Rechercher

Kremlin: Bennett « a proposé une médiation israélienne pour suspendre les hostilités »

Le président russe veut imposer que les négociations se déroulent au Bélarus, d'où il a lancé une partie de son invasion et accuse Kiev de "ne pas saisir" l'opportunité

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, le Premier ministre israélien Naftali Bennett et le président russe President Vladimir Poutine. (Montage/AP)
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, le Premier ministre israélien Naftali Bennett et le président russe President Vladimir Poutine. (Montage/AP)

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett s’est entretenu dimanche au téléphone avec le président russe Vladimir Poutine dont les forces armées ont envahi l’Ukraine.

Au cours de cet appel, Poutine a accusé l’Ukraine de ne pas « saisir l’opportunité » de pourparlers qu’il veut imposer au Bélarus, pays d’où la Russie a lancé une partie de son invasion de l’Ukraine.

« La délégation russe se trouve dans la ville bélarusse de Gomel et est prête à négocier avec les représentants de Kiev; ceux-ci, faisant preuve d’incohérence, n’ont pas saisi cette opportunité jusqu’à présent », a déclaré M. Poutine lors d’un appel téléphonique avec le Premier ministre israélien Naftali Bennett, selon un communiqué du Kremlin.

C’est la première fois que Bennett et Poutine se parlent depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Selon le Kremlin, Naftali Bennett « a proposé une médiation israélienne afin de suspendre les hostilités ».

Le compte-rendu israélien de l’appel Bennett-Poutine ne fournit aucun détail sur la discussion, si ce n’est que les deux hommes ont discuté de la situation en Ukraine.

Il ne comporte aucun point sur l’Iran, qui est généralement un sujet de premier plan pour Bennett lors de ses entretiens avec des dirigeants étrangers.

« Les deux hommes ont discuté de la situation entre la Russie et l’Ukraine », a indiqué un communiqué du bureau du dirigeant israélien, sans autres précisions.

Bennett a dit au président russe qu' »Israël est prêt à aider autant que nécessaire et à n’importe quel moment en vue d’un règlement de la crise et pour rapprocher les parties », a indiqué un haut responsable israélien qui a requis l’anonymat.

« Cela est dû au statut spécial d’Israël et à (ses) bonnes relations avec toutes les parties », a ajouté le responsable, ajoutant que « les deux dirigeants ont convenu de maintenir les contacts entre la Russie et Israël ».

Selon un haut responsable israélien, Jérusalem a informé l’administration Biden et l’Ukraine avant et après l’appel.

Selon la télévision publique israélienne, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a demandé vendredi à M. Bennett d’entreprendre une médiation entre l’Ukraine et la Russie.

Bennett s’est en effet entretenu deux fois avec Zelensky ces derniers jours, y compris vendredi lorsque le président ukrainien a proposé la même idée de médiation israélienne.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a rejeté dimanche la proposition russe de pourparlers à Gomel au Bélarus, car ce pays sert de base arrière à l’invasion de l’Ukraine, affirmant que « n’importe quelle autre ville » hors du Bélarus conviendrait.

Vendredi déjà, la Russie avait dit vouloir négocier avec les Ukrainiens mais uniquement au Bélarus.

Au moment où ses services évoquaient des pourparlers vendredi, le président russe Vladimir Poutine avait appelé l’armée ukrainienne à faire un coup d’État et traité les autorités du pays de « clique de drogués et néonazis ».

Jeudi, le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid a dénoncé comme une « grave violation de l’ordre mondial » l’invasion russe de l’Ukraine. Mais il a souligné les « liens anciens et profonds » unissant son pays à la Russie et l’Ukraine, principaux viviers de l’aliyah, l’immigration juive en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...