La coalition fait échouer in extremis la nomination du chef de police
Rechercher

La coalition fait échouer in extremis la nomination du chef de police

Kobi Shabtai avait pourtant déjà été approuvé par la coalition et la commission, mais les ministres Likud ont réclamé qu’il ne soit nommé que commissaire par intérim

Kobi Shabtai, nouveau chef de la police par intérim, 28 septembre 2017. (Moshe Shai / Flash90)
Kobi Shabtai, nouveau chef de la police par intérim, 28 septembre 2017. (Moshe Shai / Flash90)

Bien que les choix du gouvernement pour les chefs permanents de la police et de l’administration pénitentiaire aient reçu l’approbation de la commission spéciale des nominations, ces services continueront d’être dirigées par des chefs par intérim, car le chaos au sein de la coalition continue de faire échouer les nominations même après leur approbation.

La coalition – dissoute plus tôt cette semaine – s’est réunie vendredi dans le but d’entériner deux nominations définitives : celle du commandant de la police des frontières Yaakov (Kobi) Shabtai en tant que chef de la police – le premier non-intérimaire depuis plus de deux ans – et celle de Katy Perry à la tête de l’administration pénitentiaire d’Israël.

Mais le Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu et le parti Kakhol Lavan du ministre de la Défense Benny Gantz ont encore échoué à parvenir à un accord sur ces questions, chaque partie renvoyant sur l’autre la responsabilité de leur échec.

Le chaos au sein du gouvernement a également provoqué l’annulation de la réunion hebdomadaire du conseil des ministres, prévue dimanche, comme c’est arrivé plusieurs fois récemment.

Le mandat de Motti Cohen, qui a occupé le poste de chef de la police par intérim depuis plus de deux ans en raison d’une crise politique sans précédent, a pris fin jeudi soir. Il a attribué le fait de n’avoir pas été remplacé pendant si longtemps à des considérations politiques.

Cohen a été remplacé par le commissaire de police adjoint Alon Assur, qui devait occuper le poste par intérim jusqu’à l’approbation par le gouvernement de la nomination de Shabtai comme chef permanent. La police a annoncé jeudi que Shabtai commencerait à observer Assur dans les prochains jours avant de prendre le relais.

Mercredi, la commission chargée du contrôle des nominations des dirigeants importants a approuvé la nomination de Shabtai comme prochain chef de la police, ouvrant la voie à son approbation par le conseil des ministres dans les 48 heures.

La commission, connue sous le nom de Comité Goldberg, a également approuvé la nomination de Perry à la tête de l’administration pénitentiaire israélienne.

Mais le ministre de la Sécurité publique Amir Ohana, invoquant des désaccords avec le parti Kakhol Lavan, a demandé vendredi aux ministres d’approuver les deux nominations à titre provisoire seulement – ce qui suscite de nouvelles craintes qu’Israël demeure sans chef de police permanent pour une durée indéterminée.

Le ministre de la Sécurité publique Amir Ohana, à gauche, et le chef de la police israélienne par intérim Motti Cohen, lors d’une visite à l’Administration nationale de contrôle du Corona, à Tel Aviv, le 1er décembre 2020. (Crédit : Miriam Alster / FLASH90)

Ohana a déclaré que l’obtention d’un accord sur une nomination permanente n’était « pas possible sous le gouvernement actuel », accusant le chef de Kakhol Lavan Benny Gantz d’avoir rejeté tous les efforts du Likud pour approuver la nomination avant la date limite de vendredi après-midi.

Kakhol Lavan a répondu en accusant le Likud de « maintenir le pays en otage » en refusant d’approuver également les 60 autres nominations permanentes en attente, dont 35 ambassadeurs et un procureur de l’État.

La police israélienne n’a pas eu de commissaire permanent depuis décembre 2018, date à laquelle le mandat de Roni Alsheich a pris fin. C’est plus ou moins à la même époque que de nouvelles élections ont été provoquées, plongeant le pays dans une longue période d’instabilité qui a vu trois élections successives en moins d’un an. Or un gouvernement intérimaire de transition ne peut pas nommer un chef de police permanent.

Israël a une coalition permanente depuis mai.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le ministre de la Défense Benny Gantz, assistent à une cérémonie de remise des diplômes des nouveaux pilotes de l’armée de l’air à la base aérienne de Hatzerim près de Beer Sheba, le 25 juin 2020. (Crédit : Ariel Schalit / Pool / AFP)

Lorsqu’Ohana a choisi Shabtai comme chef de la police le mois dernier, Cohen avait annoncé sa démission, attribuant le retard dans la nomination d’un chef de la police permanents à des calculs politiques. Il a également affirmé que des forces extérieures, qu’il n’a pas identifiées, intervenaient dans le travail de la police.

« Il semble que des considérations inavouées soient entrées en compte dans la décision de ne pas nommer un chef permanent pendant si longtemps », a écrit Cohen dans une lettre aux officiers, dans une provocation contre le gouvernement de Netanyahu.

Alsheich a eu un rôle clé dans les enquêtes criminelles contre Netanyahu, et c’est une des personnalités que le Premier ministre et ses collègues du Likud ont accusé sans preuves d’être impliqués dans une tentative de coup d’État contre Netanyahu. Cohen est chef de la police par intérim depuis le départ d’Alsheich et son mandat a été prolongé à plusieurs reprises.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...