La 7e édition du festival de jazz de retour au musée d’Israël
Rechercher

La 7e édition du festival de jazz de retour au musée d’Israël

Le festival, produit par l'équipe du Festival d'Israël et dirigé par le trompettiste Avishai Cohen, met en vedette des artistes israéliens pour une série de rencontres sur 3 jours

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Un groupe rend hommage à Amit Golan, pianiste israélien décédé en 2010, lors du Festival de Jazz de Jérusalem, le 8 septembre 2020. (EMMANUEL DUNAND / AFP)
Un groupe rend hommage à Amit Golan, pianiste israélien décédé en 2010, lors du Festival de Jazz de Jérusalem, le 8 septembre 2020. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

À peine le Festival d’Israël de Jérusalem sera clôturé le 19 juin que le 7e Festival de jazz de Jérusalem prendra le relais culturel du 22 au 24 juin, dans le jardin de sculptures en plein air du Musée d’Israël.

Le festival, produit par l’équipe du Festival d’Israël et dirigé comme à l’accoutumée par le trompettiste Avishai Cohen, comprend un programme d’artistes israéliens pour une série de rencontres intimes entre musiciens et artistes.

« En cette période difficile et éprouvante, nous avons créé un festival plein d’espoir qui apportera un rayon de lumière dans l’obscurité qui nous entoure », a déclaré Cohen. « Les artistes ont voulu créer quelque chose de bon et d’unique, et ce sera un festival très différent du passé. »

Parmi les artistes qui se produiront, on retrouve Dudu Tassa et les Al-Kuwaitis, Avishai Cohen, Rona Keinan, Eviatar Banai, Gilad Cahana, Hagai Fershtman et Gershon Waiserfirer, Tom Oren et Erez Tuders, Victoria Hanna et Omri Mor, entre autres.

Avishai Cohen, co-fondateur et directeur artistique de l’événement, se produit sur scène lors du Festival de Jazz de Jérusalem, le 8 septembre 2020. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

L’événement de trois jours est organisé selon deux séries d’événements différents. L’une s’intitule « Connexions », avec différentes performances qui réunissent des créateurs israéliens emblématiques racontant l’histoire de l’art israélien à travers la musique, la parole et le cinéma. L’autre est intitulée « Live/Visual », avec des performances originales réunissant des musiciens et des conservateurs de musée.

Le festival comprendra également des représentations théâtrales dans le jardin, des visites mystérieuses dans le labyrinthe de statues et des discussions sur le jazz.

Un billet d’une journée coûte 200 shekels et 150 shekels pour les étudiants, et un billet trio pour les trois jours du festival coûte 550 shekels, disponible sur le site web du Jerusalem Jazz Festival.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...