Katz défend “sans équivoque” les travaux pendant Shabbat
Rechercher

Katz défend “sans équivoque” les travaux pendant Shabbat

Le ministre des Transports rejette la colère des religieux, et n’est pas inquiet que Netanyahu ait à le renvoyer pour calmer les Haredim

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, et le ministre des Transports et des Renseignements Yisrael Katz pendant la réunion hebdomadaire du cabinet, le 24 janvier 2016. (Crédit : Ohad Zwigenberg/Pool)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, et le ministre des Transports et des Renseignements Yisrael Katz pendant la réunion hebdomadaire du cabinet, le 24 janvier 2016. (Crédit : Ohad Zwigenberg/Pool)

Une potentielle crise de coalition se préparait dimanche. Les partis ultra-orthodoxes ont exprimé leur outrage après des travaux sur une gare de Tel Aviv qui ont eu lieu pendant le Shabbat.

Alors que les dirigeants des partis religieux pourraient demander le renvoi du ministre des Transports, Yisrael Katz, après cette échauffourée, le ministre lui-même a balayé toutes accusations de mauvaise conduite de sa part.

Pendant un entretien avec la radio militaire, Katz a souligné son respect pour les valeurs religieuses et le caractère juif d’Israël, mais a déclaré que les travaux avaient été réalisés en accord avec la loi, et ne brisait pas le statu quo.

La police et les professionnels de la construction ont estimé « sans équivoque » que mener les travaux pendant un jour de semaine aurait entraîné des embouteillages massifs dans Tel Aviv, a-t-il déclaré, et aurait fait obstacle au travail des services d’urgence, et très probablement nuit à la sécurité publique.

« Il s’agissait de travaux importants, qu’il n’y avait pas d’autre moyen de faire, et ils sont pour une cause qui en vaut la peine », a-t-il souligné.

Travaux à la gare Shalom de Tel Aviv, le 27 août 2016. (Crédit : Israel Railways)
Travaux à la gare Shalom de Tel Aviv, le 27 août 2016. (Crédit : Israel Railways)

Le nœud du conflit semblait être le sentiment des dirigeants haredi d’avoir été « trompés » par Katz, puisque lui et le Premier ministre Benjamin Netanyahu leur avaient indiqué que les travaux de la gare Shalom, qui font partie de la construction de la ligne à haute vitesse Tel Aviv – Jérusalem, et ont entraîné la fermeture de l’autoroute Ayalon pendant la plupart du week-end, ne pourraient pas avoir lieu en semaine de peur de nuire à la vie humaine.

Cependant, les dirigeants des partis se sont sentis trahis en découvrant samedi soir que le ministre des Transports avait transformé le projet en « festival médiatique important et inutile avec une conférence de presse [du ministre] et un communiqué de presse, ce qui n’a qu’amplifié la profanation du Shabbat », selon un communiqué conjoint.

Dans le communiqué, le président du Shas, Aryeh Deri, le dirigeant du Yahadout HaTorah Yaakov Litzman, et le député de son parti Moshe Gafni ont déclaré qu’ils « s’opposent fortement à la profanation inutile du Shabbat ».

Le dirigeant du parti Shas, Aryeh Deri (à droite),  en conversation avec celui du parti Yahadout HaTorah, Yaakov Litzman, lors de la session d'ouverture du parlement israélien, le 31 mars 2015. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Le dirigeant du parti Shas, Aryeh Deri (à droite), en conversation avec celui du parti Yahadout HaTorah, Yaakov Litzman, lors de la session d’ouverture du parlement israélien, le 31 mars 2015. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Une source de Yahadout HaTorah a déclaré que « quand Shabbat s’est terminé, nous avons vu les photos prises pendant la journée et nous avons entendu Katz dire qu’il n’avait pas cédé à la pression religieuse [de ne pas faire les travaux pendant Shabbat]. Cela ne ressemble pas à la préservation de la vie humaine. »

La loi juive, qui joue un rôle dans certaines décisions du gouvernement israélien, autorise la violation des lois interdisant le travail pendant Shabbat afin d’éviter de mettre en danger les vies humaines.

Les dirigeants des partis religieux ont demandé une réunion urgente avec Netanyahu. Selon des sources des partis ultra-orthodoxes citées par Haaretz, ils demanderont probablement l’éviction de Katz.

Katz lui-même a déclaré ne pas être inquiet pour son poste, affirmant que sa conduite avait été guidée par les recommandations des professionnels de la sécurité, dont les évaluations ont aussi convaincu Netanyahu que les travaux pendant Shabbat étaient nécessaires.

En ce qui concerne la conférence de presse, a déclaré Katz, il ne cherchait pas à créer une provocation, mais simplement à superviser la réussite de la tâche en tant que ministre.

Le député de Yahadout HaTorah Moshe Gafni pendant une réunion de la commission des Affaires internes de la Knesset sur un projet de loi modifiant les régulations de l'utilisation des mikvés, à Jérusalem, le 6 juin 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Le député de Yahadout HaTorah Moshe Gafni pendant une réunion de la commission des Affaires internes de la Knesset sur un projet de loi modifiant les régulations de l’utilisation des mikvés, à Jérusalem, le 6 juin 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Gafni a déclaré dimanche à Haaretz que les travaux « auraient pu être faits un jour normal, pas le Shabbat. Il semblerait que le mensonge fasse partie du travail de Katz. »

Samedi soir, sur le site du chantier, Katz avait déclaré aux journalistes que les travaux étaient « nécessaires et demandés » et qu’il avait refusé de les annuler « malgré les pressions [religieuses]. »

Shas et Yahadout HaTorah avaient eu de longues discussions dans la nuit de jeudi à vendredi avec Katz sur le sujet, et ont démenti vendredi des informations selon lesquelles ils auraient menacé de déclencher une crise de la coalition.

Le bureau du Premier ministre avait annoncé la semaine dernière la mise en place d’une commission pour « renforcer la coordination entre le ministère des Transports et les partis religieux. »

La commission sera présidée par le directeur de cabinet de Netanyahu, et sera composée du directeur général du ministère des Transports, du chef de la police, et de ministres des partis religieux ou de leurs représentants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...