La Cour prolonge la détention préventive de l’auteur de l’attentat à Jérusalem
Rechercher

La Cour prolonge la détention préventive de l’auteur de l’attentat à Jérusalem

Sanad al-Turman est en détention pour une attaque présumée qui a blessé 12 militaires de Tsahal en visite dans la capitale avant leur cérémonie au mur Occidental

Sanad Al-Turman, suspect de l'attaque à la voiture-bélier commise à Jérusalem le 6 février 2020, est transféré de la prison au tribunal de Jérusalem, le 7 février 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Sanad Al-Turman, suspect de l'attaque à la voiture-bélier commise à Jérusalem le 6 février 2020, est transféré de la prison au tribunal de Jérusalem, le 7 février 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le tribunal de première instance de Jérusalem a prolongé de huit jours la détention préventive du terroriste présumé Sanad al-Turman dimanche, une semaine et demie après qu’il ait prétendument perpétré un attentat à la voiture-bélier qui a blessé une douzaine de soldats dans la capitale.

C’est la deuxième fois que sa détention provisoire est prolongée depuis l’attentat présumé.

Le 6 février, à l’aube, Turman a percuté avec sa voiture un groupe de soldats Golani qui se trouvaient dans la rue David Remez à Jérusalem, devant l’ancienne gare, un pôle de distractions populaire de la capitale, blessant 12 d’entre eux, dont un grièvement.

Selon l’armée, les soldats étaient des membres de la brigade Golani qui se trouvaient à l’ancienne gare lors d’une « visite du patrimoine » avant une cérémonie de prestation de serment tôt le matin au mur Occidental.

Des secouristes sur la scène de l’attaque à la voiture bélier à Jérusalem, le 6 février 2020. (Crédit : MDA)

La famille de Turman a toujours soutenu que ce qui s’est passé n’était pas une attaque terroriste mais plutôt un accident de la circulation causé par le fait que Turman était monté accidentellement sur le trottoir avec son véhicule.

Après l’attaque, Turman a rapidement fui les lieux, abandonnant sa voiture dans la ville de Beit Jala en Cisjordanie, au sud de Jérusalem. Il a été arrêté au carrefour de Gush Etzion, dans le centre de la Cisjordanie, le 6 février. Le Shin Bet a déclaré qu’il était âgé de 25 ans et qu’il résidait dans le quartier d’A-Tur à Jérusalem-Est et qu’il n’avait aucun antécédent d’activité terroriste.

« Il a causé un accident, a pris peur et s’est enfui. Il n’a pas voulu que cela arrive », a déclaré le frère lors de sa première comparution devant le tribunal, un argument que l’avocat de Turman a répété dimanche.

Les responsables de la sécurité ont fermement démenti ces affirmations, affirmant que Turman a franchi un barrage routier alors qu’il fuyait et que les soldats présents sur les lieux de l’attaque n’ont pas sorti leurs armes afin qu’il ne se sente pas en danger.

En outre, les officiels ont déclaré au diffuseur public Kan que Turman ne semblait pas vouloir se rendre au moment de son arrestation.

Selon les responsables de la sécurité, Turman avait publié plusieurs messages sur Facebook, signalant peut-être ses intentions, en écrivant dans une mise à jour : « J’ai trouvé mes réponses », et dans une autre : « Celui qui cherche la paix avec l’ennemi vit dans l’illusion. Ne jamais se rendre. »

L’incident s’est produit dans un contexte de montée des tensions suite à la publication du plan du président américain Donald Trump visant à résoudre le conflit israélo-palestinien.

Des soldats de la brigade Golani, quelques heures après avoir été blessés lors d’une attaque à la voiture-bélier, participent à leur prestation de serment, le 6 février 2020. En médaillon : L’agresseur présumé Sanad al-Tourman. (Armée israélienne, médias sociaux)

Le même jour que l’attaque à la voiture-bélier, un soldat israélien a été légèrement blessé lors d’une fusillade le long d’une autoroute près de l’implantation de Dolev dans le centre de la Cisjordanie et un agent de la police des frontières a été légèrement blessé lorsqu’un terroriste a ouvert le feu sur lui près du mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem.

La veille, le groupe terroriste du Hamas a appelé les Palestiniens à intensifier les affrontements avec Israël après que les forces de sécurité israéliennes ont tué par balle un adolescent palestinien qui, selon l’armée, avait lancé un cocktail Molotov sur les soldats lors d’affrontements dans la ville de Hébron, en Cisjordanie.

« Nous appelons à l’escalade des confrontations avec l’occupation et ses colonisateurs et à la lutte contre leurs agressions contre la terre et les lieux saints, en particulier la mosquée bénie d’Al-Aqsa », a déclaré le Hamas dans un communiqué publié sur son site web officiel, en référence au nom que les Palestiniens utilisent pour désigner le mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem.

Le Hamas, qui dirige la bande de Gaza, a fréquemment encouragé les Palestiniens de Cisjordanie à s’opposer aux forces de sécurité et aux résidents d’implantations israéliennes.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...