Khamenei : l’Amérique « contrôlée par les sionistes » coulera comme le Titanic
Rechercher

Khamenei : l’Amérique « contrôlée par les sionistes » coulera comme le Titanic

Le dirigeant a également semblé citer des discours des démocrates, selon lesquels les richesses vont à quelques milliardaires alors que les Américains ordinaires souffrent

Le président iranien Hassan Rouhani passe devant un portrait du guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, alors qu'il arrive pour une conférence de presse dans la capitale Téhéran, le 16 février 2020. (Photo ATTA KENARE / AFP)
Le président iranien Hassan Rouhani passe devant un portrait du guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, alors qu'il arrive pour une conférence de presse dans la capitale Téhéran, le 16 février 2020. (Photo ATTA KENARE / AFP)

Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a prédit mercredi que les États-Unis allaient sombrer « comme le Titanic », rejetant la faute sur « les riches individus sionistes et les propriétaires d’entreprises » qui, selon lui, contrôlent l’économie américaine.

Dans une longue série de tweets, il a déclaré que la force de l’économie américaine était une « façade » et a semblé citer des démocrates progressistes disant que le président américain Donald Trump supervisait le transfert de la richesse américaine à quelques milliardaires.

« Aujourd’hui, l’incarnation de la rébellion, de l’arrogance et de la tyrannie est le gouvernement américain, qui est contrôlé par les riches individus sionistes et les propriétaires d’entreprises », a tweeté Khamenei.

« De la même manière que la gloire et la splendeur du célèbre navire Titanic n’ont pas empêché son naufrage, la gloire et la splendeur apparentes des États-Unis ne l’empêcheront pas de couler. Et les États-Unis vont couler », a-t-il écrit.

Khamenei s’est attaqué aux politiques économiques de Trump, que le président présente souvent comme l’une de ses plus grandes réalisations, notant que les marchés ont atteint des niveaux records et que le taux de chômage est à son plus bas niveau depuis des décennies.

« L’actuel président des États-Unis affirme qu’il a amélioré la situation économique. D’autres disent que oui, elle s’est améliorée, mais seulement pour les milliardaires, pas pour le peuple américain », a commenté l’ayatollah.

Sans les mentionner nommément, il a semblé citer des candidats démocrates comme Bernie Sanders ou Elizabeth Warren.

« Ce ne sont pas mes mots, mais ceux d’un membre d’une haute instance américaine. Il affirme que plus de 100 milliards de dollars ont été ajoutés à la fortune des 5 personnes les plus riches des États-Unis au cours des 3 années de la présidence de M. Trump. Trois d’entre elles possèdent une richesse égale à la moitié de la population américaine. Quel fossé social ! »

« Les États-Unis font croire qu’ils sont solides », écrit-il. « Les États-Unis ont l’une des plus grandes dettes au monde aujourd’hui, et le fossé entre les classes sociales est plus grand que jamais », a dénoncé le guide suprême iranien.

Ces commentaires surviennent alors que l’Iran se prépare à des élections parlementaires cruciales dans deux jours, de nombreuses personnes dans le pays ayant le sentiment que leurs vies ont été paralysées par un marasme économique exacerbé par les sanctions américaines sévères depuis que Trump a retiré les États-Unis d’un accord nucléaire historique avec la République islamique en 2018.

Les conservateurs devraient faire un retour en force lors du vote de vendredi, qui intervient après des mois d’escalade des tensions entre Téhéran et son ennemi juré de plusieurs décennies, Washington.

Leurs progrès se feraient au détriment de ceux qui soutiennent le président Hassan Rouhani, un conservateur relativement modéré qui a été réélu en 2017 en promettant aux gens plus de libertés et les avantages d’un rapprochement avec l’Occident.

M. Rouhani a exhorté les gens à aller voter, affirmant qu’une telle participation donnerait à l’Iran « la force et l’unité » dont il a besoin dans sa lutte contre les États-Unis.

« Nous allons aux urnes pour choisir les meilleurs candidats pour le Parlement, qui est une institution très importante », a-t-il déclaré dans un discours télévisé après une réunion de son cabinet.

« Nous sommes soumis à des sanctions sévères et à la pression de l’arrogance mondiale, et nous devons briser ces sanctions et améliorer la vie des gens », a-t-il ajouté, en faisant référence aux États-Unis.

Des gens retirent de l’argent à un guichet automatique dans le grand bazar de la capitale iranienne, Téhéran, le 3 novembre 2018. (Crédit : ATTA KENARE / AFP)

« Les sanctions sont un acte terroriste et tyrannique contre l’Iran. »

« On ne peut pas dire que les sanctions n’ont aucun effet et que le gouvernement devrait en faire plus… Ce sont des mensonges, c’est soutenir l’Amérique. »

L’observatoire électoral iranien a défendu mercredi sa décision de disqualifier des milliers de candidats.

Le ministère de l’Intérieur a déclaré qu’environ la moitié des 16 033 candidats se présenteraient aux élections après que le Conseil des gardiens en ait exclu des milliers, la plupart étant des modérés et des réformateurs.

Mais le Conseil a assuré qu’il était « neutre » dans ses relations avec tous les camps politiques et avait agi conformément à la loi lorsqu’il a bloqué leur candidature.

« Le Conseil des gardiens suit les lois et les règlements que le Parlement a adoptés à différents moments », a soutenu son porte-parole Abbas Ali Kadkhodaee.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...