La bande de Gaza risque des pénuries d’eau et d’électricité
Rechercher

La bande de Gaza risque des pénuries d’eau et d’électricité

La centrale électrique locale fermera dimanche ; un responsable israélien affirme que les roquettes ont détruit les lignes électriques du côté israélien, entraînant des coupures

De la fumée et des flammes s'élèvent après une frappe aérienne israélienne dans la zone de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 11 mai 2021. (Abed Rahim Khatib/Flash90)
De la fumée et des flammes s'élèvent après une frappe aérienne israélienne dans la zone de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 11 mai 2021. (Abed Rahim Khatib/Flash90)

La bande de Gaza sera à court de carburant pour ses générateurs d’électricité d’ici dimanche, a déclaré aux journalistes un responsable de la défense israélienne.

Selon le fonctionnaire, qui s’exprimait sous couvert d’anonymat, Gaza ne dispose plus que de cinq heures d’électricité par jour, alors qu’elle en avait 16 en moyenne avant les combats.

Cela est dû en partie à la fermeture par Israël du point de passage de Kerem Shalom, qui est normalement utilisé pour acheminer le carburant vers Gaza, et en partie au fait que des roquettes tirées par des terroristes dans l’enclave ont touché certaines lignes électriques dans la bande près de la ville de Rafah.

Selon le responsable, trois des quatre turbines qui fonctionnent normalement dans la centrale électrique du Hamas sont actuellement hors service en raison de la pénurie de carburant.

Jeudi, Israël et le Hamas sont entrés dans leur quatrième jour d’hostilités. Au total, plus de 1 700 roquettes et obus de mortier ont été tirés sur Israël depuis le début des combats lundi soir, selon l’armée israélienne.

Un Palestinien, sur le toit de sa maison, regarde la centrale électrique de Gaza après sa fermeture, dans la ville de Nusairat, au centre de la bande de Gaza, le 18 août 2020 (AP Photo/Khalil Hamra)

Israël a riposté à Gaza en ciblant des centaines de sites dans l’enclave côtière, utilisés selon l’armée par des groupes terroristes.

Selon le responsable, trois des quatre turbines qui fonctionnent normalement dans la centrale électrique du Hamas sont actuellement hors service en raison de la pénurie de carburant. La compagnie d’électricité de Gaza a arrêté l’une d’entre elles dès qu’Israël a fermé le point de passage de Kerem Shalom lundi, afin d’économiser le carburant.

L’approvisionnement en eau de Gaza a également été affecté par les coupures de courant, les habitants ne disposant d’eau courante que par intermittence, a indiqué le responsable.

La liaison militaire d’Israël avec les Palestiniens, connue sous son acronyme COGAT, a ajouté que le Hamas avait mis hors service l’usine de dessalement de la ville de Gaza, privant ainsi quelque 250 000 habitants de leur approvisionnement en eau.

Les responsables de la santé ont prévenu que le manque d’électricité et d’eau courante pourrait avoir de graves répercussions sur le fragile système de soins de santé de Gaza, déjà mis à rude épreuve par le conflit.

« Cela aura un effet grave sur la santé publique et la santé de notre société », a déclaré Ashraf al-Qidra, porte-parole du ministère de la Santé du Hamas.

Le ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas, a déclaré jeudi soir que 103 personnes avaient été tuées depuis le début des combats par des frappes aériennes israéliennes, dont 27 enfants.

Le ministère a ajouté que 530 personnes ont été blessées. Israël affirme que la plupart des victimes sont soit des membres de groupes terroristes, soit des victimes de roquettes du Hamas qui ont atterri dans la bande de Gaza.

Israël et un groupe palestinien de défense des droits de l’homme, Defense for Children, ont déclaré que plusieurs des civils avaient été tués par des roquettes du Hamas tombées à l’intérieur de Gaza, et non par des attaques israéliennes, bien que Defense for Children affirme qu’au moins certains des enfants ont été tués par des frappes israéliennes.

Le Jihad islamique palestinien a confirmé la mort de sept de ses membres, tandis que le Hamas a reconnu qu’un commandant supérieur et plusieurs autres membres avaient été tués.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...