La cour rejette un appel contre l’expulsion d’une Philippine et de ses enfants
Rechercher

La cour rejette un appel contre l’expulsion d’une Philippine et de ses enfants

Geraldine Esta et ses enfants, Khean, 10 ans, et Kathryn, 5 ans, disposent de 45 jours pour quitter le pays

Geraldine Esta et ses enfants Khean et Kathryn arrivent pour une audience du tribunal à Tel Aviv, le 28 juillet 2019 (Crédit :Tomer Neuberg/Flash90)
Geraldine Esta et ses enfants Khean et Kathryn arrivent pour une audience du tribunal à Tel Aviv, le 28 juillet 2019 (Crédit :Tomer Neuberg/Flash90)

Le tribunal a rejeté mardi un appel qui cherchait à bloquer l’expulsion par les autorités d’une femme originaire des Philippines qui était restée clandestinement en Israël à l’issue de l’expiration de son visa, ainsi que celle de ses enfants.

Geraldine Esta et ses enfants, Khean, 10 ans, et Kathryn, 5 ans, disposent de 45 jours pour quitter le pays. Les magistrats ont également accepté le principe d’une libération sous caution, dont le montant a été fixé à 15 000 shekels.

Le dossier de la famille Esta est considéré comme un test pour des douzaines d’autres enfants nés en Israël de parents travailleurs clandestins et qui ont grandi au sein de l’Etat juif, s’y sentent chez eux et qui courent dorénavant le risque d’une expulsion.

Un grand nombre de travailleuses étrangères qui se trouvent encore illégalement en Israël ont dû faire face à des régulations compliquées qui stipulent que les femmes dans son cas sont tenues de renvoyer les bébés dans leurs pays d’origine, sous peine de ne pouvoir renouveler leurs visas et d’être arrêtées si elles ne quittent pas volontairement le pays.

Un grand nombre d’entre elles font le choix de néanmoins rester en acceptant des emplois subalternes – dans le but d’offrir à leurs enfants une vie meilleure que celle qu’ils vivraient aux Philippines.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...