La Bibliothèque nationale numérise le patrimoine littéraire de Hannah Szenes
Rechercher

La Bibliothèque nationale numérise le patrimoine littéraire de Hannah Szenes

Les archives comprennent son certificat de Bat Mitzvah, des carnets, des journaux intimes et d'autres objets personnels, publiés à l'occasion du centenaire de la soldate-poétesse

Hannah Senesh avec les poules du Moshav Nahalal, une partie des archives de Hannah Senesh actuellement exposées à la Bibliothèque nationale d'Israël (Crédit :  Bibliothèque nationale d'Israël)
Hannah Senesh avec les poules du Moshav Nahalal, une partie des archives de Hannah Senesh actuellement exposées à la Bibliothèque nationale d'Israël (Crédit : Bibliothèque nationale d'Israël)

En l’honneur du centenaire de la soldate et poétesse d’origine hongroise Hannah Szenes, qui a été capturée et tuée par les nazis après avoir sauté en parachute en Yougoslavie pour se rendre en Hongrie pendant la Seconde Guerre mondiale, la Bibliothèque nationale d’Israël a numérisé des dizaines d’articles provenant d’archives récemment acquises de ses biens.

La collection, qui comprend des dessins, des carnets, des journaux intimes, son certificat de Bat Mitzvah et des documents personnels, est désormais disponible en ligne dans le monde entier.

Le patrimoine littéraire de Szenes est arrivé à la bibliothèque l’année dernière, et des experts y ont travaillé depuis, dans le but de cataloguer, préserver et numériser le contenu des archives.

Parmi les objets notables que la bibliothèque a répertoriés comme pouvant être consultés figurent son carnet de vocabulaire hébreu avec des croquis et des dessins, son certificat de bat mitzvah, des documents de ses écoles à Budapest et Nahalal, ainsi qu’un carnet dans lequel elle a consigné tous les livres qu’elle a lus.

Parmi les objets personnels conservés dans les archives figurent sa machine à écrire, son appareil photo et une boîte à couture contenant ses gants et des mèches de cheveux d’elle et de son frère.

La valise avec laquelle elle a déménagé en Israël a également été incorporée dans les nouvelles archives.

Le journal de poche d’Hannah Szenes lorsqu’elle s’est installée en Israël en 1939. (Crédit : Bibliothèque nationale d’Israël)

Née en Hongrie, Hannah Szenes a immigré en Palestine mandataire en 1939 et a rapidement rejoint la Haganah, l’ancêtre de Tsahal.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle a rejoint un contingent juif de l’armée britannique et a été parachutée en Yougoslavie, avant de poursuivre à pied jusqu’en Hongrie pour y rencontrer des partisans.

Capturée à la frontière, interrogée et condamnée à mort à l’âge de 23 ans, sa dépouille a ensuite été transférée en Israël et enterrée au cimetière national du mont Herzl.

Deux notes trouvées dans la robe de Szenes après son exécution sont également disponibles dans les archives numériques. L’une est le dernier poème qu’elle a écrit et l’autre est une lettre personnelle adressée à sa mère, a indiqué la bibliothèque.

Son journal et ses poèmes sont encore lus en Israël aujourd’hui, notamment le poème « Eli, Eli », ou « Mon Dieu, mon Dieu ».

Les documents numérisés de la collection d’archives Hannah Szenes de la Bibliothèque nationale d’Israël peuvent être consultés ici.

Quelque 100 soldats israéliens ont participé la semaine dernière à un saut en parachute en Europe centrale dans le cadre d’un voyage éducatif d’une semaine en l’honneur du 100e anniversaire de la soldate et poétesse hongroise.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...