Kerry : l’Iran n’a reçu que 3 milliards de dollars depuis l’accord
Rechercher

Kerry : l’Iran n’a reçu que 3 milliards de dollars depuis l’accord

Au gala de J Street, Kerry promet de poursuivre la solution à 2 Etats pendant les neuf prochains mois et condamne l’attaque terroriste de Jérusalem

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Le secrétaire d'Etat des Etats-Unis John Kerry à la conférence J Street, le 18 avril 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Le secrétaire d'Etat des Etats-Unis John Kerry à la conférence J Street, le 18 avril 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube)

WASHINGTON – Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a défendu lundi soir l’accord nucléaire iranien, disant au gala annuel de J Street que, défiant les attentes, la République islamique n’avait reçu que trois milliards de dollars depuis la mise en place de l’accord en janvier.

Le secrétaire américain a également souligné que l’administration Obama n’avait pas abandonné la négociation d’une solution à deux Etats, contredisant de récentes déclarations de la Maison Blanche.

« Vous rappelez-vous du débat sur combien d’argent l’Iran va recevoir ? a demandé Kerry au public. Parfois, vous avez entendu des candidats présidentiels placer le montant au chiffre erroné de 155 milliards de dollars. Nous n’avons jamais pensé que ce serait cela. D’autres pensaient que ce serait environ 100 milliards de dollars, parce qu’il y aurait 100 milliards qui seraient dus et ainsi de suite. Nous l’avons calculé à environ 55 milliards de dollars en étudiant vraiment l’économie et ce qu’il se passe. Devinez ! Vous savez combien l’Iran a reçu à ce jour, au moment où je me tiens devant vous ? »

« Environ trois milliards », a-t-il déclaré aux partisans de J Street qui avait fait pression pour consolider l’accord quand il avait été voté au Congrès, peu après sa signature entre l’Iran et les puissances mondiales P5+1 en juillet 2015.

Kerry a réitéré sa position, l’accord « reste le meilleur moyen d’éloigner l’Iran de l’obtention d’une arme nucléaire ».

Il a souligné les restrictions de l’accord sur la capacité de l’Iran à enrichir de l’uranium, et les capacités américaines à tracer tout enrichissement. Il a également déclaré que les stocks de matériel enrichi de l’Iran avait été réduit de 12 000 kilogrammes à 300, et qu’avant l’accord, « [l’Iran] était à deux mois de passer le seuil » d’enrichissement nécessaire pour obtenir une arme nucléaire, et qu’il est à présent « à un an, et nous avons la capacité de savoir ce qu’ils font. »

« Malgré les prédictions les plus sombres des sceptiques, a-t-il ajouté. Nous sommes à un endroit que certains pensaient inatteignable. »

Kerry ne s’est pas exprimé au sujet des tests iraniens de missiles balistiques de ces derniers mois, qui violent les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et qui méritent selon les républicains du Congrès des sanctions supplémentaires.

Kerry a noté l’explosion d’un bus à Jérusalem lundi, qui a blessé plus de 20 personnes, déclarant qu’elle « porte avec certitude toutes les marques d’une attaque terroriste ». Les Etats-Unis la condamnent « dans les termes les plus forts », a-t-il déclaré.

Passant au conflit israélo-palestinien, Kerry a déclaré qu’il continuerait à poursuivre une solution négociée à deux Etats, malgré la déclaration de novembre 2015 de la Maison Blanche, annonçant qu’elle avait abandonné l’espoir de parvenir à un accord final pendant le reste de la présidence Obama.

Il a déclaré que l’explosion « nous rappelait cet impératif » de parvenir à un accord de paix durable. L’explosion avait « pour but d’instiller la peur […] mais l’Histoire l’a prouvé, et nous le savons dans nos tripes et nous le savons dans nos cœurs, ils ne réussiront jamais à intimider le peuple israélien », a déclaré Kerry.

Mais, a-t-il ajouté, « nous ne pouvons pas simplement condamner l’autre partie et ne pas essayer de changer les vies, et de changer la capacité à essayer, et changer les choix. »

Malgré les affirmations de la Maison Blanche, Kerry a déclaré que ses efforts pour négocier la paix entre Israël et les Palestiniens n’étaient pas terminés.

« Je peux vous dire que pendant les neuf prochains mois, nous n’arrêterons pas de travailler pour trouver un moyen » de faire avancer la solution à deux Etats, a promis Kerry.

« Nous continuerons à essayer de faire avancer une solution à deux Etats, la seule solution, a-t-il continué. Parce que rien d’autre ne sera juif, ni ne sera démocratique. »

Le 24 mars, Obama avait déclaré qu’un accord israélo-palestinien ne serait pas conclu pendant les neuf derniers mois de sa présidence.

« Ce n’est pas quelque chose que j’ai pu faire, a-t-il déclaré. Je ne pense pas que cela arrive dans les neuf prochains mois. Cela fait 60 ans ; cela ne va pas arriver dans les neuf prochains mois. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...