Rechercher

La branche américaine de La Paix Maintenant ne maintient pas son voyage annuel en Israël

Le groupe craint que des participants soient bloqués à l’aéroport Ben Gurion et qu'on leur refuse l’entrée dans le pays en raison de la loi anti-boycott

Des avions d'El Al sur le tarmac de l'aéroport international Ben Gurion, en avril 2013. Illustration. (Crédit : Flash90)
Des avions d'El Al sur le tarmac de l'aéroport international Ben Gurion, en avril 2013. Illustration. (Crédit : Flash90)

La branche américaine de La Paix Maintenant a annulé son voyage annuel en Israël en raison de la loi anti-boycott.

La loi adoptée le mois dernier par la Knesset interdit l’accès d’Israël aux étrangers qui ont publiquement appelé au boycott de l’État juif ou de ses implantations.

La branche américaine de La Paix Maintenant craint que des participants soient bloqués à l’aéroport Ben Gurion, et qu’on leur refuse l’entrée dans le pays, selon un article paru cette semaine dans Haaretz, qui précise que le groupe pacifiste organise son voyage d’étude en Israël depuis 30 ans, et que cette annulation est sans précédent.

La Paix Maintenant aurait annulé son voyage prévu pour le mois de juin, après que le gouvernement israélien a refusé de garantir que tous les participants seraient autorisés à entrer dans le pays.

Haaretz a indiqué avoir obtenu un duplicata de la lettre envoyée vendredi par les directeurs de l’organisation aux participants, notamment des membres du conseil d’administration et des donateurs.

On peut y lire : « Nous ne savons pas encore si nous reportons ce voyage à une date ultérieure, ou si le programme Israël Study Tour est suspendue pour une durée indéterminée, jusqu’à ce que la loi soit révoquée, amendée, de sorte à ce qu’elle n’affecte plus les membres du conseil, le personnel ou les militants de la branche américaine de La Paix Maintenant. »

L’interdiction s’applique à tout étranger « qui, sciemment, émet un appel public au boycott d’Israël qui, compte tenu du contenu de l’appel et des circonstances dans lesquelles il a été délivré, a une possibilité raisonnable de conduire à l’imposition d’un boycott, si l’émetteur était conscient de cette possibilité. » Cela inclut ceux qui appellent au boycott des zones sous contrôle israélien, comme les implantations de Cisjordanie.

Les élus ont assuré que cette mesure est destinée aux groupes, et non pas aux particuliers.

Le programme de voyage d’études comprenait des rencontres avec des politiciens israéliens et palestiniens, des experts de la sécurité, de la société civile, des militants, des auteurs et des artistes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...