Israël en guerre - Jour 190

Rechercher

La Belgique justifie l’échange de prisonniers avec l’Iran

Olivier Vandecasteele a été relâché en échange d'un diplomate iranien Assadollah Assadi, condamné en Belgique en 2021 pour "tentative d'assassinats terroristes" à 20 ans de prison

Le travailleur humanitaire belge libéré Olivier Vandecasteele (G) embrasse les membres de sa famille alors qu'il débarque d'un avion sur le tarmac lors de son retour en Belgique après près de 15 mois de captivité en Iran, à l'aéroport militaire de Melsbroek, au nord de Bruxelles, le 26 mai 2023. (Crédit : Didier LEBRUN / AFP)
Le travailleur humanitaire belge libéré Olivier Vandecasteele (G) embrasse les membres de sa famille alors qu'il débarque d'un avion sur le tarmac lors de son retour en Belgique après près de 15 mois de captivité en Iran, à l'aéroport militaire de Melsbroek, au nord de Bruxelles, le 26 mai 2023. (Crédit : Didier LEBRUN / AFP)

Le Premier ministre belge Alexander De Croo a justifié dimanche l’échange de prisonniers réalisé avec l’Iran pour obtenir la libération d’Olivier Vandecasteele et a invité les Belges à « ne pas rester en Iran ».

« C’est un dilemme très très très difficile, mais à un moment donné, je me suis fait mon opinion : on n’abandonne pas un Belge, un innocent », a-t-il déclaré à la chaîne de télévision privée RTL-TVI avant de prendre le départ de la course des 20 km de Bruxelles.

Arrêté le 24 février 2022 à Téhéran, le travailleur humanitaire belge Olivier Vandecasteele, 42 ans, avait été condamné pour « espionnage » à 40 ans de prison et 74 coups de fouet.

Détenu pendant quinze mois, il a été relâché vendredi en échange d’un diplomate iranien Assadollah Assadi, condamné en Belgique en 2021 pour « tentative d’assassinats terroristes » à 20 ans de prison.

Des manifestants portent des vêtements sur lesquels on peut lire « Free Olivier » lors d’une manifestation de solidarité avec le travailleur humanitaire belge Olivier Vandecasteele à Bruxelles, le 25 décembre 2022. (Crédit : François Walschaerts/AFP)

La décision de procéder à un échange suscite des critiques en Belgique. « Nous savions qu’il était vraiment dans un état (de santé) difficile et qu’il n’y avait plus beaucoup de patience de l’autre côté », a expliqué Alexander De Croo.

« On voulait suivre une procédure parlementaire, le faire dans le cadre de la loi et de manière démocratique (…) mais la procédure de transfèrement aurait créé du danger, car on aurait eu besoin de semaines de débats », a-t-il précisé.

Alexander De Croo a invité les Belges à « ne pas se rendre en Iran » et a conseillé à ceux qui sont dans le pays « à ne pas être en Iran ».

Trente-cinq ressortissants d’une douzaine d’Etats membres de l’UE, dont quatre Français, sont toujours détenus en Iran, selon la cheffe de la diplomatie française Catherine Colonna.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.