Klaus Barbie : inauguration de 2 expositions à Lyon
Rechercher

Klaus Barbie : inauguration de 2 expositions à Lyon

A cette occasion, France Culture a consacré un large dossier à l'ouverture des archives judiciaires du procès Klaus Barbie

Le procès Klaus Barbie retransmis à la télévision (Crédit: capture d'écran/Mémorial de la Shoah)
Le procès Klaus Barbie retransmis à la télévision (Crédit: capture d'écran/Mémorial de la Shoah)

Le 3 juillet dernier, à la date anniversaire de son verdict, les ministères de la Justice et de la Culture décidaient d’ouvrir les archives du procès Barbie qui, en 1987, avaient attiré à Lyon des journalistes des cinq continents.

Basées en partie sur ce nouveau matériau, deux expositions ont été inaugurées le 14 septembre à Lyon.

L’une au mémorial national de la prison de Montluc où 10 000 personnes ont été internées par Klaus Barbie, à la tête de la Gestapo durant l’Occupation, et où Barbie a lui même été détenu en février 1983 durant une semaine, sur ordre de Robert Badinter, alors ministre de la Justice.

L’autre se tient aux Archives départementales du Rhône, qui ont extrait des archives aujourd’hui disponibles et qui contiennent les traces des trois années d’instruction des documents alimentant l’exposition qui s’est ouverte le 14 septembre dernier.

France Culture a consacré un dossier étoffé aux enjeux de l’ouverture de ces archives, de la parole des victimes qui pour la première fois se libère et trouve un écho dans le monde entier via la presse internationale qui s’était passionnée pour ce procès, aux dernières révélations contenues dans ces archives – notamment la confrontation entre Simone Lagrange et Klaus Barbie.

Ces archives vont permettre de « connaître le contenu des interrogatoires et des moments de confrontation, expliquait Dominique Missika au Times of Israël en juillet dernier. Jusque-là, la confrontation des victimes et de Klaus Barbie n’avait pas été accessible, mise à part pour les avocats. L’ouverture des archives permettra d’avoir accès à ces documents. Dans les archives d’un procès, il n’y a pas de révélations. Mais cela va permettre une plongée au cœur du procès, au cœur de tout ce qu’il s’est passé au niveau judiciaire, après le travail de collecte d’informations effectué par les époux Klarsfeld. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...