La Colombie ouvrira un bureau commercial à Jérusalem, promet le président Duque
Rechercher

La Colombie ouvrira un bureau commercial à Jérusalem, promet le président Duque

L'annonce a été faite au cours d'une visioconférence célébrant la ratification d'un accord de libre-échange avec Israël signé il y a sept ans

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre Netanyahu a participé, via visioconférence, à un événement marquant la ratification d'un accord de libre-échange avec la Colombie, le 10 août 2020 (Crédit : Amos Ben-Gershom/GPO)
Le Premier ministre Netanyahu a participé, via visioconférence, à un événement marquant la ratification d'un accord de libre-échange avec la Colombie, le 10 août 2020 (Crédit : Amos Ben-Gershom/GPO)

La Colombie va ouvrir un bureau commercial et d’innovation à Jérusalem, a annoncé lundi le président du pays.

Ivan Duque a fait cette annonce au cours d’un entretien par visioconférence avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu marquant la ratification d’un accord bilatéral de libre-échange entre les deux pays.

La nouvelle mission aidera la Colombie à « consolider les opportunités de la quatrième révolution industrielle », a-t-il déclaré.

Netanyahu a salué l’annonce faite par Duque, affirmant que la Colombie – la troisième économie d’Amérique latine – rejoignait dorénavant d’autres pays du continent qui ont déjà ouvert des bureaux similaires dans la capitale.

« Le Premier ministre Netanyahu continuera à œuvrer dans le but d’encourager des Etats supplémentaires à ouvrir des offices de représentation à Jérusalem », a noté son bureau dans un communiqué.

Le Brésil et le Honduras ont déjà ouvert des bureaux commerciaux à Jérusalem. Le Guatemala y a installé son ambassade.

Parmi les autres nations possédant des bureaux commerciaux ou de défense dans la ville sainte, on retrouve la République tchèque, la Hongrie et l’Australie.

Dans son discours, Netanyahu s’est réjoui d’un « moment historique dans la relation » entre Israël et la Colombie, citant ce projet colombien de bureau ainsi que la signature de l’accord de libre-échange avec le pays, qui avait été signé il y a sept ans et qui attendait, depuis, l’approbation finale du parlement colombien.

Cet accord est le tout premier conclu par la Colombie avec un pays du Moyen-Orient, et il prévoit l’entrée de 97 % des produits colombiens sur le marché israélien sans droits de douanes.

« Ces décisions créent une plateforme de coopération entre nous qui permettra d’amener notre partenariat, notre amitié et – comme vous l’avez dit – notre fraternité à de nouveaux niveaux politiques et économiques », a commenté Netanyahu.

« Israël est un pôle global d’innovation. La Colombie est l’une des économies les plus fortes d’Amérique latine. Ce pays possède une base académique forte, une base scientifique forte et je pense que coopérer – que la coopération entre nous nous rendra plus forts. Nous avons établi également un fort partenariat en matière de sécurité. Ivan, votre autorité dans la lutte contre le terrorisme est un exemple pour le reste des pays d’Amérique Latine », a continué le Premier ministre.

La Colombie considère le Hezbollah comme une organisation terroriste.

Duque est le président du pays depuis 2018. Issu du parti du Centre démocratique de droite, Duque, pendant la campagne à la présidence, avait indiqué vouloir améliorer les relations avec l’Etat juif, disant ouvertement avoir réfléchi à l’idée de transférer l’ambassade de son pays à Jérusalem.

Lors d’un événement de campagne, au mois de mars 2018, il avait expliqué que s’il était élu, il n’exclurait pas « la possibilité de déplacer le fauteuil de la diplomatie à Jérusalem ». Il avait également noté qu’il souhaitait « maintenir les meilleures relations possibles avec Israël ».

Les propos tenus par Duque avaient entraîné l’indignation de ses adversaires dans la course à la présidence qui, dans leur majorité, avaient rejeté ce positionnement.

Interrogé sur sa déclaration quelques jours plus tard, Duque avait précisé qu’il soutenait une solution à deux Etats et qu’il désirait que son gouvernement éventuel puisse contribuer aux efforts de paix.

« La Colombie ne peut pas attiser la haine au Moyen-Orient », avait-il ajouté.

La Colombie est l’un des amis les plus proches de l’Etat juif en Amérique latine et entretient avec lui des liens militaires, politiques et économiques étroits. Au mois d’août 2018, le prédécesseur de Duque, Juan Manuel Santos, avait créé la surprise en décidant de reconnaître un Etat palestinien quelques jours avant de quitter ses fonctions, faisant de la Colombie le tout premier pays à se livrer à une telle reconnaissance.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...