La Cour décide que certains Erythréens peuvent prétendre à l’asile en Israël
Rechercher

La Cour décide que certains Erythréens peuvent prétendre à l’asile en Israël

Selon la cour, les Érythréens qui ont déserté le service militaire dans leur pays d'origine doivent être considérés comme demandeur d'asile

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Plus de 1 000 demandeurs d'asile érythréens se sont rassemblés devant l'ambassade du Rwanda le 22 janvier 2018 pour protester contre les expulsions prévues. (Melanie Lidman/Times of Israel)
Plus de 1 000 demandeurs d'asile érythréens se sont rassemblés devant l'ambassade du Rwanda le 22 janvier 2018 pour protester contre les expulsions prévues. (Melanie Lidman/Times of Israel)

Une cour d’appel israélienne a décidé jeudi que les Érythréens qui ont déserté le service militaire dans leur pays d’origine et qui sont venus en Israël doivent être considérés comme des demandeurs d’asile.

Cette décision pourrait concerner des milliers d’Érythréens vivant en Israël qui risquent d’être expulsés.

« Il existe une crainte fondée de persécution en raison de l’opinion politique qui lui est attribuée par les autorités de son pays à la suite de sa désertion du service militaire », précise le communiqué à propos des déserteurs.

Jusqu’à présent, Israël a refusé de traiter la grande majorité des demandes d’asile.

Il y a environ 38 000 migrants et demandeurs d’asile africains en Israël, selon le ministère de l’Intérieur. Environ 72 % sont érythréens et 20 % sont soudanais. La grande majorité est arrivée entre 2006 et 2012.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...