Pourim : La Cisjordanie sera fermée une journée de plus
Rechercher

Pourim : La Cisjordanie sera fermée une journée de plus

Les Palestiniens ne pourront pas entrer en Israël avant mardi, et non lundi comme l’avait précédemment indiqué l’armée

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Checkpoint du camp de réfugiés de Shuafat, à l'est de Jérusalem, le 22 décembre 2015. Illustration. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Checkpoint du camp de réfugiés de Shuafat, à l'est de Jérusalem, le 22 décembre 2015. Illustration. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

L’armée israélienne a étendu le bouclage de la Cisjordanie imposé pour la fête juive de Pourim d’une journée, a-t-elle annoncé samedi.

Les points de passage devaient rouvrir à minuit dans la nuit de dimanche à lundi, mais ne rouvriront qu’à minuit lundi soir. L’extension a été décidée suite à la demande des dirigeants politiques après un briefing sur la situation sécuritaire, a indiqué l’armée.

La fête de Pourim se terminera lundi à Jérusalem. Le reste du pays célèbre la fête samedi soir et dimanche.

Initialement, la Cisjordanie devait être fermée de vendredi à dimanche, une mesure préventive pour empêcher des attaques pendant le week-end de fête.

La fermeture affecte les dizaines de milliers de Palestiniens qui travaillent légalement en Israël tous les jours, majoritairement dans la construction et la maintenance.

En Cisjordanie, les Palestiniens peuvent cependant entrer dans les implantations juives où ils travaillent, avait précisé un porte-parole de l’armée.

La fête juive de Pourim est généralement un évènement festif, célébré avec des déguisements, des parades et des fêtes dans les rues des villes d’Israël.

Il existe cependant une histoire de violence pendant cette fête.

L’année dernière, la Cisjordanie était déjà fermée pour Pourim en raison de la situation sécuritaire générale.

Elor Azaria, un soldat israélien qui a tué un terroriste palestinien déjà neutralisé à Hébron, devant la cour militaire de Jaffa, le 24 juillet 2016. (Crédit : Flash90)
Elor Azaria, un soldat israélien qui a tué un terroriste palestinien déjà neutralisé à Hébron, devant la cour militaire de Jaffa, le 24 juillet 2016. (Crédit : Flash90)

Pendant la fête, qui avait lieu le 24 mars, le soldat Elor Azaria avait abattu un terroriste palestinien déjà neutralisé après une attaque au couteau. Il a été jugé coupable d’homicide et condamné à 18 mois de prison. La défense et l’accusation ont fait appel de cette peine.

En 1996, un terroriste kamikaze palestinien a tué 13 Israéliens, dont cinq enfants, et en a blessé 130 de plus au centre Dizengoff de Tel Aviv à la veille de Pourim.

En 1994, à Pourim, le terroriste juif Baruch Goldstein a tué 29 fidèles palestiniens au Tombeau des Patriarches de Hébron. Le médecin extrémiste a tiré à l’arme automatique sur les fidèles musulmans, et a également blessé 125 personnes. Il a finalement été battu à mort par les personnes présentes.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...