La Colombie expulse un baron du crime israélien
Rechercher

La Colombie expulse un baron du crime israélien

Les autorités colombiennes ont mis dans un avion dimanche un israélien expulsé car suspecté de gérer un réseau criminel qui menace la sécurité du pays

Capture d'écran de la vidéo montrant le baron du crime Assi Ben Mosh,  bord d'u avion, après avoir été expulsé de Colombie. (Crédit : YouTube)
Capture d'écran de la vidéo montrant le baron du crime Assi Ben Mosh, bord d'u avion, après avoir été expulsé de Colombie. (Crédit : YouTube)

Les médias colombiens ont diffusé une vidéo dans laquelle on peut voir Assi Ben-Mosh escorté à l’intérieur de l’aéroport international El Dorado, à Bogota, avant d’embarquer un vol en partance d’Amérique du Sud.

L’homme est accusé de gérer un hôtel près de la ville de Santa Marta, où il a implanté un réseau de crimes sexuels et de trafic de drogue.

L’hôtel Benjamin, dans le village de pêche de Taganga, attire de nombreux touristes israéliens qui s’y rendent après leur service militaire, mais n’était pas très apprécié des résidents locaux, en raison des activités qui y ont lieu. Selon les médias locaux, Ben-Mosh aurait également opéré en Équateur, au Brésil et au Mexique.

Il s’est envolé vers Israël en faisant escale en Espagne, ont précisé les médias.

Ben-Mosh et ses associés sont suspectés de trafic de drogue, de prostitution juvénile forcée et d’évasion fiscale, ont indiqué les médias israéliens pendant le week-end, alors que le mandat d’expulsion venait d’être édité. Ben-Mosh a tenté, en vain, de faire annuler son extradition, notamment en déposant une demande de résidence permanente.

Dans un communiqué, la police colombienne a annoncé « l’expulsion d’un citoyen israélien qui gérait un hôtel spa très apprécié par les touristes », soulignant que Ben-Mosh « portait atteinte à la sécurité de la Colombie ».

Il est interdit d’entrée en Colombie pendant les dix prochaines années, ont spécifié les médias locaux.

Le quotidien El Heraldo a relayé les propos du Colonel Gustavo Berdugo, commandant de la police municipale de Santa Marta, qui a indiqué qu’avec le départ de Ben-Mosh, la population locale veut débarrasser Taganga de sa mauvaise publicité.

« La population est très préoccupée, parce nous voulons en faire un lieu de tourisme prisé, pour ses ressources naturelles et ses paysages, et pas pour sa prostitution et son trafic de drogue », a-t-il dit au quotidien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...