Kochavi appelle à une modification des procédures après le décès d’un soldat
Rechercher

Kochavi appelle à une modification des procédures après le décès d’un soldat

Ron Eliyahu Oved, âgé de 18 ans, est l'un des six soldats écrasés par un bus qui a roulé sur des tentes lors d'une épreuve de sélection d'une brigade de parachutistes en avril

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Ron Eliyahu Oved, à droite, et son père. Oved a été tué dans un accident lors d'un exercice da la brigade de parachutistes de Tsahal, le 11 avril 2019. (Crédit photo : autorisation de la famille)
Ron Eliyahu Oved, à droite, et son père. Oved a été tué dans un accident lors d'un exercice da la brigade de parachutistes de Tsahal, le 11 avril 2019. (Crédit photo : autorisation de la famille)

Jeudi, le chef d’état-major de l’armée israélienne, Aviv Kochavi, a appelé à un certain nombre de modifications de politiques militaires en réaction à l’accident qui s’est produit plus tôt cette année dans lequel un jeune soldat de 18 ans a été tué lors d’une épreuve de sélection de la brigade parachutiste.

Le 11 avril, Ron Eliyahu Oved, originaire du kibboutz Plamachim, dans le centre du pays, a été écrasé par un bus vide qui a roulé sur plusieurs tentes occupées par des jeunes soldats, à proximité du kibboutz Shomria dans le sud d’Israël.

Le véhicule, vide, propriété d’une entreprise civile, était garé à proximité. Le conducteur n’était pas dans le véhicule quand il s’est mis à rouler vers les tentes. Certains des soldats ont réussi à s’éloigner en courant, mais d’autres se sont fait écraser.

Oved et les autres jeunes victimes participaient à une épreuve de sélection pour une unité de combat composée uniquement de volontaires – un processus connu en hébreu sous le nom de gibush. L’accident s’est produit à proximité de la principale base d’entraînement de la brigade parachutiste, dans le nord du Néguev.

La scène de l’accident après qu’un bus vide a roulé et écrasé un groupe de jeunes Israéliens alors qu’il participaient à une épreuve de sélection pour une unité militaire, le 11 avril 2019, à proximité du Kibboutz Shomria. (Capture d’écran via la Douzième chaîne).

L’armée a déclaré que son enquête interne sur l’accident avait été achevée et présentée à Kochavi plus tôt cette semaine.

Dans un communiqué, l’armée a affirmé que Kochavi avait étudié les conclusions de l’enquête et ordonné un certain nombre de changements aux politiques de l’armée concernant les épreuves de sélection – notamment concernant l’utilisation des tentes.

L’armée a affirmé qu’elle renforcerait son contrôle des entreprises civiles de transport qui fournissent des services à l’armée.

« Les règles concernant l’interdiction totale de dormir à proximité des véhicules seront mises à jour », a déclaré l’armée israélienne.

L’armée a également dit qu’elle envisageait de mieux entraîner et équiper les unités qui organisent ce genre d’épreuves de sélection ».

« Kochavi a ajouté que Tsahal, en tant qu’organisation qui s’occupe de ces épreuves de sélection, est responsable de la santé et de la sécurité des recrues qui y participent », a déclaré l’armée.

Les conclusions et les recommandations de l’enquête ont été présentées à la famille d’Oved et aux unités qui ont participé aux épreuves de sélection.

Outre le décès d’Oved, cinq autres soldats ont été blessés dans l’accident.

Une enquête de la police sur la responsabilité du chauffeur du bus dans la mort d’Oved est en cours. Peu après l’accident, l’avocat du conducteur a affirmé qu’il était parti aux toilettes et qu’il avait laissé le bus garé en utilisant le frein à main, mais que les vitesses du bus étaient en position « conduite ».

« Le chauffeur a affirmé qu’il ne se souvient pas d’avoir changé la vitesse, a expliqué l’avocat Raz Keren Yehoshua. Le moteur du bus tournait, il l’avait lancé quelques minutes auparavant afin que les soldats puissent monter dedans. Alors qu’il était aux toilettes, il a entendu des cris et a vu le bus rouler. »

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...