La communauté juive solidaire après l’attentat à la mosquée de Québec
Rechercher

La communauté juive solidaire après l’attentat à la mosquée de Québec

Reuben Poupko, co-président du CIJA s'est dit "horrifié" au nom de la communauté juive canadienne ; Un suspect a appelé la police pour se rendre

La police canadienne déployée sur les lieux d'une fusillade dans la mosquée du Centre islamique culturel de Québec, le 29 janvier 2017. (Crédit : Alice Chiche/AFP)
La police canadienne déployée sur les lieux d'une fusillade dans la mosquée du Centre islamique culturel de Québec, le 29 janvier 2017. (Crédit : Alice Chiche/AFP)

Suite à l’attaque meurtrière visant une mosquée canadienne, faisant 6 morts et 8 blessés, Reuben Poupko, co-président du Centre consultatif des relations juives et israéliennes-Québec (CIJA-Québec), s’est exprimé au nom des institutions juives canadiennes.

« La communauté juive est horrifiée par la fusillade meurtrière à la mosquée de Sainte-Foy. Rien ne justifie le meurtre d’innocents civils assemblés dans un lieu de culte. Nos pensées accompagnent les victimes et leurs proches, de même que tous nos concitoyens de foi musulmane ».

Le Congrès juif mondial a aussi condamné l’attaque. Son président, Ronald Lauder, l’a qualifiée d’ « attaque horrible » et a appelé « ceux qui ont perpétré cet acte odieux de meurtre de masse » à être « traduits en justice ».

« Nous ne devons pas être intimidés par le terrorisme, mais chérir notre liberté, y compris la liberté de culte. Nous devons nous défendre les uns les autres et nous devons nous soigner les uns les autres : une communauté religieuse après l’autre, un pays après l’autre. Le fléau du terrorisme ne sera pas vaincu si nous ne sommes pas unis dans notre volonté de le vaincre, » a écrit Lauder dans une déclaration.

Les six personnes décédées dimanche dans l’attaque à l’arme à feu d’une mosquée de Québec étaient toutes des Canadiens binationaux, a indiqué lundi le vice-président du Centre culturel islamique de Québec, Mohamed Labidi.

Ronald Lauder (Capture d’écran France 2)
Ronald Lauder (Capture d’écran France 2)

« Il y a deux Marocains, un ou deux Algériens, un Tunisien et peut-être deux (personnes originaires) de l’Afrique sub-saharienne », a déclaré M. Labidi en marge d’une rencontre avec les autorités.

A Alger, le ministère des Affaires étrangères a confirmé la mort de deux Algériens dans un communiqué cité par la télévision d’État.

« Ce sont tous des citoyens canadiens, ce sont tous des Québécois, des Canadiens », a insisté M. Labidi au sujet des personnes décédées.

Le président américain Donald Trump a téléphoné lundi au Premier ministre du Canada Justin Trudeau pour lui présenter ses condoléances après la fusillade de dimanche dans une mosquée de Québec, qui a fait six morts et huit blessés.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau. Illustration. (Crédit : Nicholas Kamm/AFP)
Le Premier ministre canadien Justin Trudeau. Illustration. (Crédit : Nicholas Kamm/AFP)

« Le président Trump a transmis ses condoléances au Premier ministre et à la population du Canada à la suite de la fusillade tragique survenue au Centre culturel islamique de Québec, situé dans la ville de Québec, et lui a offert toute aide jugée nécessaire », a indiqué le bureau du Premier ministre dans un communiqué.

L’attaque a été qualifiée « d’attentat terroriste », par Justin Trudeau.

« La diversité est notre force et, en tant que Canadiens, la tolérance religieuse est une valeur qui nous est chère », a souligné Justin Trudeau qui devait se rendre à Québec lundi en fin d’après-midi pour une veillée avec toutes les communautés religieuses, la classe politique et la société civile.

Le chef du gouvernement canadien avait samedi lancé un message de rassemblement et d’unité en promettant d’accueillir les réfugiés « indépendamment de leur foi ». Des propos qui se démarquaient de la politique américaine après la décision du président Donald Trump d’interdire l’entrée des Etats-Unis aux ressortissants de sept pays musulmans.

Des mosquées néerlandaises ferment leurs portes pendant la prière après l’attaque au Canada

Quatre des plus grandes mosquées des Pays-Bas ont indiqué lundi avoir décidé de fermer leurs portes pendant la prière.

La Mosquée bleue d’Amsterdam et les mosquées As-Sunnah de La Haye, Essalam de Rotterdam et Omar Al Farouk d’Utrecht « se sentent forcées » de fermer leurs portes pendant les prières, ont-elles affirmé dans un communiqué.

Des caméras de sécurité supplémentaires ont été installées aux alentours de la mosquée d’Amsterdam, ont-elles ajouté.

Ces quatre mosquées rassemblent chaque jour des milliers de fidèles.

« C’est décevant que des mesures drastiques de sécurité doivent êtres mises en place », a affirmé à l’AFP Saïd Bouharrou, porte-parole du Conseil néerlandais des mosquées (RMMN). « Une mosquée est un bâtiment ouvert qui devrait être accessible à n’importe quelle heure du jour pour toutes les personnes en recherche de paix et de calme ».

Les directeurs des mosquées restent en contact étroit avec les services néerlandais de lutte contre le terrorisme (NCTV), a-t-il ajouté.

Un seul des deux hommes interpellés considéré comme suspect

La police québécoise a annoncé lundi qu’un seul des deux jeunes hommes interpellés après une fusillade meurtrière à la mosquée de Québec dimanche était « considéré comme suspect », le second étant entendu « comme témoin ».

Les premières informations de la police faisaient état de deux hommes cagoulés qui ont tiré à l’intérieur de la mosquée dimanche soir, faisant six morts et huit blessés.

Une personne avait été interpellée près de la mosquée, un deuxième avait appelé le numéro d’urgence pour se rendre et avouer avoir participé à la tuerie, avait expliqué Denis Turcotte, inspecteur de la ville de Québec.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...