avec une musique menaçante, reprend des allégations que les trois élus chercheraient à former un gouvernement de minorité avec le soutien extérieur d’Ayman Odeh et d’Ahmad Tibi, les députés de la Liste arabe unie, une alliance de partis arabes.

L’affirmation est suivie d’un clip de Tibi déclarant « il n’y a pas de plus grande valeur que le martyr » et une vidéo d’Odeh affirmant : « Nous devons hisser le drapeau palestinien partout. »

La vidéo montre ensuite qu’Odeh a autrefois refusé de condamner une attaque terroriste menée contre des soldats israéliens.

« Comment Gantz, Lapid et Liberman veulent lutter contre l’Iran, le Hezbollah et le Hamas quand ils dépendent d’eux ? » s’interroge la vidéo.

« Un gouvernement de minorité est un désastre. Seulement un large gouvernement d’unité nationale », a-t-il dit.

Ses opposants ont déclaré que Netanyahu essaie de marquer des points et de discréditer ses rivaux avant une autre élection, au lieu de chercher à former un gouvernement d’unité.

Gantz a tweeté : « Netanyahu, la campagne s’est terminée le 17 septembre. Vous avez échoué à former un gouvernement, donc au lieu de gâcher du temps avec des vidéos, rendez le mandat au président et laissez-nous former un gouvernement libéral, d’unité qui prendra soin des citoyens d’israël. Un gouvernement qui agira avec sagesse, diplomatie et responsabilité. »

Liberman a dit que les fausses accusations de Netanyahu « ne peuvent pas cacher le fait que vous avez échoué à trois reprises pour former un gouvernement. Au lieu de prendre vos responsabilités pour votre échec et la perte de neuf sièges lors de l’élection, vous ouvrez la campagne pour la troisième élection ».

« Votre dernière vidéo témoigne plus que n’importe quelle autre que vous entraînez le système vers une autre élection au lieu de vous focaliser sur la création d’un large gouvernement libéral d’unité nationale », a écrit Liberman sur Facebook.

Il a accusé Netanyahu de « sacrifier » la majorité des citoyens israéliens aux intérêts d’un petit groupe d’opérateurs « ultra-orthodoxes ».

En réponse aux accusations de la vidéo, Liberman a déclaré : « Vous niez le fait que, pendant 23 ans, vous étiez le principal collaborateur de [Yasser] Arafat, Ahmed Tibi, l’AP, le Hamas et la Liste arabe unie. »

Il a écrit que Netanyahu a permis l’entrée de millions de dollars vers Gaza, et a publié des photos du Premier ministre avec des représentants de la Liste arabe unie, Arafat et Tibi.

Il a terminé son message en souhaitant à Netanyahu une bonne fête de Souccot et un bon anniversaire à venir.

Lapid a partagé la vidéo sur Facebook, déclarant qu’il le faisait pour montrer que les appels de Netanyahu pour un gouvernement d’unité sont « faux ».

« Voilà à quoi ressemble une page [Facebook] de quelqu’un qui ne se soucie pas du public. Voilà à quoi cela ressemble pour quelqu’un qui fait tout pour nous pousser vers de nouvelles élections », a-t-il dit.

Netanyahu doit former une coalition d’ici mercredi soir ou informer Rivlin qu’il n’a pas réussi à le faire. Selon la loi, Rivlin pourrait lui accorder une prolongation de deux semaines, mais il est peu probable que le président choisisse cette option, dans la mesure où le Premier ministre a peu de chances d’avancer pour former une coalition alors que les négociations sont dans l’impasse. Netanyahu est actuellement à la tête d’un bloc de 55 élus (Likud : 32 sièges ; Shas : 9 ; Yahadout HaTorah : 7 ; HaBayit HaYehudi / Union nationale : 4 ; HaYamin HaHadash : 3) sur une Knesset de 120 sièges.

Le Likud et son principal rival, le parti centriste Kakhol lavan, n’ont pas réussi à faire avancer les négociations pour former un gouvernement d’unité.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’exprime lors d’une réunion de la faction du Likud à la Knesset, le 3 octobre 2019. (Menahem Kahana/AFP)

Rivlin devrait donc ensuite charger un autre membre de la Knesset de tenter de former un gouvernement. Gantz serait probablement le prochain candidat, même s’il est perçu comme ayant moins de chance de réussir à former un gouvernement.

L’option la plus crédible pour établir une coalition a été proposée par Rivlin afin de former un gouvernement d’unité dans lequel le pouvoir serait équitablement réparti, Netanyahu et Gantz servant chacun pendant deux ans en tant que Premier ministre. Rivlin a laissé entendre, mais sans le dire précisément, que Netanyahu prendrait un congé d’absence ouvert s’il devait être inculpé dans une ou plusieurs des affaires dans lesquelles il est impliqué. Selon l’arrangement proposé par Rivlin, Gantz, en tant que « Premier ministre par intérim » dans un tel scénario, disposerait de toute l’autorité du Premier ministre.

Aussi bien Kakhol lavan et Yisrael Beytenu ont appelé à un gouvernement d’unité aux côtés du Likud, mais sans les partis religieux. Le parti de Gantz a appelé Netanyahu à démissionner en tant que chef du Likud en raison d’une possible inculpation à son égard, déclarant qu’il ne servira pas sous le mandat d’un Premier ministre inculpé pour malversations criminelles.

Avidgor Liberman, le président d’Yisrael Beytenu, s’exprime lors d’un meeting du parti à Neve Ilan, à l’ouest de Jérusalem, le 22 septembre 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Kakhol lavan a déclaré qu’un gouvernement d’unité avec le Likud pourrait être formé « en une heure » si Netanyahu démissionnait.

L’impasse des négociations de coalition a augmenté la possibilité qu’Israël se dirige vers de nouvelles élections, le troisième scrutin en l’espace d’un an.

Récemment, le quotidien pro-Netanyahu Israel Hayom a fait circuler l’idée que Kakhol lavan, qui a remporté 33 sièges aux élections de septembre, chercherait à créer un gouvernement de minorité de 44 sièges, soutenu de l’extérieur par la Liste arabe unie (13 sièges) et Yisrael Beytenu (8 sièges).

Mais, depuis l’élection du mois dernier, Gantz n’a, à aucun moment, exprimé son intention de former la coalition de minorité évoquée, avec les Travaillistes (6 sièges), et peut-être, le Camp démocratique (5 sièges).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...