Katz cherchera à prendre la tête du Likud si Netanyahu démissionne
Rechercher

Katz cherchera à prendre la tête du Likud si Netanyahu démissionne

Le ministre des Transports n’a cependant pas appelé le Premier ministre à quitter le pouvoir

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Transports Yisrael Katz au cours d'une session plénière de la Knesset, le 8 février 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Transports Yisrael Katz au cours d'une session plénière de la Knesset, le 8 février 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le ministre des Transports Yisrael Katz a annoncé dimanche qu’il se présenterait à la présidence du Likud, mais uniquement si le Premier ministre Benjamin Netanyahu venait à quitter son poste.

« Au Likud, il y a eu quatre dirigeants, qui ont tous été Premiers ministres, et nous prévoyons de continuer sur cette voie », a-t-il déclaré à la radio publique israélienne.

Il a également rejeté toute notion d’un effort interne du parti qui consisterait à évincer Netanyahu en se présentant contre lui.

« J’ai déjà dit que je prévoyais de me présenter à la tête du parti après Netanyahu, une fois qu’il aura quitté son poste », a déclaré Katz, qui est également ministre du Renseignement.

« Pour l’instant, nous travaillons en totale coopération, et je recommande que d’autres agissent ainsi. »

Katz, qui a déjà affronté Netanyahu publiquement, est considéré comme un candidat fort pour le remplacer s’il devait démissionner après une possible mise en examen dans le cadre de deux enquêtes ouvertes contre le Premier ministre.

L’une concerne des cadeaux que lui et son épouse Sara auraient accepté illégalement ; l’autre un accord de contrepartie avec le propriétaire du quotidien israélien le plus vendu.

Netanyahu a nié toute malversation, et a accusé les médias « gauchistes et bolchéviques » de faire pression sur le procureur général pour l’inculper.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...