La chanson israélienne de l’Eurovision révélée officiellement après une fuite
Rechercher

La chanson israélienne de l’Eurovision révélée officiellement après une fuite

"Home", le titre interprété par Kobi Marimi, a été présenté pendant le direct de la remise des prix télévisuels

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Capture d'écran de la chanson 'Home,'  interprétée par  Kobi Marimi qui représentera Israël à l'Eurovision 2019 (Capture d'écran : YouTube)
Capture d'écran de la chanson 'Home,' interprétée par Kobi Marimi qui représentera Israël à l'Eurovision 2019 (Capture d'écran : YouTube)

La chanson qui représentera l’Etat juif lors de l’édition 2019 de l’Eurovision a été officiellement révélée dimanche soir – quelques heures après la fuite d’une de ses versions sur internet.

Le titre, « Home », interprété par Kobi Marimi, a été diffusé en direct et pour la première fois durant la remise des prix de la télévision israélienne qui a été diffusée en direct par la chaîne nationale Kan. Une version de la chanson avait toutefois été mise sur internet dès dimanche après-midi sur le site du journal Israel Hayom.

Ecrite par Ohad Shragai et Inbar Vaitzman, cette chanson l’a emporté face à 200 autres titres qui avaient été soumis à un comité de sélection de six membres dirigé par le directeur musical de Kan.

La dernière chanson qui avait représenté Israël à l’Eurovision, « Toy », chantée par Netta Barzilai, avait également été publiée sur internet vingt-quatre heures avant sa révélation officielle. Barzilai a remporté le concours en 2018, permettant à Israël d’accueillir, cette année, l’Eurovision sur son territoire – qui aura lieu du 14 au 18 mai à Tel Aviv.

Marimi, 27 ans, a été choisi après avoir gagné le concours de la Nouvelle star au mois de février. Après la sélection de « Home », le titre qu’il interprétera, Marimi a expliqué que ce titre s’accordait bien à son style musical.

« La première fois que j’ai entendu la chanson, elle m’a vraiment ému et j’ai tout de suite ressenti que j’y étais attaché », a commenté Marimi au mois de février.

La production du concours en Israël a rencontré des difficultés, notamment concernant la ville qui accueillerait l’événement — Jérusalem, la capitale, avait été exclue – et des soupçons d’irrégularités dans le vente des billets qui ont mené Kan à suspendre ces dernières la semaine passée.

Une enquête initiale a établi que des dizaines de billets aux meilleures places avaient été vendues à de hautes-personnalités des médias et du sport et non au public israélien.

Les activistes pro-palestiniens en Europe ont réclamé le boycott de l’Eurovision à Tel Aviv et des manifestants anti-israéliens ont interrompu un cycle de qualification au concours qui avait lieu en France, le mois dernier. Le groupe représentant l’Islande a pour sa part menacé d’enfreindre les règles de la compétition et de protester sur scène en affichant son mécontentement – en soutien à la cause palestinienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...